Le cheval au Proche-Orient ancien (première partie)

Dans la série lexicale HAR-ra=hubullu, qui traite de l’existant1, les ânes terminent la tablette XIII, celle des animaux domestiques. Le cheval, « âne des montagnes » selon l’idéogramme sumérien2, n’est pas, pour autant, un animal facile à classer : il peut s’habituer à l’homme mais il ne sera jamais complétement domestiqué.

Cheval au galop (㏄ BY NC SA)
Cheval au galop (㏄ BY NC SA)

Ce statut spécial de l’animal, qui en constitue aussi un attrait, uni à ses qualités, qui en on favorisé l’adoption rapide dans la guerre, permettent en partie d’expliquer la richesse de représentations symboliques du cheval dans les textes et dans les images. Souvent lié aux dieux et aux rois, il devient un des plus importants animaux de prestige, l’un des 2 seuls animaux a avoir droit à un rite humain, la sépulture, l’un des animaux rattaché à la royauté et l’un des peu nombreux animaux à être transformé en créature hybride avec buste humain.

Mais il est difficile d’identifier les restes d’équidés ou leurs représentations iconographiques. Certaines fois les fragments d’os sont trop petits pour pouvoir définir l’animal sans ombre de doute. En plus, parfois les publications se contredisent et ce qui était considéré d’abord comme un cheval est devenu un âne ou viceversa. Dans d’autres cas, les représentations équines sont sujettes à des multiples interprétations : dans l’une des premières images mésopotamiennes (étendard d’Ur) l’équidé a les oreilles courtes et la
queue d’un cheval mais la crinière droite des ânes. Et là encore c’est l’espèce sauvage, l’onagre, ou domestiquée que l’on a voulu représenter ? La difficulté d’identification dépend en partie du support de ces représentations et de leur taille, des conventions stylistiques. D’ailleurs, une image représentée sur une petite plaque de coquille peut difficilement avoir une précision zoologique, sujette aux codes stylistiques et des buts de l’œuvre.
Enfin, la situation est compliquée aussi par les problèmes de classifications modernes des équidés, surtout l’absence d’une vision unanime des genres et sous-genres, lieux de domestication et diffusion3.

Le cheval est un mammifère (herbivore), de la famille des équidés, qui comprend aussi l’âne et le zèbre. Il peut être regroupé et classé en fonction de sa race, son utilisation, sa taille (qui varie entre 44,5 cm pour 26 kg à 2,19 m pour 1 500 kg) ou sa couleur de robe. La date de domestication, le nombre aussi de foyers de domestication et des espèces ou sous-espèces sont sujet à différentes théories. Si l’apprivoisement du cheval a du commencer vers le VIIIe mill. ce n’est que à partir du IVe mill. qu’il serait domestiqué, donc bien après le chien et les animaux à viande (vache, brebis, chèvre, porc). Les différences entre les espèces de cheval4 suggère que cette domestication est récente, et qu’elle concerne un nombre restreint d’étalons pour un grand nombre de juments, capturées à l’état sauvage. C’est au Kazakhstan que le cheval aurait été domestiqué pour la première fois et de là se serait diffusé au Proche-Orient. Introduit en Mésopotamie au IIe mill., même probablement un peu plus tôt (IIIe mill), le cheval n’a pas pu être utilisé tout de suite pour le transport des charges ni pour la guerre puisque les instruments pour l’attelage n’étaient pas au point.

Sceau du Ier millénaire (Collon 1992)
Sceau du Ier millénaire (Collon 1992)

En effet, l’attelage du char a été créé pour les bœufs et quand il est passé aux chevaux aucune modification n’a été faite : le joug, le timon et même l’anneau nasal pour commander l’animal, bien adaptés aux bœufs, ont en revanche gêné les équidés. D’autres problèmes venaient d’une connaissance limitée de l’animal : on ne le castrait pas donc il n’était pas docile, on ne lui mettait pas de fers aux sabots bien que ses membres soient très fragiles, et cela les blessait (les lésions devaient être fréquentes). Si on ajoute à cela un harnais primitif, un char extrêmement vulnérable et fragile ne pouvant aller qu’en plaine et des passagers exposés aux tirs des ennemis, on comprend aisément que les premiers chars à roue étaient difficilement maniables et contrôlables5.
Mais il a dû servir pour le transport et les travaux des champs. En effet, dans certains sceaux il tire la charrue ou il intervient dans des scènes de chasse ou il est monté à cru (sans selle, comme encore au début du Ier mill). Le cheval monté fut pourtant sporadiquement utilisé dans la Mésopotamie du IIe mill., à cause des problèmes d’attelage. Une monture à cru et sans fers par un passager alourdi par son armement devait provoquer un contrôle mal assuré : le chevalier se sentant mal sur l’assiette, et ayant l’impression de tomber, soit il tire sur les rênes et ainsi épuise vite l’animal soit il se tire en arrière et il ressent ainsi un maximum de secousses.

Animaux musiciens (A. Spycket 1972)
Animaux musiciens au banquet (A. Spycket 1972)

Un cas particulier est celui des images où les équidés se comportent comme des hommes, assis, jouant de la musique, buvant, jouant. Ces scènes contiennent indubitablement un goût humoristique: l’intention semble être de se moquer de certains comportements humains. Mais le type d’action (banquet, danse, musique) renvoie à une connotation rituelle et le choix de l’animal et la manière de le représenter laissent ressentir une certaine sympathie sinon une certaine fascination pour ces animaux.

La période la plus prolixe dans la représentation de chevaux est sans doute le Ier mill. quand l’art officiel s’en approprie pour soutenir la propagande royale : le cheval accompagne alors le roi à la bataille tout comme à la chasse, toutes deux preuves de la puissance et de la force du roi.

Conducteur de chevaux, Palais de Sargon, Khorsabad, Louvre AO 19883
Conducteur de chevaux, Palais de Sargon, Khorsabad, Louvre AO 19883

Mais le roi ne le monte pas directement, il l’utilise pour tirer son char, qu’il soit à la guerre ou à la chasse. Ça ne sera que plus tard que s’impose la tradition de représenter le roi à cheval, image qui est hérité tant en Orient (par les rois sassanides) et en Occident (voir le nombre élevé de statues équestres dans toute l’Europe et à toutes les époques).
Enfin, au Ier mill., même la production populaire utilise le cheval, d’abord comme partie de certains démons, la Lamashtu par ex., et puis dans les terres cuites (néo-babyloniennes, achéménides et greco-seleucides). Lorsque ils sont représentés dans les plaquettes de Lamashtu, les chevaux ont une fonction apotropaïque. Sans oublier que cette démone, la Lamashtu, a les oreilles et les dents d’âne, et est parfois représentée montant un âne. Enfin, à partir de l’époque Néo-Babylonienne (VIe s.) et jusqu’aux Séleucides et Parthes, la coroplastie choisit souvent de représenter un homme montant à cheval. Le nombre de figurines sur ce sujet est très élevé et dépend des changements intervenus au Ier mill., le principal étant que le cheval monté remplace le char en importance6.

à suivre…

Pour aller plus loin :
Borowski, O. 2002. Animals in the Religions of Syria-Palestine. In B. J. Collins (éd.): 405-411.
Foster, B. R. 2002. Animals in Mesopotamian Literature In B. J. Collins (éd.): 272-274.
Limet, H. 1992. Le cheval dans le Proche Orient ancien (domestication, entretien, soins). In L. Bodson (éd.), Contributions à l’histoire de la domestication. Journée d’étude – Université de Liège, 2 mars 1991: 37-55. Liège.
Scurlock, J. A. 2002. Animals in Ancient Mesopotamian religion. In B. J. Collins (éd.) : 368-371.
Spycket, A. 1972. La musique instrumentale mésopotamienne. Journal des savants 3(1): 153-209.
Vigne, J. & Guilaine, J. 2004. Les premiers animaux de compagnie 8500 ans avant notre ère ?… ou comment j’ai mangé mon chat, mon chien et mon renard. Anthropozoologica 39/1: 249-273.
Yon, M. & Caubet, A. 1994. Le cheval, une noble conquête du Proche Orient . In P.-L. Gatier, E. Viallard & B. Yon (éds.), De Pégase à Jappeloup, Cheval et société: Montbrison.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Le cheval au Proche-Orient ancien (première partie)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 17/10/2018, https://ane.hypotheses.org/4764. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Le cheval au Proche-Orient ancien (première partie),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 17/10/2018, https://ane.hypotheses.org/4764.

  1. voir article Les animaux du Proche-Orient ancien, première partie []
  2. comme le dromadaire appelé « âne des pays de la mer » selon l’idéogramme sumérien []
  3. par ex. on pense aujourd’hui que l’onagre aurait 3 sous-espèces bien que avant on pensait qu’il en avait 5 []
  4. par ex. même le nombre de gènes entre les différentes espèces d’équidés est variable []
  5. par exemple pour tourner il fallait faire un virage à grand rayon []
  6. D’autres changements sont l’apparition du char à 2 timons, ce qui veut dire 4 chevaux et donc des charges plus importantes ; le harnais se modifie et le joug est ajusté à l’encolure de chaque cheval []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Une réflexion sur « Le cheval au Proche-Orient ancien (première partie) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.