Un groupe de recherche international sur le Maghreb à l’Holocène est né à la MAE – René Ginouvès

A l’initiative de la Maison Archéologie et Ethnologie – René Ginouves de Nanterre, dirigée par Isabelle Sidéra, un groupe de recherche international relevant de plusieurs universités et laboratoires d’Europe et du Maghreb ont accepté l’idée de la mise sur pied de ce nouvel International Research Network sur le Maghreb au cours de l’Holocène.

Le premier noyau constitué en 2016 dont figuraient la France, l’Italie, l’Espagne, la Grande Bretagne, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye, s’est vu grossir ses rangs dès la seconde rencontre. La première journée scientifique a démarré en novembre 2016 et a porté sur “Les sociétés de l’Holocène en Afrique du Nord. Comportements techniques, économiques et symboliques”, organisée par Iddir Amara et Isabelle Sidéra. La diversité des interventions portant à la fois sur l’homme, la faune, les industries lithiques et osseuses et les représentations figuratives pariétales, à partir des dernières découvertes et les débats qui ont suivi sur ce vaste territoire a montré l’intérêt de poursuivre une telle initiative. Les interventions ont porté sur les morphotypes humains, le mouvement des peuplements humains et leur hybridation dans les espaces littoraux, atlasiques et sahariens du Maghreb (Djillali Hadjouis, Mustapha Nami), les faunes chassées et domestiquées (Elodie de Faucamberge, Giulio Lucarini), les perceptions de la faune et le rapport de l’homme à l’animal à travers les corpus rupestres (Sophie Yahia-Achèche, Iddir Amara, Daniela Zambetti, Farid Ighilahriz), les technologies lithiques et osseuses au cours du Capsien supérieur et du Néolithique (Amandine Delaplace, Giacoma Petrullo) ou les architectures des tumulus sahariens (Hayatte Berkani).

La deuxième journée scientifique qui s’est déroulée en 2018 a eu comme thème “Face aux changements climatiques, du Pléistocène final à l’Holocène au Maghreb. Permanences et changements du comportement des populations” et a été organisée par Iddir Amara, Thomas Perrin et Isabelle Sidéra. Cette rencontre a porté sur une réflexion croisée prenant en charge les données environnementales et les données archéologiques afin de mieux décrire et comprendre les comportements territoriaux, techno-économiques et symboliques des populations de chasseurs-cueilleurs du Pléistocène final et agropasteurs de l’Holocène, entre 14 000 et 6 000 BP. Comme la précédente journée, les interventions, encore plus nombreuses, ont été les suivantes : – Comportement des populations nord africaines face aux changements climatiques durant le Pléistocène final et l’Holocène (Iddir Amara et Farid Ighilahriz), Bilan et perspectives du programme de recherche IDEX 2016-2017 MeNeMOIA (Du Mésolithique au Néolithique en Méditerranée occidentale : l’impact africain) (Thomas Perrin, Tiphaine Dachy, Colas Gueret et coll.), Perspectives méthodologiques dans les industries osseuses : le cas d’étude des séries Épipaléolithique et Néolithique d’Afrique du Nord, (Giacoma Petrullo), Apport de la malacofaune à la reconstitution des paléo-environnements et des ressources disponibles pour les populations préhistoriques : Un exemple d’application à la région de Rabat-Témara (Maroc) (Amal Chakroun, Driss Chahid, Larbi Boudad, Emilie Campmas, Arnaud Lenoble, Roland Nespoulet, Mohamed El Hajraoui), Les « rammadiyat » du Capsien supérieur (Holocène moyen) de la cuvette de Meknassy (Tunisie centrale) : un exemple des sites de passage (Ismail Saafi, Nabiha Aouadi, Lotfi Belhouchet et Colette Roubet), La faune domestique dans l’art rupestre du Sahara central: remarques sur la chronologie, les aspects stylistiques et sur les relations iconographiques faune domestique/ faune sauvage, (Daniela Zampetti), Approche chrono-culturelle entre monuments funéraires et art rupestre : association de deux groupes culturels au Sahara central durant l’Holocène moyen (Hayatte Berkani), Les couleurs dans la préhistoire récente du Sahara (Messaouda Benmessaoud et Mathilde Buratti), La faune holocène de Taghit Haddouch (Rif oriental, Maroc) : paléoenvironnement et archéozoologie (Bouchra Bougriane, Brahim Ouchaou, Abdeslam Mikdad et Fadoua Nekkal), synthèse des données archéologiques récentes sur le peuplement Holocène de l’Atlas saharien (T. Lehachemi Mohamed), Nouvelles recherches à Columnata (Tiaret, Algérie). Résultats préliminaires (Yasmina Chaïd Saoudi), Un nouveau regard sur le Columnatien et le début de l’Holocène au Maghreb, (Tiphaine Dachy, Colas Gueret, Emilie Campmas, Thomas Perrin).

La troisième journée se déroulera le 15 février 2019 et aura pour thème : ” Populations en mouvement au Maghreb et dans les îles alentours à l’Holocène. Biologie et culture”, et sera organisée par Iddir Amara, Djillai Hadjouis, Thomas Perrin et Isabelle Sidéra. Cette rencontre mettra en lumière les nouvelles découvertes de ces dernières années en matière de circulations multidirectionnelles dans l’ensemble de l’espace maghrébin et l’impact des études paléo-génétiques sur les peuplements du Maghreb depuis la fin du Pléistocène supérieur. Plusieurs questions seront débattues : A quelle période les premiers contacts ont eu lieu avec les Canaries, les îles de la Méditerranée et la péninsule ibérique ? Quels sont les peuplements représentés et quelles sont leurs influences ? Quels sont les morphotypes humains holocènes et leurs métissages représentés dans les sites littoraux, atlasiques et sahariens (Mechtoïdes, Proto-méditerranéens, négroïdes) ? Quel est l’apport de la génétique (ADN mitochondrial, chromosomes x et y) et quel est le degré de métissage et de dérive génétique de ces populations ? A quelle période de l’holocène, les maladies épidémiques, parasitaires (paludisme) et génétiques (thalassémie) ont commencé leur percée et quel est l’apport de la paléo-génétique dans ces espaces géographiques ? Quelle information l’analyse de la culture matérielle apporte-t-elle sur la circulation des personnes, le métissage et, en définitive, le peuplement ?

Djillali Hadjouis est paléontologue et paléoanthropologue, service archéologie du Val de Marne et UMR 5288 du CNRS, djillali.hadjouis@valdemarne.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.