Animaux en guerre : le cheval

Alla memoria dell’amatissima
Anna Carta Manchia
(17/09/1939- 21/11/2018), detta “Scendete bambine!”

Le cheval est l’animal le plus évident quand on pense aux guerres avant les véhicules à moteur. Il a servi depuis le début essentiellement pour le transport, d’abord des chariots, puis – vers le milieu du IIe mill – des hommes.

Détail de l'étendard d'Ur (British Museum)
Détail de l’étendard d’Ur (British Museum)

Dans les premières représentations figurées (étendard d’Ur, Stèle des vautours), qui remontent au IIIe mill., quand encore son identification exacte (onagre, âne domestique, cheval)((L’idéogramme sumérien pour cheval signifie littéralement: “âne des montagnes”.)) nous échappe, il est attelé à un char aux roues solides, difficile à manier. En plus, le joug, dérivé de celui inventé pour les boeufs, est mal adapté à l’équidé, qui a dû souffrir, spécialement de l’anneau au nez1. De même, l’absence de fers aux sabots a dû entraîner des sérieuses lésions aux membres. Mais depuis son apparition, le cheval est d’emblée lié à la guerre. Et déjà ici, au IIIe mill. av. J.-C., se trouvent les racines d’un topos littéraire autant qu’artistique, celui du char royal.

Sceau cylindre du roi Darius, chasse avec le char (Porada 1948)
Sceau cylindre du roi Darius, chasse avec le char (Porada 1948)

En Mésopotamie, le roi sera toujours associé au char, tandis que après Alexandre le Grand il le sera au cheval2. Même à la chasse, le roi va dans un char attelé aux chevaux, probable allusion au véhicule réservé aux dieux.

La documentation néo-assyrienne (Ier mill. av. J.-C.) est très riche en images et en textes concernant les chevaux.  Ils sont représentés partout : dans les bas relief et dans les peintures qui ornaient les murs du palais, jusqu’aux sceaux cylindres qui étaient portés comme ornement de l’habillement. Les textes documentent l’arrivée de chevaux par les efforts des tribus, par les gains de guerre, par la voie des cadeaux diplomatiques… Les chevaux utilisés dans l’armée avaient droit à une provision de nourriture, qui parfois donnait lieu à des disputes entre officiers, à un entrainement  (on connait plusieurs instructeurs qui  jouissaient d’une certaine considération) et à des soins spécifiques qui sont parfois représentés sur les bas reliefs . L’importance des chevaux dans l’armée est montrée par le nombre d’officiers qui devaient s’en occuper. C’est à cette époque d’ailleurs que de nombreux officiers portent un titre lié à la gestion des chevaux, comme par ex. musharkisu, officier en chargé des provisions pour les chevaux. Un des officiers les plus importants liés aux chevaux était le conducteur d’un char et tout particulièrement l’officier en charge du char du prince héritier, ou celui du char de la reine mère et bien sûr celui du roi. Le conducteur du char d’Assurbanipal était tellement riche qu’il acheta plusieurs biens immobiliers et humains, et même un ville entière !

Dans les représentations de guerre, le cheval apparaît encore attelé au char du roi, mais le plus souvent il est monté par les soldats. Il était monté à cru, sans selle, il permettait des poursuites rapides, et sa représentation dynamise les scènes, spécialement quand les lignes obliques des ses pattes au galop croisent celles du dromadaire, “l’âne des pays de la mer”.

Bas relief de Nimrud, guerre contre les Arabes (Barnett 19§2)
Bas relief de Nimrud, guerre contre les Arabes (Barnett 19§2)

Cheval et dromadaire s’équivalent en vitesse moyenne et au galop, même si les dromadaires sont un tout petit peu plus hauts que les chevaux. Et même si représentés comme les animaux de “l’ennemi” des tribus arabes, leur représentation ne manque pas d’une certaine sympathie. En effet, même les Assyriens – comme nous révèlent les documents d’achat – utilisaient des dromadaires, pas souvent, c’est vrai, mais tout de même cela prouve une certaine fascination pour l’animal !
Utilisés comme instruments pour gagner la guerre, utilisés pour poursuivre, attaquer, courir, se battre, les chevaux peuvent également devenir des victimes, comme le montre la bataille de Til-Tuba sur le fleuve Ulai (figure ci-dessous). Ils sont représentés morts dans la rivière, en position oblique, mélangés à d’autres corps. La scène est vraiment dramatique.

Détail de la bataille sur le fleuve Ulai (British Museum)
Détail de la bataille sur le fleuve Ulai (British Museum)

Partageant sa vie, ses combats, son temps, le cheval devait devenir aussi un peu l’ami, ou la mascotte du soldat. Les études militaires depuis une trentaine d’années soulignent l’importance des facteurs psychologiques pour gagner une guerre. Cela n’est pas possible la prouver par les données archéologiques, ni textuelles. Mais l’existence de tombes d’hommes avec des chevaux démontrent que en quelques occasions  le cheval, animal certes domestiqué mais pas domestique, et de fière allure, est devenu l’ami et le réconfort de l’homme (ou du soldat ?), au point d’en partager la tombe.

« Sei nella terra fredda,
Sei nella terra nera;
Né il sol più ti rallegra
Né ti risveglia amor » (Carducci)

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Animaux en guerre : le cheval”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 22/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5889. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Animaux en guerre : le cheval,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 22/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5889.

  1. Voir ici l’article sur le cheval : https://ane.hypotheses.org/4764. []
  2. Et autant à l’Est – à travers les Sassanides – qu’à l’Ouest – cf. les nombreuses statues équestres du roi – cette image a perduré pendant 2 millénaires. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.