XVe congrès de l’APANAF du 10 au 14 septembre 2018

Un grand événement archéologique panafricain s’est déroulé en septembre à Rabat au Maroc dans les locaux de la faculté des Sciences de l’université Mohamed V de Rabat. Il s’agit du XVe congrès panafricain d’Archéologie, de Préhistoire et Disciplines Associées et c’est l’Université Mohammed V de Rabat, l’Institut National des Sciences d’Archéologie et du Patrimoine, l’Université Mohammed 1er d’Oujda, et l’Université Moulay Ismail de Meknès, qui en sont les organisateurs.

Une partie des congressistes posant à l’entrée de la Faculté des Sciences Mohamed V de Rabat
Une partie des congressistes posant à l’entrée de la Faculté des Sciences Mohamed V de Rabat (© PANAF de Rabat)

405 communications orales ont été réparties sur 28 sessions thématiques. 15 concernent l’Afrique et 12 concernent des questions régionales, 4 conférences plénières, 38 posters et trois excursions post-congrès sur des sites préhistoriques et paléontologiques d’importance dans la région de Rabat-Témara, Casablanca et Djebel Irhoud. Ce congrès saisit cette rencontre mondiale pour présenter non seulement les nouvelles découvertes de sites archéologiques marocains sur l’ensemble des espaces géographiques du Maroc atlantique et d’ailleurs, les nouvelles datations, les grands changements dans la chrono-stratigraphie continento-marine du Plio-Pléistocène et du Pléistocène mais également pour présenter les nouvelles fouilles du site de Djebel Irhoud. Et c’est en effet dans ce dernier site que des restes osseux de plusieurs individus jeunes et adultes d’Homo sapiens ont été retrouvés datés de 300 000 ans. Pour la première fois dans l’histoire de l’archéologie préhistorique, l’Afrique du Nord va occuper la première place de l’origine de l’homme moderne, montrant par-là que la répartition et le mouvement des populations d’Homo sapiens étaient répandus sur l’ensemble du continent et non pas localisées uniquement en Afrique de l’Est. Cette découverte démontre encore une fois par des spécimens bien conservés comme les crânes et la richesse des sites archéologiques dont on pensait qu’ils étaient épuisés ou chronologiquement plus récents, comme elle montre la capacité à entreprendre de la part des nouvelles générations. Ces dernières occupent désormais le devant de la scène de la préhistoire nord-africaine grâce à la réalisation de ces vingt dernières années, d’un grand nombre de fouilles archéologiques qui ont livré des vestiges humains, fauniques, lithiques parfaitement stratigraphiés et bien datés. C’est le cas également pour les occupations de périodes holocènes où des nouveautés sont à relever quant à l’origine des groupes tribaux, l’occupation des grottes, les monuments funéraires ou les formes d’organisation sociale à travers l’art rupestre. C’est une image forte et symbolique que renvoie ce XVe congrès panafricain, en ce sens que c’est la deuxième fois que l’Afrique du nord préside et organise cet événement sur son territoire. La première rencontre fut celle d’Alger en 1952 dont le contexte historique est nettement différent.

Mais au-delà des réalisations marocaines, c’est toute l’Afrique qui délivre d’année en année, de nouvelles découvertes sur des sites dirigés par les africains eux-mêmes, en collaboration avec les universités européennes et américaines. Les actes de ce congrès sont attendus avec impatience et les responsables de leur édition nous promettent leur parution avant l’organisation du prochain Congrès de l’UISPP qui se tiendra, devinez où ? A Meknès.

Djillali Hadjouis est paléontologue et paléoanthropologue, service archéologie du Val de Marne et UMR 5288 du CNRS, djillali.hadjouis@valdemarne.fr

Vous pouvez citer cet article de cette façon : hadjouis, “XVe congrès de l’APANAF du 10 au 14 septembre 2018”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 06/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5420. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: hadjouis, “XVe congrès de l’APANAF du 10 au 14 septembre 2018,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 06/11/2018, https://ane.hypotheses.org/5420.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.