Violence in Mesopotamia

Version française

Violence is becoming an important matter for historians as well as archaeologists since recent time. New researches are now changing our appreciation of the extending of violence in the ancient Near East, although gender’s, family’s and work’s violence still remains more often silent.

Charnier, Tell Brak, IVth millenium

From an archaeological point of view, three are the domains were this violence could appear, apart from the architectural remains of fortifications: discovery of numerous weapons and of slaughters, destruction of monuments, representation of knockabout scenes. Sling bullets are found since the Neolithic until the Ist mill. BC.
Made in baked clay, especially oval or round in shape, sometimes discovered stocked in a jar, they are a terrible and aggressive weapon.
The history of slaughters begins in the Middle Paleolithic, when in Shanidar cave a man was injured in one of his ribs. But it’s from PrePottery Neolithic A-B that numerous are the violent dead. Between PrePottery Neolithic A-B to the late Neolithic (9000-6000
BC), 33 sites from Anatolia to South Levant have given examples of injuries on skeletons, in the form of cut marks, embedded materials, skeletal fractures especially cranial ones. At Tell Brak, excavations uncovered three mass graves and one workshop of trophy scalps datable to the first half of the fourth millennium BC.

The second domain concerns the violence on royal or divine statues and steles. The phenomenon is probably more important than we actually think. If Akkadian monuments are the most widely known fragmented ones, a lot of other monuments since Eannatum’s Stele, arrived in little pieces. And even Neo-Assyrian reliefs suffered from chisel, especially the faces of kings, as that of Sennacherib in the Lakish reliefs.
Sometimes, there are cases of double violence, that is monuments filled with strong images of violence were later destroyed or injured (cf. Assurbanipal’s « Garden Banquet », Voultures Stele). When and why the so-called victory steles were so meticulously destroyed? Was it a simple act of revenge at the end of the battle or a destruction done in a specific moment (triumph for ex.) as a punishment in front of the vanquished?

Akkad, Rimush, end of IIIrd millenium

The third domain, the iconography, brings much more data. From the very end of the fourth millennium BC captured enemies are represented tied, naked, injured, in weak or submission’s position. The III mill. BC attestes new subjects, as trampling the corpse of the enemy (‘Standard’ of Ur, Vultures’ Stele), cut heads (Vultures’ Stele, Ebla ‘Standard’), phalanges and chariots (‘Standard’ of Ur, Vultures’ Stele). Akkadian kings enlarged the topic by including terrible acts of
violence against the enemies:it’s Rimush who first represented the killing of vanquished in action, that is at the right moment when they are leaving the world of life. The II mill. BC, often considered as a « pacific » time, offers a hugh catalogue of violent killings. In the I mill. BC, Assyrians like to show a wide catalogue of atrocities, which was established in part since the third millennium BC. Their major innovation does not particularly concern the themes but the repetition and the use of all kinds of violence.
According to neuroscientist and biological studies, more the image arouses a strong emotion, longer the brain will retain it. Neo-Assyrian repetition of images of siege, destruction, scalp, impaling, and deportation is the most percussive manner to convey the political message. Because with its share of dead and wounded, war required an ideological basis that explained and even justified it: the will of the gods or the spread of civilization among the barbarian tribes were just ways of idealising the expansionist desires of the Mesopotamian kings.

References

Une histoire de la violence en Mésopotamie

Par Laura Battini

La violence commence à devenir un thème important pour les historiens et les archéologues depuis quelques temps. De nouvelles recherches sont en train de changer notre appréciation de l’étendue de cette plaie au Proche-Orient antique, même si les abus sexuels, familiaux et au travail restent encore assez difficiles à détecter.

D’un point de vue archéologique, la violence apparaît dans trois domaines, à part les fortifications: la découverte d’armes et de meurtres, la destruction des monuments et les représentations figurées. On trouve des missiles en forme de boules ovales ou rondes depuis le Néolithique jusqu’au Ier mill. av. J.-C.
Fabriquées en terre cuite, parfois découvertes dans une jarre (donc préparées à l’avance et stockées), elles sont une arme terriblement efficace. L’histoire des massacres commence au Paléolithique moyen (35.000-15.000 av. J.-C.), lorsque dans la grotte de Shanidar, un homme a été blessé à une côte. Mais c’est à partir du Neolithique Precéramique A-B que les cas de mort violente deviennent plus fréquents. Entre le Neolithique Precéramique A-B et le Néolithique tardif (9000-6000 av J.-C.), 33
sites situés entre l’Anatolie méridionale et le Levant du Sud témoignent de blessures sur des squelettes, sous la forme de coupures, de matériaux fixés dans les os, de fractures squelettiques, en particulier crâniennes. À Tell Brak, les fouilles ont permis de découvrir trois fosses communes et un atelier de scalps datant de la première moitié du IVe millénaire av. J.-C.

Le deuxième domaine où s’exprime la violence est la destruction de statues et stèles royales ou divines. Le phénomène est probablement plus important que ce que l’on pense aujourd’hui. Si les monuments akkadiens sont les plus fragmentés, beaucoup d’autres monuments depuis la stèle d’Eannatum sont arrivés en petits morceaux. Et même les reliefs néo-assyriens ont souffert d’attaques, en particulier sur les visages des rois, comme celui de
Sennachérib dans les reliefs de Lakish. Parfois il y a des cas de double violence, c’est-à-dire des monuments (voir le “Banquet sous la treille” d’Assurbanipal, voir la Stèle des Vautours). Quand et pourquoi les soi-disant stèles de la victoire ont-elles été si méticuleusement détruites? Était-ce un simple acte de vengeance à la fin de la bataille ou une destruction faite dans un moment précis (triomphe par ex.) comme une punition devant les vaincus?

Le troisième domaine, l’iconographie, apporte beaucoup plus de données. Dès la fin du IVe mill. av. J.-C., les ennemis capturés sont représentés nus, blessés, en position de faiblesse ou de soumission. Le IIIe mill. av. J.-C. élargit la thématique liée à la violence, comme le piétinement des ennemis (Standard d’Ur, Stèle des vautours), les têtes coupées (Stèle des vautours, l’”étendard” d’Ebla), les phalanges et les chars (“étendard” d’Ur, Stèle des Vautours). Les rois akkadiens ont augmenté le pathos et le drame des représentations violentes, en incluant de terribles actes de violence contre les ennemis: c’est
Rimush qui a d’abord représenté le meurtre des vaincus en action, c’est-à-dire au moment même où ils quittent le monde des vivants. Le IIe mill. av. J.-C., considéré comme une époque «pacifique», offre pourtant un vaste catalogue de meurtres violents. Et au Ier mill. av. J.-C., les Assyriens aiment montrer un large catalogue d’atrocités, qui a été établi en partie dès le IIIe mill. av. J.-C. Leur innovation majeure ne concerne pas particulièrement les thèmes représentés, mais la répétition et l’usage de toutes les formes de violence. Selon les études neuroscientifiques et biologiques, plus l’image suscite une forte émotion, plus le cerveau la retiendra longtemps. La répétition néo-assyrienne d’images de
sièges, de destructions, d’empalements, d’écorchements et de déportations est la manière la plus percutante de véhiculer le message politique. Car avec sa part de morts et de blessés, la guerre avait besoin d’une base idéologique qui l’expliquait et la justifiait: la volonté des dieux ou la diffusion de la civilisation parmi les tribus barbares étaient justes des manières d’idéaliser les désirs expansionnistes des rois mésopotamiens.

 

Bibliographie
Bahrani, Z. 2008. Rituals of War: the Body and Violence in Mesopotamia. New York: Zone Books.
Battini, L. 2018. Consented Violence in Mesopotamia: from Factuality to Representation. Ash Sharq 2018/1: 50-76. Oxford: Archaeopress.
Brown-Vega, M. & Craig, N. 2009. New Experimental Data on the Distance of Sling Projectiles. Journal of Archaeological Science 36: 1264–1268.
Dolce, R. 2014. ‘Perdere la testa’. Aspetti e valori della decapitazione nel Vicino Oriente antico. Roma: Espera Editore. (Traduction anglaise 2018, Londres, Routledge)
Glencross, B. & Boz, B. 2013. In Ch. Knüsel et al., The Routledge Handbook of the Bioarchaeology of Human Conflict: 90-108. London: Routledge.
Guilaine, J. & Zammit, J. 2001. Le sentier de la guerre. Visages de la violence préhistorique. Paris: Seuil.
LeDoux, J. E. 1996. The Emotional Brain. New York: Simon & Schuster.
May, N. N. (ed.) 2012. Iconoclasm and Text Destruction in the Ancient Near East and Beyond, OIS 8. Chicago: University Press.
Nylander, C. 1980. Earless in Nineveh: Who Mutilated ‘Sargon’s Head’? AJA 84: 329-333.
Parker Pearson, M. & Thorpe, I. J. N. (eds)  2005. Warfare, Violence and Slavery in Prehistory. (British Archaeological Reports International Series 1374). Oxford: Archaeopress.
Porter, A. & Schwartz, G.  (eds) 2012. Sacred Killing. The Archaeology of Sacrifice in the Ancient Near East. Winona Lake: Eisenbrauns.
Ralph, S. (ed) 2013. The Archaeology of Violence: Interdisciplinary Approaches. New York: State University of New York Press.
Testart, A. 2008. Des crânes et des vautours ou la guerre oubliée. Paléorient 34/1: 33-58.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille au sein de l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Violence in Mesopotamia”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/05/2018, https://ane.hypotheses.org/535. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Violence in Mesopotamia,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/05/2018, https://ane.hypotheses.org/535.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.