Les Phéniciens, ces inconnus ? (première partie)

C’est par convention que on parle de Phéniciens, du grec Phoinikes, terme qui nous a été légué par les Grecs. Dans l’Iliade et l’Odyssée, les Phéniciens sont présentés comme des commerçants et des artisans habiles, producteurs de splendides robes pourpres d’où viendrait leur nom, et d’objets en bronze très appréciés :

« Puis Hékabè entra dans sa chambre nuptiale parfumée où étaient des péplos diversement peints, ouvrage des femmes Sidoniennes que le divin Alexandros avait ramenées de Sidôn, dans sa navigation sur la haute mer par où il avait conduit Hélènè née d’un père divin. Et, pour l’offrir à Athènè, Hékabè en prit un, le plus beau, le plus varié et le plus grand ; et il brillait comme une étoile et il était placé le dernier. » (Iliade, Chant VI, 289-295).

« Alors le Pèléide déposa les prix de la course : un très beau kratère d’argent contenant six mesures. Et il surpassait par sa beauté tous ceux qui étaient sur la terre. Les habiles Sidônes l’avaient admirablement travaillé ; et des Phéniciens l’avaient amené, à travers la mer bleue ; et, arrivés au port, ils l’avaient donné à Thoas ». (Iliade, Chant XXIII, 740-745)

Bateau phénicien représenté dans un bas-relief néo-assyrien, Ninive, Palais de Sennachérib.
Bateau phénicien représenté dans un bas-relief néo-assyrien, Ninive, Palais de Sennachérib.

Les rois assyriens aimaient aussi les butins rapportés des guerres contre les cités phéniciennes : dans leurs annales sont cités les objets en bronze et ivoire, les tissus colorés de pourpre et aussi les animaux exotiques qui ont été rapportés en Assyrie. Pour transformer les butins en tributs annuels, et donc jouir constamment des biens produits par les Phéniciens, ces derniers furent à la fin annexés à l’empire.

Mais comment s’appelaient eux mêmes ? Et surtout avaient-ils l’idée d’appartenir à une même communauté culturelle sinon politique ou ethnique ?

Les connaissances sur les Phéniciens ont considérablement augmenté ces dernières décennies, autant du point de vue archéologique qu’historique1.
A l’est, les recherches archéologiques à Kition (Chypre) ont fait émerger une colonie qui témoigne de la présence phénicienne dans l’île à partir du 10e– 9e siècle av. J-C.
Au centre, les fouilles italiennes en Sicile et en Sardaigne ont permis de mettre au jour une production artistique phénicienne très riche et une pénétration plus large à l’époque carthaginoise, lorsque la quasi-totalité de la Sardaigne semble sous contrôle punique.
À l’ouest, les fouilles espagnoles et allemandes sur la Costa del Sol ont permis d’identifier la présence phénicienne depuis au moins le IXe siècle (Almuñécar) parfois accompagnée d’habitations et de fortifications remarquables (Toscanos) dès le VIIIe s. av. J.-C.

Parallèlement aux découvertes archéologiques, les analyses philologiques et historiques ont connu un développement intense, d’abord pour en comprendre les origines et les développements coloniaux, ensuite pour mieux apprécier les traits caractéristique de cette civilisation, la distinguer de la civilisation punique (l’époque de la domination de Carthage sur la Méditerranée) et de la production « orientalisante » contemporaine.

Carte de la région
Carte de la région

Les Phéniciens se révèlent être les épigones de la civilisation dite « cananéenne » qui s’est développée en Syrie, au Liban, en Israël depuis le IIIe mill. av. J.-C. C’est peut-être pour cela qu’ils ne disposaient pas d’un mot pour se désigner collectivement : ils avaient conscience de se différencier des Assyriens mais pas des générations qui les avaient précédé sur place. En effet, ni la langue, ni la culture phéniciennes se différencient des cananéennes. L’histoire phénicienne commence à la fin du IIe millénaire avant J.-C. C’est à ce moment que suite aux grands bouleversements provoqués dans toute la Méditerranée par les « peuples de la mer », les cités levantines, comme Byblos, Sidon ou Tyr, s’affranchissent de la domination égyptienne et deviennent autonomes. Ces cités sont avant tout des ports et dominent un territoire assez exigu, coincé entre la mer et les montagnes qui la bordent. Elles forment chacune un État indépendant, une cité-État, mais il n’y a jamais eu unification politique des villes phéniciennes. Et c’est pour cela que leurs habitants se qualifient non de « Phéniciens », mais de « Tyriens », ou « Sidoniens » ou « Arwadites », se référant toujours à la ville qui seule est leur patrie.

Dans cette période d’indépendance, les Phéniciens continuent à commercer, comme ils faisaient déjà des siècles auparavant (cf. par ex. les documents d’Emar et d’Ugarit qui au XIIIe s. attestant l’existence de relations commerciales avec Sidon). Et ils lancent aussi leurs premières expéditions au-delà des mers connues : selon la tradition littéraire grecque les plus anciennes colonies en Afrique du Nord (par ex. Utique) et même au-delà du détroit de Gibraltar (Cadix en Espagne ou Lixus au Maroc) remonteraient au XIIe siècle. Si aucune preuve archéologique n’a encore été retrouvée à une date si haute, il est clair qu’avant d’établir les premières colonies, les Phéniciens ont parcouru la Méditerranée en long et en large, pour repérer les différentes richesses (cuivre à Chypre, divers métaux en Sardaigne, argent en Espagne) et les endroits plus propices à leur exploitation. Ainsi les premières présences stables des Phéniciens en Méditerranée datent du IXe (Chypre en début du siècle, Carthage en fin) et VIIIe s. av. J.-C. (Sardaigne, Espagne). Ces comptoirs phéniciens présentent tous les mêmes caractères : ils sont toujours implantés près de la mer, dans des endroits faciles à défendre et disposant de ports naturels. Ce sont très souvent des îlots en face de la côte sur le modèle de Tyr et d’Arwad, comme Mozia en Sicile, Cadix en Espagne, Sulcis en Sardaigne. Ou encore ce sont des péninsules ou des presqu’îles (Tharros et Nora en Sardaigne), ou des sites côtiers à l’abri d’une colline (Carthage) ou près de l’embouchure de fleuves. Grâce à ces colonies, les échanges entre Phéniciens, autochtones et Grecs, qui à la même époque commençaient à s’installer en Sicile et en Italie, deviennent de plus en plus étroits, comme prouve le phénomène de l’artisanat « orientalisant », qui produit des objets de luxe, notamment en ivoire, aux décors inspirés de l’art Égyptien, Phénicien et Assyrien.

Inscription phénicienne de Tel Dan
Inscription phénicienne de Tel Dan

Dès le IXe siècle les rois d’Assyrie commencent à s’intéresser de près aux villes phéniciennes : ils y lancent régulièrement des expéditions pour rapporter les produits de luxe, imposant de lourds tributs en métaux, en ivoire, en animaux et produits exotiques. La pression se fait de plus en plus lourde à la fin du VIIIe siècle, quand les Assyriens laissent une étroite marge de liberté aux villes phéniciennes, qui sont obligées à respecter des clauses commerciales très contraignantes et qui sont punies très durement quand elles tentent de se dégager de l’emprise assyrienne. Encore aujourd’hui tout n’est pas clair : on ignore si toutes les villes furent annexées à l’empire assyrien, Tyr par ex. semble être restée indépendante. On ignore aussi si c’est la pression assyrienne qui a provoqué ou aidé à provoquer la colonisation phénicienne en Méditerranée. Et, enfin, il est possible que la demande assyrienne ait joué un rôle positif, en fournissant aux villes phéniciennes un immense marché pour écouler les produits de différentes provenances. Il est tout de même sûr que certains Phéniciens partis travailler en Assyrie, ont connu une belle réussite sociale. Une forte présence phénicienne est aussi attestée à la même époque en Anatolie du sud (Cilicie), sur les rives du Nil, et le long de la route qui mène à la mer Rouge. Ainsi, les villes phéniciennes dans la première moitié du Ier millénaire étaient au centre d’un vaste réseau d’échanges qui allait des côtes de l’Atlantique au plateau iranien. (à suivre)

Pour aller plus loin :
Bordreuil, P. et Briquel-Chatonnet, F. 2003. Le temps de la Bible. Paris: Gallimard.
Briquel-Chatonnet, F. 1998. Les Phéniciens. Aux origines du Liban. Paris: Gallimard (Découvertes).
Moscati, S. 1988. I Fenici. Catalogo della Mostra di Palazzo Grassi. Venezia: Bompiani.
Wathelet, P. 1974. Les Phéniciens dans la composition formulaire de l’épopée grecque. Revue belge de philologie et d’histoire 52/1: 5-14.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les Phéniciens, ces inconnus ? (première partie)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 07/10/2018, https://ane.hypotheses.org/4581. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les Phéniciens, ces inconnus ? (première partie),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 07/10/2018, https://ane.hypotheses.org/4581.

  1. l’une des personnalités qui ont le plus agi pour développer les connaissances sur les Phéniciens est sans aucun doute Sabatino Moscati, dont la biographie se trouve dans le volet « biographie » de ce blog []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.