L’archéologie sous-marine

L’archéologie sous-marine est une spécialisation qui demande des compétences tant en archéologie qu’en plongée. Elle est née par le hasard d’une découverte de simples pêcheurs grecs qui en 1907 plongeant pour gagner leur vie avec des chaussures qui pesaient entre 10 et 20 kg la paire (d’où le surnom de “Pieds Lourds”) repèrent une épave. Connue sous le nom d’épave de Mahdia
(Tunisie), elle sera fouillée d’abord par A. Merlin (1907 à 1913), puis par un groupe constitué de l’archéologue jésuite Antoine Poidebard1, du capitaine Philippe Tailliez, du commandant Jacques-Yves Cousteau et du directeur des antiquités Gilbert Charles-Picard (1943). Si la première mission ne fait remonter que quelques mobiliers et quelques colonnes, la deuxième remonter beaucoup plus d’objets grâce à l’emploi d’un nouveau type de scaphandre, le scaphandre autonome.2

Restitution de l'épave de Mahdia (Licence CC BY NC)
Restitution de l’épave de Mahdia (Licence CC BY NC)

L’épave, située à une profondeur de 39 à 42 mètres sous la mer, pillée après la découverte, est un navire grec construit en bois d’orme qui aurait sombré entre 100 et 70 av. J.-C. suite à un incendie, à une avarie ou à une tempête. Il transportait soit le produit du pillage de la Grèce par Sylla après sa victoire contre Mithridate en 85 av. J.-C., soit plus vraisemblablement des objets pour les riches familles romaines avides de la culture grecque. La cargaison du navire comportait des marchandises communes, comme la céramique (céramique commune, céramique vernissée noire), des objets en marbre (colonnes de marbre monolithiques non cannelées, chapiteaux de marbre ioniques et doriques ornées de griffons, bases de colonnes de type ionique attique, éléments de corniche, et sculptures) et des objets en bronze (trépieds, braseros, candélabres à fût cannelé, miroirs à chaudron damasquinés, appliques, lampadaires et lampes portatives, etc.) pour une masse estimée entre 200 et 300 tonnes et une valeur estimée à 857 000 sesterces3.

Mais c’est à Marseille que a lieu la première mission scientifique sous marine. En 1948 au sud-est de la rade de Marseille, près de l’île Riou, un plongeur marseillais découvre une épave qui se révèlera être composée de deux épaves. Sous la direction de Fernand Benoit et avec la participation de Jacques-Yves Cousteau, le gisement du “Congloué”, comme l’appellent les Marseillais, cache la présence de deux épaves superposées à un siècle d’intervalle4. Cette première fouille voit l’expérimentation de plusieurs nouveaux moyens comme les “suceuses”, des aspirateurs sous-marins aujourd’hui encore indispensables. Et si elle est à l’origine de la création de la Drassm5, voulue par André Malraux (1966), alors ministre de la Culture, elle pleure aussi le premier décès d’un plongeur, atteint de narcose, sur un chantier de fouille (1952).
Dans le gisement du “Grand Congloué”, le navire le plus ancien, appartenant à un certain Marcus Sestius, remonte au IIe siècle avant J.-C. Il a sombré entre 210 et 180 av. J.-C., et sa cargaison pratiquement intacte comprend près de 10 000 pièces de vaisselle et près de 3000 amphores. Le navire plus récent a sombré entre 110 et 70 av. J.-C. C’est encore à l’est du Grand Congloué qu’en 2000 on a découvert l’épave de l’avion d’Antoine de Saint-Exupéry, disparu en mission de reconnaissance aérienne en 1944, et en 2006 celle du pilote allemand qui l’avait abattu…

Exemple de ROV (Licence CC BY NC)
Exemple de ROV (Licence CC BY NC)

Pour aller toujours plus loin sous la mer, de nouveaux outils sont créés au cours du XXIe s. : l’archéologie sous-marine est intimement liée à l’évolution des progrès techniques. Grâce au développement de la robotique et de l’informatique, on peut étudier un chargement par photogrammétrie6, ou  nettoyer le sédiment à l’aide d’un ventilateur contrôlé par la caméra d’un robot. Le projet européen Vénus, qui associe l’Italie, le Portugal et la France, innove sur une épave chargée d’amphores découverte à Marseille à 110 m de fond, pas très loin du Grand Congloué, et annonce la nouvelle révolution, l’ère des épaves profondes. Pour arriver, en effet, là où le plongeur humain ne peut pas aller, des multiples robots sont inventés. D’abord ROV, “remotely operated vehicle”, un véhicule sous-marin téléguidé, une sorte de drone sous marin contrôlé à distance. Il permet une acquisition rapide et sécurisée d’informations multiples (physicochimiques et visuelles), parfois doté de préleveurs ou de divers capteurs, à une profondeur maximale de 4000m et à une pression allant jusqu’à 300 bar. C’est un ROV qui a pu localiser l’épave du Titanic et pour la première fois ainsi la filmer (en 1987) à environ 4 000 mètres de fond. Et ce sont toujours des ROV qui ont découvert les épaves du Bismarck7 et du Central America ((Surnommé aussi Ship of Gold (le navire de l’or), un bateau à vapeur qui naviguait entre Panama et la côte est des USA. En 1857 le bateau sombre à a suite d’un ouragan, en emportant avec lui 425 personnes (il y eut 153 survivants) et 11,2 tonnes d’or. L’épave est localisée en 1988 et un robot, surnommé Némo, a été construit avec une pince géante pour puiser dans le trésor estimé à plusieurs millions d’euros.)). Puis 2014 voit l’arrivé de SPEEDY, prototype de robot totalement novateur,  doté d’une main à trois doigts pour saisir des objets, véritable prolongement sensoriel de l’archéologue. Et enfin OCEAN ONE, conçu et créé à l’Université de Stanford, robot humanoïde capable de descendre jusqu’à 2000 m de profondeur et d’y travailler en suppléant à la fois les yeux et les mains des archéologues restés en surface… Après le rêve de Leonardo da Vinci de voler, voilà enfin l’autre rêve qui commence à se réaliser, l’exploration des abysses!

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “L’archéologie sous-marine”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/10/2018, https://ane.hypotheses.org/5066. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “L’archéologie sous-marine,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/10/2018, https://ane.hypotheses.org/5066.

  1. L’“inventeur” de la prospection archéologique aérienne. []
  2. Il s’agit d’un équipement de respiration subaquatique qui permet de nager librement avec une réserve de gaz respirable comprimé. C’est ainsi que le plongeur est affranchi du casque et des lourdes chaussures. []
  3. env. 700 000 € []
  4. Le cas de superposition d’épaves ne’est pas exceptionnel : les côtes de la Méditerranée sont semées d’épaves antiques, les unes à côté des autres, et constituent parfois de vrais cimetières sous marins. []
  5. Département de recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines. []
  6. Une cartographie en trois dimensions. []
  7. Le Bismarck, cuirassé allemand de la 2e Guerre Mondiale, coula suite à l’intense bombardement britannique et au sabordage de son équipage; seuls 114 marins et un chat survécurent sur un effectif de plus de 2200. L’épave a été localisée en juin 1989 à 650 kilomètres au large de la côte française, à 4 800 mètres de profondeur. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.