La recherche et les chercheurs: un mariage impossible?

A la fin de l’année, il est habituel de tirer un bilan de l’année pour les mois écoulés. J’anticipe donc un peu, peut-être puisque je suis à l’étranger, là où  la comparaison des moyens donnés à la recherche fondamentale en France et ailleurs fait mal au coeur.  Je ne veux pas critiquer le système français, j’aimerais l’améliorer. Je dois tout à la France, c’est devenu “mon” pays, celui que j’ai choisi et qu’il m’a choisie. Mais je suis aussi très inquiète du “dirigisme” et de l’appauvrissement des moyens donnés à la recherche en France.

L’annonce d’une brusque réduction des postes ouverts au concours au CNRS en 2019 n’est que l’aboutissement d’une politique myope. Alors que tous les pays d’Europe boostent les moyens données à la recherche, des plus petits en taille aux plus grands, alors que toute comparaison avec les USA est condamnée d’avance, grâce aussi au système des fondations, dons, legs privés, la France risque de faire piètre figure.  Mais surtout elle risque une perte de vitesse par rapport aux autres pays qui sera difficile à rattraper: c’est très facile de perdre collectivement des connaissances que d’en conserver… Et si la tendance actuelle se confirme, dans les prochaines années on assistera à la disparition des jeunes cerveaux français à l’étranger, asphyxiés par le système et certes mécontents de quitter le pays…

Quand j’ai commencé, les chercheurs qui étaient en train de partir à la retraite regrettaient les bons vieux temps dans lesquels ils avaient une secrétaire qui leur achetait les billets lors des déplacements, organisait la venue de collègues étrangers à l’occasion de colloque, leur séjour, les repas, les pauses café…. Il y avait aussi des ingénieurs de recherche qui leur préparaient les illustrations: les plans d’architecte, les reproductions photographiques. Et c’était l’époque où la mise en page c’était la maison d’édition qui la faisait… Aujourd’hui, l’heureuse secrétaire a disparu, et tout est désormais sur nos épaules: nos propres déplacements (avion, séjour, programme scientifique, etc) comme l’organisation des colloques internationaux, ce qui veut dire: préparation scientifique, hôtel, billets d’avion ou train, restaurant, pauses café, location salle, brochures du programme, affiches du colloque… On a donc cumulé l’activité de chercheur avec celle d’informaticien (affiches et brochures) et de secrétaire… Et vu que ce n’est apparemment pas assez, il fallait aussi nous coller sur les épaules un autre travail: l’édition. Avec l’informatisation de l’édition ce n’est plus la maison d’édition (en train de disparaître) qui fait le bulot mais le chercheur lui même. Et vu que les ingénieurs de recherche sont une catégorie en voie d’extinction accélérée, les plans, les photos, les dessins c’est le chercheur qui les fait. Prenez 5 pour 1, cinq compétences que l’on a dû acquérir en cours de route et qui nous enlèvent du temps pour la recherche.

Autre perte de temps ? L’accumulation des appels à projets, qui est devenu une tare dans le système de la recherche française. Il devient si absurde que parfois je me demande si l’État me paye pour chercher des financements ou s’il veut que je puisse faire de la recherche. Répondre à un appel c’est facile, me diriez-vous. Pas si facile que cela: il faut trouver un appel qui correspond à la discipline (et pour les sciences humaines et sociales il n’y a pas beaucoup) sur différents sites web (ANR, ERC, CNRS, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Ministère des Affaires Étrangères, etc….). Puis préparer un dossier qui demande en général entre 1 mois et 3 mois et qui le plus souvent est à écrire en anglais (et la francophonie dans tout ça?). On attend des mois, parfois 6, parfois 12 pour avoir une réponse: si elle est négative naturellement on ne communique pas les raisons directement. Il faut alors écrire une lettre pour demander des plus amples renseignements qui n’arriveront que des mois plus tard… Et donc, si j’ai un projet qui me tient à coeur, vu que je ne sais pas si passera ou pas, j’essaye plusieurs appels, même si le dossier à préparer n’est JAMAIS le même, ni les pièces complémentaires à fournir… Et si par malchance, ça m’a piquée l’idée d’organiser un colloque, je dois aussi chercher des financements n’importe où pour pouvoir le réaliser. Donc d’autres dossiers administratifs et à plusieurs  établissements, car aucun ne donne autant d’argent pour pouvoir préparer un colloque (env. entre 3000 et 6000 € pour deux jours de colloque). Et les dossiers administratifs ne sont pas finis…

Il y a dulcis in fundo – ça tombe pour les vacances de Noël – les fiches d’évaluation des chercheurs : fiche annuelle, fiche bi-annuelle et  fiche quadriannuelle. Ces fiches servent à exiger de tout chercheur les preuves qu’il a travaillé, qu’il travaille, qu’il va travailler et qu’il l’a fait, il le fait, il le fera bien.  Et il doit remplir toutes les cases, lister sa bibliographie, montrer l’intérêt de ses recherches, la richesse des contacts internationaux, les participations aux colloques en France et à l’étranger, les missions, les travaux d’expertise, l’organisation de colloques/tables rondes/workshops, les enseignements donnés, les vulgarisations scientifiques, la participations à des émissions télé ou radio… Je ne connais que des chercheurs qui travaillent du matin à la nuit, tous les jours, 7 j/7 j, 15 h par jour, 8-10 h le week-end… Et sans être plus rémunérés, mais non ! Car on est fonctionnaire – statut de privilégiés! Vu qu’on cumule plusieurs compétences pour un seul poste, vu les années d’étude (BAC + 12 au moins), vu le temps consacré à la recherche, on pourrait penser qu’au moins on est bien payés. Pas du tout. Car nous sommes des privilégies, nos heures supplémentaires ne sont payées que si nous cumulons un autre poste (par ex. en enseignant à l’Université) mais pas si les heures supplémentaires sont faites au CNRS. Car la science est sacrée, donc on ne doit pas avoir  les besoins des autres citoyens, on ne doit pas avoir besoin de gagner plus à certains moments, on ne doit pas avoir des enfants à l’université, on ne doit pas divorcer, ni avoir à payer un crédit immobilier, ni l’angoisse d’un découvert banquaire excessif à chaque fin de mois… Soucis matériels indignes pour tout scientifique qui ne vit que pour la science… Réduits à un salaire très bas par rapport au privé et au nombre d’années de formation, privés du paiement des heures supplémentaires, contraints à avancer l’argent personnel pour financer ses missions et continuer ses projets – restrictions budgétaires obligent – contraints à cumuler plusieurs compétences, à remplir dossier administratif sur dossier administratif, que nous reste-il ? Où est notre recherche?

Deux pistes pour cette dernière question : « l’excellence » et le temps. Le mot recherche ne peut plus rimer qu’avec « excellence ». Mais c’est quoi cette excellence ? Les chercheurs sont poussés à déposer des brevets,  à mettre en route des partenariats scientifiques avec les industriels. Même dans les fiches  d’évaluation des chercheurs ainsi que pour toute demande de promotion,  il y a toujours un volet concernant les brevets et les rapports avec l’industrie. Volet qui pour les archéologues, comme pour les historiens, les anthropologues, etc. reste toujours bien vide. Ça s’appelle de la recherche appliquée, pas de la recherche fondamentale. Cette dernière est le parent pauvre, malgré les déclarations mirobolantes des hommes politiques. Le programme  annoncé en février dernier par le Président de la République est un arrêt de mort de la recherche fondamentale, une “start-up-isation” des chercheurs… Il n’y aura pas d’excellence sans recherche fondamentale. En voulant diriger les recherches (par ex. avec des appels d’offre “ciblés” pour un type de recherche spécifique, et voilà que c’est bizarre, c’est toujours pour de la recherche appliquée), en ne voulant pas donner pleine liberté aux chercheurs français, la recherche fondamentale, celle seule qui peut pousser un État à progresser mille fois plus vite que les autres, celle seule qui repousse les limites des connaissances et impose des nouvelles directions, des nouveaux domaines de recherche, va mourir. Lentement peut-être, mais sûrement.
Le temps. Combien de temps pouvons nous consacrer à la recherche?  En nous collant trop de compétences différentes, trop de dossiers administratifs, en voulant nous contrôler tout le temps, en nous obligeant à se disperser (expertises, enseignements, organisations matérielles variées), c’est la recherche tout court (fondamentale et appliquée) qu’on tue. Certes, nous essayons de résister. Pourquoi autant des chercheurs travaillent comme des fous, parfois en limitant à l’extrême les heures de sommeil ? On essaie de tout faire, mais il n’y a que 24 heures par jour…

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La recherche et les chercheurs: un mariage impossible?”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 10/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5631. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La recherche et les chercheurs: un mariage impossible?,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 10/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5631.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.