Göbekli Tepe ou le premier temple ?

Göbekli Tepe l’une des plus importantes découvertes archéologiques des vingt dernières années. C’est un site exceptionnel, le plus ancien ensemble d’architecture monumentale en pierre jamais découvert, bâti par des hommes qui vivaient encore de la chasse et de la cueillette mais qui étaient en train de s’installer et de changer leur mode de production.

Découvert en 1963 mais objet de fouilles systématiques seulement à partir de 1995, Göbekli Tepe a été fouillé par une mission allemande jusqu’à la mort accidentelle de son directeur, Klaus Schmidt. Ce dernier a eu juste le temps de publier en 2014 une synthèse “grand public” en allemand, tout de suite traduite dans de nombreuses langues, ouvrage dans lequel il donnait une interprétation et une présentation exhaustive du site pour la première fois et selon une tradition qui avait commencé avec Leonard Woolley, le brillant fouilleur d’Ur (voir dans la biographie sur ce blog).

Gobekli Tepe (« la colline au nombril », en référence à sa forme) se présente comme une colline haute de 15 mètres pour un diamètre de 300 mètres, située à une vingtaine de kilomètres au nord-est de la ville de Sanliurfa (aussi appelée Urfa, en Turquie, anciennement Edesse ou Orhay ou Erekh), près de la frontière avec la Syrie.

Du sommet de cette colline on peut observer un vaste territoire: on peut y voir les monts Taurus et Karacadağ au nord et à l’est, et au sud, la vallée de Harran qui s’étend jusqu’en Syrie. Seule la vue ouest est restreinte par les montagnes avoisinantes. La zone aménagée par l’homme serait de 300 à 500 m2 selon les estimations. Mais seulement une petite partie du site a pu être fouillée.

Les fouilles ont permis de découvrir un ensemble de structures tout à fait inédites. Il s’agit d’un ensemble monumental de 4 enceintes en blocs de pierres sculptées. Chaque enceinte a un diamètre allant de 10 à 20 mètres. Au centre, deux imposant monolithes en T se dressent, qui mesurent 5,50 m de haut et pèsent de 15 à 20 tonnes.

Autour des monolithes centraux, s’élève un mur de pierre et de mortier d’argile dans lequel sont insérés une dizaine de blocs, toujours en T, mais plus petits: ils mesurent de 3 à 5m de haut et pèsent jusqu’à 10 tonnes. Grâce aux relevés géomagnétiques les archéologues estiment qu’une quinzaine d’autres enceintes, de structure identique, restent à dégager alentours.

Ces structures sont datables d’environ 10.000 av. J-C. , donc quelques 6 ou 7 millénaires avant les pyramides d’Egypte et Stonehenge, 5 millénaires avant les menhirs de Carnac … C’est une période à laquelle l’agriculture, la domestication, la roue ne sont pas encore inventées. Pourtant ces structures ont nécessité une organisation du travail, une spécialisation des tâches de plusieurs dizaines, voire centaines de personnes sur des durées longues, ce qui ne lasse pas d’intriguer les archéologues, habitués à penser cette période comme celle des chasseurs-cueilleurs, mobiles et en petits groupes autonomes. Aucune trace d’habitation sur le site, aucune trace d’animaux ou de plantes domestiques non plus…. De fait la fonction du site continue de faire débat. Pour mieux comprendre le site, il faut sans aucun doute essayer de comprendre les symboles abstraits et surtout les animaux qui sont sculptés en haut-relief sur les monolithes de chaque enceinte: oiseaux, aurochs (ancêtre de notre taureau), renard, sanglier, serpent, insecte … Les détails et le style naturaliste de ces sculptures dans des blocs d’un seul tenant révèlent le sens artistique tout autant que la maitrise technique de leurs auteurs qui n’avaient à leur disposition que des outils rudimentaires. Ces représentations sont parfois en position inversée à 90°.

Au centre des enceintes, les deux monolithes semblent représenter une forme anthropomorphique, mais sans tête, alors que les mains, la ceinture, le pagne voire les peaux d’animaux qu’ils portent sont bien représentés. La barre horizontale du T symboliserait alors la tête. Il s’agirait peut être de personnages jumeaux ou frères/sœurs ou encore ce serait la dualité homme/femme qui serait représentée… bien qu’on ne puisse pas déterminer le sexe.

Pour Schmidt, si les personnages monolithes n’ont pas de visage, c’est qu’ils ne peuvent pas être représenté en tant que humains ordinaires. Il s’agit peut-être de divinités stylisées, gardiens du lieu, qui affirment par leur gigantisme, et pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la suprématie de l’homme sur la nature; jusqu’à présent les œuvres laissées par les hommes de la préhistoire représentaient peu le genre humain ou alors en position égale voire inférieure à celles des animaux.

A propos des animaux, Schmidt évoque plusieurs hypothèses non exclusives les unes des autres : gardiens ou attributs des créatures anthropomorphiques, espèces préférées, ou utilisées lors des pratiques funéraires, emblèmes totémiques, véhicules pour la rencontre avec les esprits.

Ces animaux, souvent agressifs, font maintenant l’objet d’une typologie. Tous ces éléments suggèrent à Klaus Schmidt d’y voir un sanctuaire, et de fait, du plus ancien temple découvert à ce jour. Mais d’autres archéologues ont avancé l’hypothèse que, sans nécessairement être sacré, le site a pu être un lieu de rencontre entre clans, peut-être pour se répartir les territoires de cueillette et chasse. Cela aurait contribué à l’émergence de l’art totémique, les représentants de chaque clan siégeant dans des enceintes circulaires autour d’un monolithe représentant leur animal-fétiche.

La controverse entre une interprétation sacrale et une autre temporelle est plutôt vaine et surtout contraire aux sentiments des hommes de cette période où humain et surnaturel étaient très reliés. De toute manière, l’exceptionnalité du site est due au caractère grandiose des réalisations à une époque où l’on ne les penserait pas possibles…

Après environ 2000 ans d’utilisation le site disparait complètement autour de 8000 av. J.-C. pour resurgir et nous enchanter aujourd’hui.

Pour en savoir plus :
K. Schmidt, Le premier temple. Göbekli Tepe, Paris, CNRS Éditions, 2015.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Göbekli Tepe ou le premier temple ?”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/05/2018, https://ane.hypotheses.org/516. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Göbekli Tepe ou le premier temple ?,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/05/2018, https://ane.hypotheses.org/516.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


2 réflexions sur « Göbekli Tepe ou le premier temple ? »

    1. La pierre. L’Anatolie est certes riches en métaux mais à cette époque il ne peut y avoir que de la pierre. Le silex, qui se trouve ici en grande quantité, a une dureté de 7 sur 10 selon l’échelle de Mohs, donc très dure. En plus il a la particularité de se fractionne en arrêtes tranchantes, donc bien commode pour être utilisé comme instrument de coupe. C’est probablement ainsi (avec du silex) que la majeure partie des mégalithes a été coupée dans la roche, même si les mégalithes européens comparaissent à un moment où au Proche-Orient les métaux étaient déjà utilisés…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.