Le cheval, 2e partie

Le statut spécial du cheval, qui n’est pas domestique tout au plus domestiqué, en constitue aussi un attrait, qui uni à ses qualités et à sa prestance en on permis l’adoption rapide dans le cœur des hommes.
Cela est démontré par les tombes de chevaux, qui jusqu’à maintenant ont rarement suscité de l’attention de la part des archéologues. Pourtant en Mésopotamie on a retrouvé une dizaine des tombes de squelettes entiers de chevaux (et d’autres de chiens) soit isolés, soit à côté des hommes.

Tombes d'Umm el Marra (Schwartz et alii 2012)
Tombes d’Umm el Marra (Schwartz et alii 2012)

A partir du milieu du IIIe mill. av. J.-C., donc à la même époque que les premières et consistantes images d’équidés, une partie des tombes probablement royales de Kish, d’Abu Salabikh, d’Umm el Marra restituent plusieurs squelettes de chevaux. La raison de cette sépulture, pourtant, ne réside pas dans un sentiment d’affection ou d’amitié pour l’animal.


Elle réside dans le rituel de mort : on sacrifiait êtres humains, animaux et objets de luxe au roi qui venait de mourir.
Au contraire, les autres cas de sépultures de chevaux vont dans la direction d’un sentiment d’affection. C’est le cas de la tombe d’un particulier de Tell Madhhur, datée au Protodynastique III, qui a rendu les corps d’un homme et de deux chevaux (trench 7 D/E). A al-Hiba on a trouvé une sépulture d’un homme et d’un âne contre le mur extérieur de l’édifice de la zone C, ED III. À Abu Salabikh plusieurs sépultures d’équidés entiers ont été trouvées à côté de sépultures d’enfants ou d’adultes. Le problème est que ici humains et animaux ont tous été jetés dans une fosse de déchets et sans véritable creusement de fosse, ni d’offrandes pour la majeure partie. On ne comprend pas très bien de quoi il s’agit, ni s’il y a une connexion avec le temple voisin. Dans d’autres sites contemporains (Tell Razuk, Abu Qasim, Usiyeh, Tell Sabra et Tell Abga) les fouilles ont permis de retrouver des tombes de squelettes entiers de chevaux, creusées dans la terre comme des vraies sépultures. Malheureusement, les données publiées ne permettent que de citer leur existence.

Tombes de Kish
Tombes de Kish

Ces sépulture démontrent un lien entre l’homme et l’animal et suggère donc une intimité qui va dans la direction d’une amitié. Ces tombes en effet ne sont pas princières, elles ne contiennent pratiquement rien d’autre que l’homme et l’équidé. Ainsi, les équidés ont dû entrer dans les cœurs des hommes très rapidement, toutes les tombes remontent au IIIe mill.

 

Une fois entré dans le cœur de l’homme, le cheval donne vie à une représentation abstraite qui unie homme et animal jusqu’en faire un seul être. C’est ainsi qu’au début du IIe mill. est créé le centaure, la première attestation étant dans un sceau-cylindre Ur III (Porada n. 263). A la même époque remonte aussi la création de l’hippocentaure (ou ichtyocentaure– centaure marin, donc corps de poisson et buste humain) et peut-être un peu plus tardif du lioncentaure (corps de lion, buste d’homme) et du bucentaure (taureau).
Au milieu du IIe mill. av. J.-C. le centaure est le plus souvent représenté dans les sceaux-cylindres médio-assyriens et cassites (2e moitié du IIe mill) et dans les kudurrus. Au regard des attestations iconographiques il semblerait avoir été peu utilisé en Mésopotamie, bien qu’il a connu ensuite un très grand succès et nous accompagne encore aujourd’hui. Mais j’ai utilisé le conditionnel. En effet, si les images de centaures connues jusqu’à il y a 20 ans se limitaient aux sceaux cylindres de la 2e moitié du IIe mill., les fouilles à Terqa sur l’Euphrate, actuellement en Syrie, mais en antiquité dans une zone de frontière entre monde mésopotamien et monde syrien, ont élargie notre vision de ce thème en support (terres cuites), en typologie (femmes centaures) et en signification (reliée peut-être au thème de la déesse de la fertilité à cheval, type Qudshu/Astarté/Anat). En outre le sujet revient en grand dans les cachets babyloniens d’époque hellénistique, quand il représente le dieu Pabilsag.

Centaure et lion-centaure (d'après Black et Green 1992)
Centaure et lion-centaure (d’après Black et Green 1992)

En Mésopotamie il y a beaucoup d’animaux différents qui composent des êtres fantastiques, les Mischwesen. Mais seulement 4 ont subi une association stricte entre un buste et une tête humains et un corps d’un seul autre animal. Il s’agit du cheval, du lion, du taureau et du poisson1. En Mésopotamie aussi, le nombre et la variété des représentations, les associations multiples avec des hommes – du simple particulier au roi, de leur vivant comme dans la mort et dans les représentations iconographiques -, le nombre aussi d’êtres fantastiques composés en partie d’éléments équins suggèrent une relation privilégiée avec cet animal. D’ailleurs les chevaux ont toujours représentés un cadeau de luxe entre rois des royaumes voisins. La langue akkadienne nourrit une préférence pour le sauvage, en tant que symbole de force et de courage. Cela se reflet aussi dans les représentations iconographiques du cheval, lié au roi, à la chasse et à la guerre.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Le cheval, 2e partie”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 11/12/2018, https://ane.hypotheses.org/6329. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Le cheval, 2e partie,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 11/12/2018, https://ane.hypotheses.org/6329.


References
Dolce, R. 2014. Equids as luxury gifts at the centre of interregional economic dynamics in the archaic urban cultures of the ancient Near East. Syria 91.
Edward, I. E. S. 1955. A relief of Qudshu/ Astarte/ Anat in the Winchester College Collection. JNES 14: 49-53.
Horn, V. 1995. Das Pferd im Alten Orient: das Streitwagenpferd der frühzeit in seiner Umvelt, im Training und im Vergleich zum neuzeitlichen Distanz-, Reit- und Fahrpferd. Hildesheim: Olms Presse.
Klingbeil, G. 2004. Man’s Other Best Friend ». The Interaction of Equids and Man in Daily Life in Iron Age II Palestine as Seen in Texts, Artifacts, and Images. Mélanges Caquot
Lafont, B. Cheval, âne, onagre et mule dans la Haute histoire mésopotamienne : quelques données nouvelles. Topoi Supll. 2°, Colloque Lille 1998.
Leclant, J. 1960. Ashtarté à cheval d’après les représentations égyptiennes. Syria 37: 1-67.

  1. l’art du Moyen Âge connaît aussi l’onocentaure (âne), mais pas le lioncentaure de la Mésopotamie).
    Dans la mythologie grecque les centaures naitraient de l’union de Centauros, et des juments de Magnésie. Dans les textes hittites (malheureusement ce passage n’a pas encore été retrouvé dans les textes mésopotamiens) la seule union licite, c’est à dire non contre nature même si non très appréciée est celle entre l’homme et le cheval. En revanche pour tous les autres animaux, la zoophilie est interdite et gravement punie, qu’elle soit dans les lois hittites ou dans les lois mésopotamiennes. Encore des petites indices d’une exceptionnalité de la relation homme/cheval.

    Depuis son apparition, et avant sa domestication, le cheval a exercé un charme très particulier sur les hommes. Les grottes de Lascaux, Chauvet, Altamira, pour en citer les plus connues démontrent ce fort attrait ((peut-être ayant une place symbolique, comme rituel de chasse, chamanisme, culte des morts []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.