Une histoire des femmes (première partie)

Nouvelles informations sur les collections
des  musées en ligne (voir la page “Bibliographie”)

Depuis les années 60 la recherche féministe, insistant sur le besoin de « chercher des femmes » dans l’histoire, a élargi la compréhension historique. Ces études, arrivées il y a une vingtaine d’années chez les spécialistes du Proche-Orient ancien, ont profondément transformé notre vision des femmes mésopotamiennes.

Les sources — textuelles ou iconographiques — sont toujours plus bavardes sur les gens de l’élite, détenteurs du pouvoir économique, politique et social. Il en va de même pour les femmes.

Statues d'orantes, masculin à gauche, féminin à droite, du temple d'Abu à Eshnunna, vers 2700-2500 av. J.-C.
Statues d’orantes, masculin à gauche, féminin à droite, du temple d’Abu à Eshnunna, vers 2700-2500 av. J.-C.

Qu’elles soient prêtresses, reines, princesses et autres femmes liées aux grandes organisations, leur vie a été bien différente de celle des femmes des milieux urbanisés et surtout des femmes des petites communautés villageoises. Dès le IIIe mill. ces femmes d’exception font exécuter des statues en pierre (un matériel importé en Mésopotamie, donc de luxe), tout comme les hommes (bien qu’en taille plus réduite), pour les déposer dans les temples majeurs. Sous les apparences d’orantes, ces statues, qui en tant que substitut d’une présence physique réelle assurent la continuité du rapport avec le divin, sont une source importante sur les codes sociaux et esthétiques (coiffures, vêtements, bijoux). Les statues des femmes royales pouvaient recevoir des offrandes et étaient intégrées au culte royal. Mais il existait déjà des femmes indépendantes —sans mari ou sans père — qui grâce à leur travail offraient des objets votifs, comme par exemple une nurse d’une famille royale. En général elles tiraient bénéfice du statut de leurs maîtresses plus libres.

Même dans les tombes, les femmes de l’élite se distinguent par la richesse des matériaux et des objets ensevelis avec elles, par la présence d’inscriptions qui témoignent de leur appartenance sociale élevée et par les sacrifices humains qui les accompagnent en quelques cas (sur ce sujet, voir l’article de mai sur les tombes d’Ur). Mais à travers le code iconographique et le code minéral (les pierres ont des valeurs symboliques intrinsèques), où or, lapis-lazuli et cornaline (jaune-bleu-rouge) sont les couleurs dominantes, on comprend que le but n’était pas simplement une ostentation de richesse, c’était une croyance dans la vie, spécialement dans son caractère fécond et dans son aspiration à la pureté. Cela permet de comprendre comment trois plaquettes érotiques aient été retrouvées dans la tombes d’une princesse néo-assyrienne.

Disque d'Enheduanna, 2300 av. J.-C. trouvé à Ur
Disque d’Enheduanna, 2300 av. J.-C. trouvé à Ur

Les reines avaient à leur service des dépendants, des scribes, des administrateurs (dans certains cas, scribes et administrateurs peuvent être des femmes), des musiciennes ainsi que des servantes destinées à leur bien être quotidien. Souvent d’origine extérieure au royaume, les reines permettent à leur famille d’origine de renforcer les liens politiques et économiques avec la famille de leur époux. Des nombreux textes, surtout paléo-babyloniens (2000-1500 env av. J.-C.) et médio-babyloniens (1500-1100 av. J. C.) nous donnent de riches renseignements sur ces mariages, à partir du nombre très important des présents (125 kg d’argent et 500 kg d’or pour le mariage d’Aménophis IV avec l’une des filles du roi cassite Burna-Buriash) jusqu’au statut de la nouvelle épouse. En effet, chaque roi disposait d’un harem dans lequel cohabitaient plusieurs épouses et concubines. Mais une seule pouvait prétendre au titre — et aux honneurs qui allaient avec — de reine, et peu au titre d’épouse principale. Le souci d’une famille royale sur le point de donner l’une de ses filles à un autre roi était s’assurer qu’elle ne disparaitrait pas dans le harem de son époux et surtout qu’elle serait capable d’exercer une influence sur lui.

D’autres femmes d’exception au cours des trois millénaires de l’histoire mésopotamienne sont les naditu, une catégorie de prêtresses. Considérées moins dépendantes des hommes puisqu’elles ne devaient pas se marier ou pouvaient se marier mais sans avoir d’enfants et vivaient en dehors de la maison paternelle, elles géraient leurs biens, pouvaient influencer les décisions politique par leurs relations (certaines étaient les filles ou les sœurs d’un des rois les plus forts du moment) et étaient aussi versées en poésie, comme d’Enkheduanna, fille du roi Sargon d’Akkad, à laquelle la tradition a associé plusieurs compositions littéraires. Les naditu pouvaient engager des contrats, emprunter de l’argent et effectuer d’autres transactions commerciales ; et à voir le nombre de documents les concernant, elles étaient très actives. Elles pouvaient aussi choisir un héritier, mais il semble que dans la plus part des cas cet héritier était un membre de leur famille, souvent une nièce devenue elle aussi prêtresse. Si les naditu de Sippar sont les plus connues, ainsi que l’espace clos les hébergeant, une sorte de cloître ou béguinage, elles sont aussi attestées dans d’autres villes, comme à Nippur où elles sont liées au dieu Ninurta, à Kish (naditu du dieu Zababa) ou à Babylone (naditu de Marduk)… (à suivre)

Bibliographie
Cobb, L. S. 2014. Masculinity and Femininity. In A . J. O’Brien (ed.): The Oxford Encyclopedia of the Bible and Gender Studies: 512-540. Oxford: Oxford University Press.
Justel, J. J. et Garcia-Ventura, A. (eds), 2018. Las mujeres en el Oriente cuneiforme. Alcalà: Universitad de Alcalà, Servicio de publicaciones.
Lion, B. et Michel, C. (eds), 2016. The Role of Women in Work and Society in the Ancient Near East. Berlin: De Gruyter.
Nakhai, B. A. (ed) 2008. The World of Women in the Ancient and Classical Near East. Cambridge: Cambridge University Press.
Schroer, S. (éd.), 2006. Images and Gender. Contributions to the Hermeneutics of Reading Ancient Art, OBO 220. Freiburg et Göttingen.
Steinert, U. 2017. Cows, Women and Wombs: Interrelations Between Texts and Images from the Ancient Near East. In D. Kertai et O. Nieuwenhuyse (eds), From the Four Corners of the Earth: Studies in Iconography and Cultures of the Ancient Near East in Honour of F.A.M. Wiggermann, Alter Orient und Altes Testament 441: 205-258. Münster: Ugarit-Verlag.
Stol, M. 2015. Women in the Ancient Near East. Berlin: De Gruyter.
Suter, C. 2007. Between Human and Divin: High Priestesses in Images from the Akkad to the Isin-Larsa Period. In M. Feldman et J. Cheng (eds), Ancient Near Eastern Art in Context: 325-359.Boston: Brill.
Svärd, S. et Garcia-Ventura, A. 2018. Studying Gender in Ancient Near East. Winona Lake/Philadelphia: Eisenbrauns/The Pennsylvania State University Press.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Une histoire des femmes (première partie)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 03/06/2018, https://ane.hypotheses.org/678. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Une histoire des femmes (première partie),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 03/06/2018, https://ane.hypotheses.org/678.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.