Quand la paléopathologie devient un secours précieux pour l’archéologie

L’ouvrage paru récemment sur près de trente années de recherches anthropologiques et paléopathologiques dans le Val-de-Marne (Atlas des maladies et traumatismes du monde médiéval et moderne, ISTE éditions) et celui qui paraitra en février 2019 (Thomas Craven, Chronique d’un revenant, éditions De Boccard) sur les recherches multidisciplinaires du corps embaumé de Thomas Craven mort en novembre 1636 et inhumé dans le temple huguenot de Charenton, montrent à coup sûr que le service départemental d’archéologie du Val de Marne a joué pleinement son rôle dans la programmation de fouilles préventives, de sauvegarde des archives du sol et de diffusion patrimoniale.
Nul ne présageait la richesse des documents archéologiques conservés à quelques mètres seulement sous le bitume, dans un département francilien composé d’à peine 47 communes, dont la partie ouest est fortement urbanisée. Dès la création du laboratoire départemental d’Archéologie en 1978, le maitre des lieux, Philippe Andrieux, formé sur les terrains de fouille de Préhistoire, usa de son expérience pour ouvrir des sondages non loin du terrain de thèse de François Bordes, la carrière Bervialle aux Hautes-Bruyères à Villejuif. Ce fut le premier sondage dans un paléolithique moyen noyé dans un sol, autrefois gelé toute l’année, le permafrost. C’est le début de grandes opérations de sauvetage archéologique dont les périodes vont s’échelonner jusqu’au Moyen Âge. Le mobilier osseux, faune et restes humains est considérable. Les travaux minutieux entrepris surtout sur les collections anthropologiques ont livré non seulement des résultats originaux et des études de cas singuliers en paléopathologie mais ont été également un support référentiel pédagogique pour des dizaines d’étudiants, en DEA, en master et en thèse. Les opérations préventives menées désormais sous la conduite du nouveau chef de service Bernard Poirier, enregistrent une vingtaine d’opérations de diagnostics par an, prenant en compte également les époques les plus récentes.

Asymétries crânio-faciales, torsions du visage, malocclusions, malformations articulaires
L’inventaire des anomalies et des maladies qui se met en place de jour en jour regroupe désormais un catalogue des lésions selon une répartition des pathocénoces, définies par l’historien de la médecine Mirko Grmek (1995). Force est de constater qu’en dépit d’un territoire largement favorable aux mouvements de populations préhistoriques, grâce à une plaine centrale baignée par une confluence Seine-Marne et de multiples affluents, la fréquentation des lieux par des populations humaines, se fait plus grandissante surtout à partir des occupations villageoises mérovingiennes et carolingiennes. La démographie atteint son apogée en plein bas Moyen Âge, entre le XIIe s. et le XIVe s.

Le concept holistique attribué au corps humain s’adapte parfaitement, quand on s’intéresse de près à l’équilibre postural d’un corps redressé en station debout. Car le bidouillage de la bipédie humaine, encore en adaptation évolutive, va générer une instabilité posturale latéralisée et antéro-postérieure, et seule une analyse généralisée de l’ensemble architectural de la tête aux pieds livrera les secrets du déséquilibre : déséquilibre crânio-facial, occlusal, vertébral, sacro-iliaque, appendiculaire. Toute anomalie articulaire ou pathologie dégénérative, toute inflammation localisée, généralisée ou post-traumatique, tout micro ou macro-traumatisme, toute lésion neurologique ou métabolique, répondra par des asymétries en cascade. Autrement dit le squelette debout ne sera épargné par aucun mouvement ascendant ou descendant, dont la réaction est unilatérale, bilatérale ou croisée. Aux ensembles maxillo-mandibulaires répondront une malocclusion ou un décalage occlusal de type rétro ou prognathie, des déviations latéralisées dont les phénomènes oro-faciaux et les instabilités dynamiques de la base du crâne seront le plus souvent responsables. Les luxations mandibulaires uni ou bilatérales et les dégâts qu’elles occasionnent à l’occlusion et à la face, plus fréquentes qu’on ne le pense dans les collections anthropologiques, sont fort heureusement soignées aujourd’hui, grâce aux prouesses des techniques d’imagerie médicale (Hadjouis, 2018a).

Fig. 1. Vue antérieure d’un sacrum articulé à la L5 montrant une importante courbure scoliotique du rachis lombo-sacré, église Saint-Nicolas de la Queue-en-Brie, © D. Hadjouis
Fig. 1. Vue antérieure d’un sacrum articulé à la L5 montrant une importante courbure scoliotique du rachis lombo-sacré, église Saint-Nicolas de la Queue-en-Brie, © D. Hadjoui

Quand on sait que le bas du segment lombaire et les genoux reçoivent la plus importante charge gravitaire, elle-même répartie aux pieds, on devine le résultat podal lors de la mise en place d’une asymétrie : Genu varum uni ou bilatéral, Genu valgum avec légère flexion du genou, jambe en dedans. A la cuisse, les mouvements de déclinaison ne sont pas épargnés, de même qu’une trop grande ouverture du col fémoral ou au contraire sa fermeture déclencheront coxa valga et coxa vara.

La colonne vertébrale du squelette redressé, intimement liée au bassin par les charnières lombo-sacrée et sacro-iliaque à la base du segment rachidien et au crâne par la charnière occipito-atlasique au sommet du segment cervical, répondra au moindre mouvement anormal ou pathologique par des malformations ou des déformations (scolioses, cyphoses, hyper-lordoses) sensées être un effet ou une cause. La cause peut représenter une déformation congénitale, une scoliose idiopathique ou une luxation congénitale ou traumatique de la hanche (fig. 1). En revanche l’effet pourrait être une asymétrie dimensionnelle des membres inférieurs et celle-ci pourrait également en être la cause. Que ce soit un effet ou une cause, le déhanchement du bassin ne peut en échapper.

Une meilleure lecture des adaptations locomotrices des quadrupèdes et des bipèdes par le biais de la biomécanique fonctionnelle (Hadjouis, 2018b), de la biodynamique (rotation des écailles osseuses du crâne et de la face, trajectoire de croissance du puzzle cranio-facial, relation occlusale, équilibre ou déséquilibre de l’appareil locomoteur, surtout du membre inférieur), et de la posture (naissance chez l’homme des asymétries, des dysmorphoses) a montré l’efficacité de la transdisciplinarité anthropologique (Andrieux, Hadjouis et Dambricourt, 2000). En effet, ce dernier pris dans une démarche holistique a mis en évidence les relations ou les corrélations posturales que peuvent avoir par exemple, les dents avec le crâne ou le rachis, ou même avec le membre inférieur.

 

Maladies infectieuses, épidémiques, dégénératives et inflammatoires, métaboliques.
Les sites du haut Moyen âge sont représentés par 23 nécropoles dont certaines ont livré des niveaux d’occupation plus récente. Ceux du bas moyen âge sont connus dans 4 nécropoles et 2 sont consacrées aux époques modernes. La plupart d’entre eux ont été fouillés depuis les années 1970 par les sociétés historiques et archéologiques, puis depuis 1976 par le service départemental d’Archéologie du Val de Marne, 2 ans avant sa création officielle en 1978. Les opérations d’archéologie préventive, essentiellement des diagnostics se poursuivent jusqu’à aujourd’hui. Parmi les nécropoles les plus avancées (cf. carte de répartitions fig. 2), une dizaine a livré des ensembles aux morphotypes architecturaux comparables (dolycho et mésocéphales) alors que d’autres, se démarquent exceptionnellement, y compris par la répartition géographique et se singularisent par des morphotypes hyper-brachycrânes dans les deux sites villageois proches, La Queue-en-Brie et Chennevières-sur-Marne.

Fig. 2. Carte de répartition des principales maladies répertoriées dans le Val-de-Marne
Fig. 2. Carte de répartition des principales maladies répertoriées dans le Val-de-Marne

Tuberculose, syphilis, ostéomyélite, périostite sont les maladies microbiennes présentes dans le Val-de-Marne dont on peut livrer leurs diagnostics rétrospectifs à partir des traces osseuses et parfois dentaires. Imagerie médicale, radiologie, microscopie seront parfois insuffisantes et certains diagnostics seront entachés d’erreurs, même le recours à l’analyse ADN peut s’avérer négatif. Seul le grand nombre de cas similaires peut sauver la mise par la comparaison d’une même symptômatologie (fig. 3).

Fig. 3. Vue latérale d’un tibia atteint de la maladie de Paget (Champigny-sur-Marne) dont le fut est exagérément épaissi par des lésions ostéoplastiques et ostéolitiques, mais les nécroses et l’envahissement sous-chondral de la cavité médullaire suggèrent également une forme d’ostéomyélite, © D. Hadjouis
Fig. 3. Vue latérale d’un tibia atteint de la maladie de Paget (Champigny-sur-Marne) dont le fut est exagérément épaissi par des lésions ostéoplastiques et ostéolitiques, mais les nécroses et l’envahissement sous-chondral de la cavité médullaire suggèrent également une forme d’ostéomyélite, © D. Hadjouis

Concernant une épidémie avérée, seule la peste noire a livré plusieurs squelettes atteints de Yersinia pestis, le vecteur microbien, véhiculé par la puce du rongeur. C’est à Paris et dans sa région toute proche (temple et cimetière huguenot de Charenton à Saint-Maurice) que l’épidémie avait frappé Thomas Craven, noble anglais, mort à Paris avant d’atteindre ses vingt ans, alors qu’il faisait son tour d’Europe. L’étude multidisciplinaire consacrée à son squelette, à son corps embaumé et à son sarcophage en plomb montre encore une fois le nécessaire recours à plusieurs spécialités : anthropo-biologie, tracéologie, ADN, médecine-légale, palynologie, carpologie, biochimie, phytolites, radiologie scanner, restauration, reconstitution faciale virtuelle (fig. 4).

Fig. 4. Autopsie du corps embaumé de Thomas Craven au service départemental du Val-de-Marne, © B. Schmitt
Fig. 4. Autopsie du corps embaumé de Thomas Craven au service départemental du Val-de-Marne, © B. Schmitt

Contrairement à nos populations contemporaines, les maladies inflammatoires et dégénératives, en l’occurrence l’arthrose ne touchaient pas que les personnes âgées. Compte tenu d’une espérance de vie à la naissance faible et des travaux pénibles, le corps a gardé des séquelles depuis le jeune âge et les arthroses primitives en sont les plus nombreuses. Toutes les parties du squelette sont concernées : spondylarthrose, arthroses de l’épaule, du coude, du poignet, de la hanche, du genou, du pied. Sur certains squelettes, l’arthrose est généralisée. Les arthroses secondaires, non négligeables dans certains sites du Val-de-Marne (église Sainte-Colombe de Chevilly-Larue, église Saint-Nicolas de La Queue-en-Brie) se sont développées à la suite de certains états pathologiques inflammatoires, de malformations congénitales ou post-traumatiques. En revanche, l’hyperostose vertébrale ou maladie de Forestier et Rotès-Querol touche surtout les hommes à un âge plus avancé (entre 40 et 50 ans). Cette maladie qui se traduit par l’ossification du ligament vertébral commun antérieur le long de la colonne vertébrale ankylose le plus souvent plusieurs corps vertébraux (fig. 5). Elle est généralement associée à la maladie hyperostosique et touche d’autres parties du corps (Crubézy, 1993, Billard, 2008). Ces affections ont concerné également plusieurs populations du bas-Moyen Âge val de marnais. L’arthrite, forme inflammatoire moins fréquente est représentée par quelques individus à La Queue-en-Brie, alors que le rhumatisme psoriasique semble avoir touché plusieurs individus d’une même population protestante du XVIIe s.

Fig. 5. Arthrose du coude au niveau des surfaces articulaires radio-ulnaires et hyperostose vertébrale ankylosante sur cypho-scoliose en vue antérieure (La Queue-en-Brie et Chevilly-Larue), © D. Hadjouis et B. Allard.
Fig. 5. Arthrose du coude au niveau des surfaces articulaires radio-ulnaires et hyperostose vertébrale ankylosante sur cypho-scoliose en vue antérieure (La Queue-en-Brie et Chevilly-Larue), © D. Hadjouis et B. Allard.

 

Rachitisme hypo-vitaminique et vitamino-résistant : l’identification osseuse et dentaire.

Plusieurs sites du Val-de-Marne ont livré des squelettes atteints de lésions rachitiques chez les immatures et d’ostéomalacie chez les adultes (Ivry-Parmentier 2, église Sainte-Colombe de Chevilly-Larue, église Saint-Cyr/Sainte-Julitte, église, église Saint-Pierre de Chennevières-sur-Marne, cimetière du temple huguenot de Charenton) (Ardouin et Hadjouis, 2014, Hadjouis et Adouin, 2015).

Deux types de rachitisme et d’ostéomalacie sont identifiés dans les populations juvéniles et adultes des sites médiévaux et modernes du sud-est parisien: le rachitisme hypovitaminique (carence alimentaire, carence solaire …) et le rachitisme vitamino-résistant. Le premier, atteint des enfants dont l’âge est compris entre 6 et 24 mois, avec à son début un développement d’une hyperostose poreuse du crâne (surproduction de tissu osseux sous-périosté des pariétaux ou du frontal) ou au contraire un ramollissement des écailles occipitales et pariétales (craniotabès), un retard de fermeture de la fontanelle bregmatique, des nouures aux métaphyses des membres. Les courbures axiales des membres inférieurs se produisent dès que l’enfant commence à marcher. Le membre supérieur est rarement atteint dans cette forme, cependant dans les cas les plus graves, les incurvations osseuses se retrouvent sur la totalité du squelette, suivies d’atteintes vertébrales, costales et dentaires. Chez ces dernières, les dents rachitiques (forme d’hypoplasies à piquetés coronaires) sont des lésions de maladie généralisée, bien caractéristiques.

Le second rachitisme, vitamino-résistant, se caractérise aujourd’hui par une hypophosphatémie familiale qui se transmet comme un caractère dominant lié au sexe et porté par un chromosome X (Ryckewaert, 1987). Cette caractéristique génétique, non observable ni en macroscopie, ni en radiographie dans le matériel archéologique se heurte évidemment à des écueils dont seuls l’ADN mitochondrial pour les relations de parenté ou la détermination de caractères osseux consanguins peuvent se prévaloir d’un diagnostic sans faille. Toutefois, on reconnait dans ce type de rachitisme, d’importantes déformations des membres inférieurs avec Genu valgum, Genu varum et Coxa vara, hyperlordose, scoliose thoracique, retard de croissance, aspect en mailles de filet aux métaphyses des membres inférieurs, craniosténose développant une scaphocéphalie, épaississement des diaphyses fémorales et incurvation en dehors, denture défectueuse (fig. 6).

 Fig. 6. Squelette du membre inférieur d’un enfant rachitique présentant des membres exagérément incurvés, provenant du cimetière du temple huguenot de Charenton à Saint-Maurice © D. Hadjouis
Fig. 6. Squelette du membre inférieur d’un enfant rachitique présentant des membres exagérément incurvés, provenant du cimetière du temple huguenot de Charenton à Saint-Maurice © D. Hadjouis

Pour l’ostéomalacie, la caractéristique majeure des atteintes osseuses se signale par d’importantes déformations tibio-fémorales en Genu valgum et Genu varum, suivies de Coxa valga, Coxa vara et Coxa plana. La présence de plusieurs squelettes d’enfants, d’adolescents et d’adultes atteints de rachitisme et d’ostéomalacie, met en évidence le caractère sanitaire peu favorable des populations médiévales et modernes touchées par des malnutritions et probablement des affections du tube digestif.

 

Djillali Hadjouis est paléontologue et paléoanthropologue, service archéologie du Val de Marne et UMR 5288 du CNRS, djillali.hadjouis@valdemarne.fr

Vous pouvez citer cet article de cette façon : hadjouis, “Quand la paléopathologie devient un secours précieux pour l’archéologie”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 19/12/2018, https://ane.hypotheses.org/6447. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: hadjouis, “Quand la paléopathologie devient un secours précieux pour l’archéologie,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 19/12/2018, https://ane.hypotheses.org/6447.

 

Bibliographie
Andrieux, Ph., Hadjouis, D. et Dambricourt-Malassé, A. 2000. L’identité Humaine en question. Nouvelles problématiques et nouvelles technologies en Paléontologie Humaine et en Paléoanthropologie biologique. Actes du Colloque de Créteil 26-28 mai 1999. Coll. Paléoanthropologie et Paléopathologie osseuse, n· 3, Eds Artcom’ Paris, 465 p.
Ardouin, S, et Hadjouis, D. 2014. Chennevières-sur-Marne. Eglise Saint-Pierre, 55, rue du général de Gaulle. Rapport final de diagnostic, Service Archéologie, Conseil général du Val de Marne, 192 pBallard, M. 2008. Altérations articulaires. In. P. Charlier (sous la dir.), Ostéo-Archéologie et techniques médico-légales, tendances et perspectives. « Pour un Manuel pratique de Paléopathologie humaine », Collection Pathographie-2: 368-382. Paris: De Boccard.
Crubézy, E., Crubézy-Ibanez, E 1993. Evaluation sur une série de squelettes de critères diagnostics de la maladie hyperostosique. Implications épidémiologiques, Rev. de Rhum. 60: 589-590.
Grmek, M. 1995. Histoire du SIDA. Paris: Payot.
Hadjouis, D. et Ardouin, S. 2015. Actes du Colloque Dynamique des peuplements, modes d’habitat et influences culturelles dans le Sud Est de Paris du Néolithique ancien à la période moderne, Revue Archéologique d’Ile-de-France, 334 p
Hadjouis, D. 2018a. Atlas et traumatismes du monde médiéval et moderne. Préface Yves Coppens,  Londres: ISTE éditions, 278 p.
Hadjouis, D. 2018b. De la quadrupédie à la bipédie. L’orthodontie bioprogressive n° 4: 18-22.
Hadjouis, D. (sous la dir.), (à paraitre 2019). Thomas Craven. Chronique d’un revenant, Collection Pathographie. Paris: De Boccard.
Ryckewaert, A. 1987. Rhumatologie. Pathologie osseuse et articulaire. Paris: Flammarion.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.