Le suicide au Proche-Orient ancien et dans la Bible

“La vie est un grand mystère, et tu ne t’autorises pas à croire en quoi que ce soit.
Tu es bourré de doutes. Tu devrais te faire opérer dans une clinique :
— Bonjour , messieurs les chirurgiens, je suis venu pour que vous m’enleviez
mes doutes. Ne riez pas, je vous en prie, si vous ne me les enlevez pas,
je risque de mourir.”
(Enrico Remmert, Rossenotti).

Pour comprendre une société, c’est-à-dire des êtres humains vivant ensemble selon des normes communes et des croyances communes, il est indispensable aussi d’analyser des situations limites, comme le suicide. Cet acte concerne la manière d’être au monde, et pose des questions philosophiques et sociologiques sur la signification de la vie. Le suicide,  très d’actualité aujourd’hui, est un phénomène universel, présent à tous les époques.  Mais l’attitude d’une société à l’égard de ce geste extrême varie considérablement: de l’interdiction à la profanation, ce n’est que aujourd’hui qu’ il est plus toléré (à part la société japonaise où le suicide est même exigé dans certaines conditions : du seppuku  au kamikaze). Selon les biologistes, l’homme est le seul animal à se suicider d’une manière violente (par les armes, par pendaison, par noyade, par poison…).1. Le suicide et les différentes manières dont la société traite le suicide sont au centre de débats actuels non seulement dans la société, mais également chez les philosophes, les psychologues, les médecins et les anthropologues. Mais la question n’avait jamais été affrontée pour le Proche-Orient ancien d’une manière approfondie jusqu’en 2009 et 2016 quand respectivement un article et livre sont dédiés à la question  (Yael Shemesh 2009, Jan Dietrich 2016).

Alors, existe-t-il le suicide au Proche-Orient ancien?


Il n’y a pas un mot que l’on puisse traduire par “suicide”, ni dans la Bible, ni dans les textes cunéiformes. Il y a juste des périphrases (du type “terminer sa vie avec son propre arme”). Mais, certes, on a quelques témoignages écrits, figurés et paléo-pathologiques de suicide, le plus souvent liés à la guerre et à ses  conséquences (cf. Samson, Šamaš šum ukīn, Zimri), ou à un changement intolérable de vie. Par ex., le roi phrygien Adrastus, accueilli par Crésus, tua involontairement le fils de ce dernier et ne supportant pas son acte même involontaire et même pardonné par Crésus mit fin à ses jours.

Momie – probablement du prince Pentaweret – portant traces de strangulation et pendaison

Momie – probablement du prince Pentaweret – portant traces de strangulation et pendaison

Ou encore ça peut être le cas des condamnations juridiques : dans un monde régi par des valeurs d’honneur et de honte, les personnes condamnées à mort peuvent se suicider pour éviter d’être exécutées par d’autres (cf.  les  conspirateurs du harem contre Ramsès III). Une analyse paléo-pathologique des corps des conspirateurs égyptiens contre Ramses III a révélé la présence sur le cou de traces de strangulation et de pendaison…

Les sociétés antiques semblent vouloir limiter ce geste: si l’iconographie suggère un cas de suicide ‘assisté’, les textes en parlent très peu.  À part quelques cas très particuliers, presque imposés par le code d’honneur, les spéculations sur le suicide restent à l’état de réflexion: dans le Dialogue du Pessimiste l’auteur se moque de la vie insensée et suggère le suicide comme un autre moyen insensé parmi d’autres. (( le caractère éternel et insoluble de les questions discutées est donné par la forme littéraire choisie, ce perpétuel cycle de questions et réponses)) Ce dialogue a été interprété soit comme une satire mésopotamienne soit comme une méditation philosophique sérieuse sur la futilité de l’action humaine.

Le suicide est aussi le thème central du dialogue égyptien entre L’homme et son Ba (âme), dans lequel un homme fatigué de la vie, informe son âme qu’il souhaite mourir,  mais il ne veut pas se suicider, il souhaite  attendre la mort et une vie posthume.

Suicide “assisté” ? Relief du palais d‘Assurbanipal à Ninive.

Suicide “assisté” ? Relief du palais d‘Assurbanipal à Ninive.

Commence ainsi un dialogue par thèses opposées (“tenzone“) entre l’homme et son âme qui se termine par l’éloge du carpe diem. L’Égypte nous a livré plus de documents sur la mort que le Proche-Orient, ce qui n’est probablement pas un cas, vu l’importance de l’au delà dans cette civilisation. Font ainsi partie du même genre littéraire les Avertissements d’Ipuwer,  la  Prophétie de Néferty et la Complainte de Khâkhéperê-séneb.

La Bible relate 6 suicides “excellents”, quatre d’un personnage “royal”  (Saul, Samson, Abimelech, Zimri), et deux du personnel royal (Ahitofel, écuyer de Saul). Certains suicides sont dus à une défaite militaire (Saul, Zimri) : “Lorsque Zimri vit que la ville était prise, il entra dans la citadelle de la maison du roi; il a brûlé la maison du roi sur lui-même avec le feu et est mort”. De même, le roi assyrien Šamaš šum ukīn se serait suicidé pendant le siège de sa capitale.
Dans d’autres cas, le suicide sert à obtenir une solution positive de la guerre : Samson trahi par Dalila, emprisonné et aveugle, arrive à tuer tous les Philistins qui l’avaient porté dans le temple de Dagon à Gaza. D’autres suicides trouvent une justification dans l’envie de  fuir une situation insupportable, souvent par pendaison : Ahitofel, conseiller de David, se pendit après l’avoir trahi, Abimelech pour éviter la honte de s’être fait tuer par une femme. Il s’agit dans tous les cas d’hommes, la femme n’est même pas considérée comme une possible suicidaire, probablement en raison de la vie qu’elle donne et qui serait incompatible avec le suicide.

Pour aller plus loin
Dietrich, J. 2016. Der Tod von eigener Hand. Studien zum Suizid im Alten Testament, Alten Ägypten und Alten Orient, ORA 19.  Tübingen: Mohr Siebeck.
Matthieu, B. non publié. Le Dialogue d’un homme avec son ba, disponible à l’adresse: https://www.academia.edu/6660284/Le_Dialogue_dun_homme_avec_son_ba
Shemesh, Y. 2009. Suicide in the Bible, JEWISH BIBLE QUARTERLY 37/3: 157-168.

  1. Selon certains biologistes, l’animal ne pourrait pas se suicider puisque pour le faire il faudrait qu’il ait des capacités cognitives très complexes, dont la présence chez les animaux est incertaine. Pourtant, d’autres chercheurs ont observé des comportements suicidaires chez les animaux, soit pour défendre leur groupe soit suite à la mort de leur compagnon ou de leur propriétaire. Dans ce cas, l’animal arrête de se nourrir, c’est donc une mort sans violence…  Mais il y a eu des cas de noyades volontaires de chiens et de canards tristes pour la mort d’un proche []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.