XVIIIe Congrès de l’UISPP à Paris Sorbonne

Durant le mois de juin dernier s’est déroulé à l’université de la Sorbonne le grand événement de la Préhistoire et de la Protohistoire mondiale le XVIIIe congrès de l’UISPP1. Après l’avoir été en 2014 à Burgos, ce grand rendez-vous qui se déroule tous les trois ou quatre ans dans un pays organisateur s’est fixé cette année à Paris du 4 au 9 juin. Pour les congressistes, comme pour les auditeurs, il est impossible de suivre toutes les communications compte tenu du nombre de conférences et de communications émanant de tous les pays qui développent sur leur sol une recherche, un enseignement, une politique de valorisation du patrimoine et bien entendu la tenue de fouilles archéologiques systématiques concernant à la fois le domaine de la préhistoire en tant que discipline et ses différents axes multidisciplinaires que sont les environnements, les climats, les datations, l’art et bien d’autres domaines encore.

Trente-cinq commissions ont été débattues sur six jours traitant des pays d’Eurasie, d’Asie du sud-est, le sud de l’Asie, l’extrême Orient, l’Amérique, le Bassin méditerranéen, l’Afrique du nord, le Sahara, l’Afrique au sud du Sahara, l’Océanie. Les thèmes sont également aussi variés que la technologie, l’ethnoarchéologie, l’archéologie subaquatique, la prospection archéologique, l’archéologie préventive, les méthodes appliquées, archéométrie, le travail de l’os, l’art préhistorique, l’anthropologie biologique, l’âge des Métaux en Europe, l’archéozoologie, et l’histoire de l’archéologie … Tout cela dans un ensemble chrono-culturel depuis les périodes les plus anciennes de la préhistoire.

Il n’est pas question ici de décrire par le menu, toutes les contributions relatant leurs dernières découvertes, cependant certaines commissions à l’instar de l’histoire de l’archéologie (commission VII) et en particulier : L’historiographie de préhistoriens français de la seconde moitié du XXème siècle (séance VII-5) mérite qu’on s’y attarde quelque peu. Plusieurs intervenants ont répondu à l’appel du responsable de la séance et par ailleurs président du XVIII congrès François Djindjian pour présenter certaines figures de la préhistoire, de la géologie quaternaire et de la paléontologie humaine et des vertébrés. Parmi eux on retrouve : Laming-Emperaire, Camille Arambourg, José Garanger, Francis Hours, Jean Arnal, Georges Laplace, Jean Piveteau, Henriette Alimen, Jacques-Pierre Millotte, Michel Brézillon, Bohumil Soudsky, Henri-Jean Hugot, Jacques Cauvin, Jacques Tixier, Louis Méroc, Max Escalon de Fonton, Victor Commont, Pierre Rolant Giot, Jacques Briard, Jean L’Helgouach …

D’autres figures de la Préhistoire française n’ont pas été programmées dans cette commission à l’exemple d’André Leroi-Gourhan, de Lionel Balout, de François Bordes ou d’anthropologues comme Jean Louis Heim. Pour les trois premiers, des biographies récentes leur ont été consacrées, pour le dernier, il est décédé récemment et le musée de l’homme va lui consacrer un hommage le 25 novembre.

Parmi ces auteurs dont certains sont nés à la fin du XIXe siècle, deux paléontologues Camille Arambourg et Jean Piveteau ont eu une carrière exemplaire en paléontologie, ayant parfois collaboré ensemble sur l’étude de fossiles ou sur certains sites, mais le destin les a séparés pendant de longues années en raison d’une concurrence dans les choix de carrière. Camille Arambourg (1885-1969), véritable homme de terrain, qui a mené toutes ses recherches paléontologiques sur le continent africain et en particulier en Algérie, occupera la chaire de paléontologie du muséum national d’Histoire naturelle à Paris en 1936 (1936-1955). Le choix porté à ce poste est influencé et soutenu par son prédécesseur le professeur Marcelin Boule. Mais l’histoire retient que ce dernier soutint également le professeur Jean Piveteau (1899-1991), qui fut pressenti pour la prestigieuse fonction. Jean Piveteau qui fut surtout homme de laboratoire orienta sa recherche académique vers la Sorbonne,  obtiendra la chaire de paléontologie en 1953 et l’occupera jusqu’à sa retraite en 1970. De ces deux événements scientifiques, Paris sera pourvu de deux chaires de paléontologie entre 1953 et 1955. Si Camille Arambourg fut le créateur de centaines de nouveaux taxons de vertébrés et le découvreur d’un grand nombre de sites préhistoriques, de Jean Piveteau on retiendra le traité de paléontologie qui porte son nom (7 tomes, 10 volumes) et la présidence de l’académie des Sciences en 1973.

Djillali Hadjouis est paléontologue et paléoanthropologue, service archéologie du Val de Marne et UMR 5288 du CNRS, djillali.hadjouis@valdemarne.fr

Vous pouvez citer cet article de cette façon : hadjouis, “XVIIIe Congrès de l’UISPP à Paris Sorbonne”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 08/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5591. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: hadjouis, “XVIIIe Congrès de l’UISPP à Paris Sorbonne,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 08/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5591.

  1. Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.