L’archéologie sous-marine en Israël

Les côtes méridionales du Levant sont une pépinière de civilisations  depuis le néolithique pré-céramique. Les premiers systèmes de subsistance agro-pastorale-marins, appelés “villages de pêcheurs méditerranéens”, sont apparus sur ces côtes au cours du IXe millénaire av J-C.

Carte des sites pré-historiques autour du Carmel (© Hanay, CC-BY-SA 3.0)
Carte des sites pré-historiques autour du Carmel ( © Hanay, CC-BY-SA 3.0)

Au cours des périodes historiques, la côte israélienne est un carrefour et une voie commerciale animée pour de nombreuses civilisations. Des milliers d’années de commerce, de pêche, de navigation maritime et de guerre navale ont laissé une profusion de vestiges et d’objets archéologiques sur les côtes et les fonds marins de la Méditerranée, la mer de Galilée1, la mer Morte2 et la mer Rouge.   Les fouilles et les prospections marines ont révélé un peu partout l’existence de ports enfouis et des sites d’ancrage, d’installations côtières, d’agglomérations préhistoriques submergées par la mer, d’épaves de navires et leurs cargaisons.

Ces découvertes, qui font partie intégrante de l’histoire de l’humanité, sont aussi des témoins essentiels pour comprendre la relation continue entre l’homme et la mer. En Israël les découvertes sous-marines sont plus nombreuses que dans d’autres pays. Malgré une partie des sites et des épaves reste encore à découvrir, le pays à fait un grand effort pour identifier et ‘mapper’ les sites enfouis sous la Mer Méditerranée, la Mer Morte et la Mer de Galilée. Israël a peut-être plus conscience que ces sites ont un grand potentiel économique outre que culturel via le tourisme en tant que parcs éducatifs, musées et centres de loisirs. Et il a aussi conscience que ces sites sont très sensibles aux changements et aux perturbations environnementales.

La recherche archéologique sous-marine en Israël commence au début des années 1960. C’est alors que l’Association pour la recherche sous-marine en Israël (AURI) a été créée, suivie par la création, en 1972 à l’Université de Haïfa, du Centre d’études maritimes (CMS)3 et du département des civilisations maritimes. En 1978 c’est l’inspection maritime du département des antiquités qui a commencé à opérer.
Des activités archéologiques intensives menées au cours de 40 années de recherche ont permis de recueillir des informations précieuses sur la culture matérielle, la navigation, les méthodes de pêche et l’économie des populations anciennes des côtes méridionales du Levant. Ainsi, l’archéologie sous-marine ajoute une nouvelle dimension à la recherche sur les cultures anciennes en Israël et au Proche-Orient.

Site néolithique (PPNB) d'Atlit Yam, 6900 - 6300 av. J-C. (Hanay, CC-BY-SA 3.0)
Site néolithique (PPNB) d’Atlit Yam, 6900 – 6300 av. J-C. (© Hanay, CC-BY-SA 3.0)

Les sites sous-marins et côtiers sont pourtant endommagés et même détruits suite aux constructions humaines sur les côtes (digues, ports, centrales, etc.) et aux perturbations naturelles comme l’élévation du niveau de la mer4, la pénurie de sable qui en a résulté et qui a provoqué l’exposition sites sous-marins et côtiers aux forces destructrices des vagues. Les sites archéologiques sous-marins sont également menacés par la pollution des hydrocarbures, la pêche et les fouilles clandestines. Les sites sur les lacs sont plutôt sujets aux conditions géo-morphologiques et aux fortes pressions du développement constructif qui si continuent de la sorte entraineront la destruction totale de la plupart des sites en à peine quelques décennies.

Pour essayer de protéger tout ce patrimoine et envisager des solutions de protection, une cartographie détaillée a été suivie par la création d’une base de données informatisée. Les sites ont été cartographiés et classés en fonction de paramètres archéologiques, géographiques et culturels, à l’aide d’un système d’information géographique (SIG). On a pu ainsi établir une liste complète de sites (576 sites) répartis sur 9 cartes, ainsi qu’une liste supplémentaire de 227 sites nécessitant une protection particulière. De là on a pu constituer une typologie complète des sites sous-marins et côtiers, classés en fonction de leurs caractéristiques archéologiques (zones côtières, zones submergées, ports, mouillages, épaves de navires et installations tranchées) et de leur degré d’importance.

Classification des sites sous-marins

Établissements préhistoriques submergés
1. sites: structures, installations, sépultures, outils
2. Sites saisonniers: installations, outils
3. Concentration de vestiges antiques

Colonies côtières
1. Ville côtière: structures et installations sur le littoral et dans la mer.

2. Site côtier: village, forteresse, structures, installations.
3. Concentration de vestiges antiques.
Naufrages
1. Restes de coque et de cargaison en bois.

2. Concentration de la cargaison et des restes de navire dépourvus de sections en bois de la coque.
3. Concentration de pierres de ballast.
4. Une seule découverte provenant d’un navire.
Ports et Ancrages
1. Port construit: quais, quais et digues.

2. Ancrage: formation naturelle améliorée par l’homme.
3. Ancrage naturel: navires-abris temporaires dans une baie ou un élément naturel.
4. Ancrage en pleine mer: concentration d’ancres au large
Installations taillées dans la roche sur le littoral
1. Carrières.

2. Piscines.
3. Cales
4. Canaux.
5. Installations de production de sel
6.  Bornes taillées dans la roche et amarres

 

De plus, les régions côtières ont été classées en fonction de la concentration et de l’importance des antiquités. Les recherches archéologiques sur les sites submergés ont permis la reconstruction des paléoenvironnements et du niveau de la mer holocène sur la côte du Carmel. Ils fournissent également des informations précieuses sur les cultures matérielles, l’économie et la subsistance des populations côtières du Levant Sud au cours de la période néolithique.

À partir de la base de données et des listes, un groupe d’archéologues, d’ingénieurs de la marine et des conservateurs ont mené des enquêtes d’évaluation des risques et préparé des plans de conservation détaillés pour les sites majeurs, comme les trois villes portuaires d’Akko, Atlit et Césarée, ainsi que 4 sites côtiers5 et ont proposé un plan national de sauvegarde des sites qui prévoit les mesures de protection à prendre sur chaque site, l’estimation des coûts la maintenance annuelle, et un cadre budgétaire national pour des solutions annuelles et pluriannuelles.

Sites autour de la Mer de Galilée (d'après E. Galili et S. Arenson, 2014, fig. 11)
Sites autour de la Mer de Galilée (© Galili et Arenson, d’après E. Galili et S. Arenson, 2014, fig. 11)

Des projets pilotes de protection (à Ashkelon, Apollonia, Césarée et Akko) ont été achevés. En 2013, une société gouvernementale de protection des falaises et des sites antiques, a vu le jour. Les cinq ports antiques de Capernaum, Tabgha, Ein Gev, Ein Gofra et Kfar Akavya, sur la mer de Galilée, gravement endommagés par le développement constructif, ont été reconstruits à partir de pierres locales à l’aide de photographies et de plans d’archives. Enfin, conférences, publications, expositions dans les musées et production d’affiches pédagogique, de films et de timbres postaux sur les découvertes archéologiques sous-marines en Israël ont grandement contribué à sensibiliser le public.

Pour les spécialistes de la question il reste pourtant encore à mettre en place des actions juridiques pour contrôler le développement côtier, instaurer un développement durable et protéger les ressources culturelles marines. Les archéologues souhaiteraient que les promoteurs –qu’ils soient privés, publics, ou militaires- soient tenus responsables des dommages causés par la construction de structures et d’installations situées à proximité d’anciens sites côtiers. La question de la préservation du patrimoine archéologique côtier et sous-marin devrait faire partie des priorités nationales et internationales. Un cadre budgétaire devrait être créé pour la sauvegarde des anciens sites. Par ex. une partie de la surtaxe et des taxes d’utilisation des installations de plage pourrait être affectée à la préservation des antiquités côtières. Les chercheurs israéliens et étrangers devraient être encouragés à fouiller et sauvegarder les sites sous-marins menacés et une collaboration internationale devrait être établie dans ce but. Des plans directeurs nationaux et régionaux pour la protection et le sauvetage des anciens sites devraient être élaborés et mis en œuvre. Il faudrait même encourager les communautés locales à partager la responsabilité de la surveillance et de la protection des sites. Car seulement en se sentant responsables en tant que propriétaire du patrimoine humain les gens pourraient devenir des partenaires fiables de sa protection.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “L’archéologie sous-marine en Israël”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 28/10/2018, https://ane.hypotheses.org/5270. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “L’archéologie sous-marine en Israël,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 28/10/2018, https://ane.hypotheses.org/5270.

  1. Lac d’eau douce dans le nord d’Israël. []
  2. Lac désertique hyper salé situé dans le sud d’Israël. []
  3. Devenu plus tard l’Institut de Recanati pour les études maritimes – RIMS. []
  4. D’environ 20 centimètres au 20e siècle. []
  5. Apollonia, Yavneh-Yam, Ashkelon Nord et Tell Ashkelon. Il y a eu des enquêtes partielles d’évaluation des risques pour d’autres sites, comme Akhziv, Tell Tanninim, Tell Dor, Ashdod-Yam et les établissements préhistoriques submergés d’Atlit-Yam et de Neve-Yam. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.