Les tombes “royales” d’Ur

Découvert en 1922, mais fouillé seulement à partir de 1927 jusqu’à la campagne de 1931, le Cimetière Royal se trouvait en dehors du téménos qui lui était contemporain et sous le téménos néo-babylonien qui est beaucoup plus grand que son précédent du IIIe mill. Le caractère exceptionnel du cimetière est dû non seulement au fait que peu de tombes royales ont été découvertes ailleurs en Mésopotamie, mais aussi à la richesse des objets et aux sacrifices humains.

La stratigraphie et la chronologie du cimetière restent assez complexes et plusieurs hypothèses ont été émises sans arriver à une solution unanimement acceptée. Le problème principal est l’accumulation de tombes les unes sur les autres (il y en aurait jusqu’à 20 superposées), les plus récentes coupant les plus anciennes.

En plus, de nombreux pillages ont altéré la stratigraphie. On a retrouvé environ 2000 sépultures, dont 660 d’époque protodynastique (2600-2400 env. av. J.-C.). Et de ces 660 tombes, 16 seulement sont construites, les autres sont de simples inhumations.Dans les inhumations, le corps, sans orientation fixe, est en position « fœtale », les jambes fléchies, les bras vers le visage. Le corps est déposé dans un cercueil recouvert de nattes et plusieurs objets (sceaux-cylindres, bijoux, épées ainsi qu’une coupe et une jarre) sont posés à terre, à côté du corps.

Les 16 tombes construites se composent d’une rampe d’accès à la tombe –appelée dromos-, d’un vaste espace précédant la chambre (ce que Woolley appelle “death pit”) et enfin d’une chambre souterraine en pierre et briques avec couverture à voûte ou à coupole en pierre.

La chambre est en général simple, comme dans la tombe PG800 –celle dite de Pu-abi. Mais parfois on trouve des tombes comprenant plusieurs chambres, comme dans la tombe PG779 et la PG1236. Enfin, parfois, la tombe ne comporte pas de « puits de la mort » comme dans PG 1648, PG 1618, PG1631 alors qu’une seule fois une très riche tombe est une simple inhumation (PG 755, tombe de Meskalumdug) ; mais la richesse des objets trouvés dedans la rapproche des 16 tombes construites. Ces tombes sont dites « royales » car elles se différencient des simples inhumations non seulement par la construction de la tombe, mais aussi par la richesse des offrandes et par les nombreux corps les accompagnant. D’ailleurs, les inscriptions de sceaux confirment le statut des morts : “Meskalumdug le roi”, ou bien “Akalamdug, roi d’Ur, Ashusikildingir est sa femme”.

L’une des tombes les plus connues, celle de la reine Pu-abi (PG 800), qui abritait 23 corps humains et 2 bœufs, conservait de nombreux objets : un char, des épées, un rasoir, plusieurs sceaux, un grand coffre en bois (2,2 x1,1m) décoré avec incrustations de lapis et coquille, une harpe, des boîtes à cosmétiques, des colliers, des boucles en or, des pierres à aiguiser, des dagues, des coupes en or… Les découvertes sur le corps de la reine, une femme d’une quarantaine d’années, assez haute (1,70m), posée sur une civière, dont restaient seulement quelques fragments, ont permis de comprendre la richesse de l’apparat. La femme, qui offre l’exemple le plus complexe des coiffures et des bijoux portées par les autres femmes du cimetière, avait une coiffure compliquée: un ruban long en or entourait la tête de telle manière que les 2 parties du ruban se croisent derrière la tête. Sur le ruban, un tour de perles de lapis et cornaline tenait des anneaux qui tombaient sur le front et sur le tour de perles, était posée une guirlande de perles cylindriques de lapis et de feuilles de peuplier en or, puis une autre guirlande de lapis et cornaline d’où pendent plusieurs groupes de 3 feuilles de saule en or entre lesquelles il y avait des rosettes en or, lapis et pâte blanche. Il est possible qu’une série de perles ovales en lapis ait complété la coiffure, mais on n’est pas sûr de sa localisation exacte. Au centre de la tête était posé une sorte de peigne en or, duquel sortaient 7 rosettes. La reine portait des boucles d’oreilles en forme de lune. Sur toute la partie haute de son corps la découverte de perles en or, lapis, argent, cornaline, agate et calcédoine laisse penser à une série de colliers de longueur, formes et couleurs différentes. A la taille, la reine portait une épaisse ceinture de perles d’or, de lapis et de cornaline, sur le bras droit 3 épingles pour tenir un vêtement et quelques amulettes et trois sceaux-cylindres dont l’un a permis l’identification de la défunte. Aux doigts, la reine portait 10 bagues en or et sur le genou droit un fixe-chaussette. À côté de la civière était tombé le diadème que la reine portait sur la déjà riche coiffure, un diadème en lapis et or. Beaucoup d’objets remplissaient partout la chambre : à part la coupe en argent très proche de la reine, il y avait une tête de taureau en argent, une plaque fragmentaire en coquille, 2 coupes en or, 3 coupes en argent…

Ce n’est pas seulement la richesse des ornements qui constitue un indice précieux des techniques connues, des réseaux commerciaux déjà très développés, du raffinement et du goût pour les couleurs vives et l’association entre elles : c’est la signification symbolique des ornements qui est un révélateur important des croyances et des besoins fondamentaux de cette époque. Les thèmes choisis (rosettes, feuilles), les pierres précieuses utilisées (lapis-lazuli, or, cornaline) et les couleurs (rouge, bleu, jaune) qui composent l’ornement, renvoient à la sphère de la végétation, de l’abondance, de la reproduction, et à la sphère de la lumière, de la pureté, et du divin, l’or étant dans plusieurs textes littéraires la chair des dieux, le bleu leur barbe et leur chevelure.

Les corps accompagnant le mort royal étaient soit à l’intérieur de la chambre soit à l’extérieur, dans l’espace devant appelé « puits de la mort ».

La tombe comportant le plus de corps est la PG 1237, dite aussi “la grande fosse de la mort”, où on a trouvé 73 corps (dont seulement 4 hommes). La tombe PG 789 en contenait 63, en majeure partie des femmes, la PG 1050, 40 corps….

Woolley avait donné une restitution du cérémonial selon laquelle il y aurait eu un cortège funèbre qui descendait dans le puits et mettait le corps royal dans la chambre; de une à quatre personnes appartenant à la suite personnelle du mort étaient tuées ou réduites en état d’inconscience avec une drogue et abandonnées dans la chambre, ainsi que les bijoux et les objets personnels du mort royal. Puis la porte de la chambre était murée à ce moment-là puis une grande procession d’hommes et femmes (jusqu’à 80), habillés en habits de parade descendait dans le puits. Et entre chants et musique tous se suicidaient ou étaient drogués, et même les animaux des chars étaient tués. Enfin, on remplissait la rampe d’accès avec alternativement une couche de terre et une couche de libations et offrandes et autres victimes.

Aujourd’hui on pense en réalité que ces personne ne se suicidaient pas, mais étaient tuées. Pour une exposition qui ouvrit en 2009, R. Zettler, conservateur du Penn’s Museum of Archaeology and Anthropology, a fait pratiquer des tomodensitométries de deux crânes parmi les mieux préservés (la majeur partie a été réduite en forme de galettes à cause de la surcharge de terre accumulée au cours des siècles). On a ainsi pu constater qu’il y avait deux trous ronds dans le crâne du soldat et un dans celui de la femme, chacun d’environ un pouce de diamètre, pratiqué par un instrument tranchant, une sorte de pique peut-être et que ces trous n’ont pu être pratiqués que quand la personne était encore vivante. Cela pose d’énormes questions puisqu’il s’agissait de sacrifices humains, les seuls connus en Mésopotamie. Bien que plusieurs hypothèses soient possibles pour expliquer ces rites, ce qui est sûr est qu’ils ont duré peu de temps, probablement en raison des coûts humains, économiques et sociaux que de telles pratiques comportaient.

Bibliographie
R. Ellison, Some Food Offerings from Ur Excavated by Sir Leonard Woolley and Previously Unpublished, Journal of Archaeological Sciences 5 : 167-177.
D. P. Hansen, H. Pittman, L. Horne, R. L. Zettler, Treasures from the Royal Tombs of Ur. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1998.
G. Marchesi, Who was Buried in the Royal Tombs of Ur ? The Epigraphic and Textual Data. Orientalia 73: 153-197.
R. S. Moorey, What do we know about the People Buried in the Royal Cemetary of Ur ? Expedition 20/1: 24-40.
H. Nissen, Zur Datierung des Königsfriedhofes von Ur. Bonn: Rudolf Habelt, 1966.
S. Pollock, The Royal Cemetery of Ur : Ritual, Tradition, and the Creation of Subjects. In M. Heinz et M. H. Feldman (eds), Representations of Political Power: Case Histories from Times of Change and Dissolving Order in the Ancient Near East: 89-110.
L. Woolley, The Royal Cemetery, UE II. London, 1934.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les tombes “royales” d’Ur”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 07/05/2018, https://ane.hypotheses.org/483. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les tombes “royales” d’Ur,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 07/05/2018, https://ane.hypotheses.org/483.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.