Animaux en guerre : le chien

Parmi les nombreuses représentations mésopotamiennes d’animaux, certaines les montrent intervenant dans la guerre. Ils peuvent intervenir sur invitation de l’homme (chiens, équidés,((On appelle ainsi les animaux appartenant à la famille Equidae dont l’identification exacte – cheval, âne domestique, âne sauvage, mule, bardot – n’est pas assurée.)) dromadaires) ou pas (animaux charognards).

Collon 2001: 1, chien à la chasse, Ier mill av. J.-C.
Collon 2001: 1, chien à la chasse, Ier mill av. J.-C.

Le chien est probablement le premier à avoir accompagné l’homme dans ses combats, et à la chasse, avant même les équidés. Il a été domestiqué le premier, il accompagne l’homme dans la sépulture depuis le Xe mill., il est sensible à la hiérarchie et fidèle à son maître. Il est souvent représenté à côté d’un chariot tiré par des équidés (sceaux-cylindres du IIIe et du IIe mill.), ou plus tard accompagnant son maître à la chasse (bas reliefs néo-assyriens). Par contre, dans la production populaire (plaquettes et figurines en terres cuite) son intervention dans la guerre n’est pas représentée. Les fonctions du chien opérant dans la guerre ne sont pas toutes faciles à identifier. Il participait aux massacres des ennemis morts, comme le confirment les sources textuelles (Heimpel 1975) et iconographiques (Stèle akkadienne Sb 1 du Louvre). Il servait aussi à la garde de personnages importants (Tsouparopoulou  2012), du camp (Mander 1994) ou peut-être aussi à la poursuite des ennemis ou des animaux des ennemis. Les officiers qui s’occupaient des chiens recevaient de la nourriture pour eux et étaient bien placés dans la hiérarchie militaire.

Collon 2001: 216
Collon 2001: 216

Mais si les sources textuelles et iconographiques sont beaucoup plus explicites pour les IIIe et IIe mill. av. J.-C., il est plus difficile de comprendre le rôle du chien dans la guerre à l’époque des Assyriens (Villard 2000). Les textes peuvent mentionner l’existence de personnel chargé des chiens, mais il n’est pas clairement en relation avec la guerre. Et l’absence du chien dans les nombreux combats  des bas-reliefs qui adornent les palais royaux est au moins en partie liée à  l’ambiguïté de son image: pouvant devenir un charognard, souvent mentionné dans les textes de sagesse comme un animal fouillant dans les poubelles, le chien a toujours été un animal liminale, entre pur et impur, entre positif et négatif, entre ami et ennemi à l’homme. Et avec la croissante angoisse de ‘pureté’ entourant le roi, il paraît presque ‘normal’ que les artistes ont limité sa représentation officielle. (à suivre “Les animaux en guerre : le cheval”).

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Animaux en guerre : le chien”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 17/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5739. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Animaux en guerre : le chien,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 17/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5739.

 

Bibliographie
Collon, D. 2001. Catalogue of the Western Asiatic Seals in the British Museum. Cylinder Seals V. Neo-Assyrian and Neo-Babylonian Periods. London: British Museum Press.
Heimpel, W. 1975. Hund. In Reallexikon der Assyriologie und Vorderasiatischen Archäologie 4 : 494-497.
Tsouparopoulou,  Ch. 2012. The « K-9 Corps » of the Third Dynasty of Ur: The Dog Handlers at Drehem and the Army. Zeitschrift für Assyriologie 102: 1-16.
Villard, P. 2000. Le chien dans la documentation néo-assyrienne. Topoi, Suppl. 2: 235-249.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.