Les transports par terre

La façon la plus simple pour se déplacer est d’aller à pieds. Pendant toute l’époque préhistorique les hommes n’ont pas arrêté de se déplacer d’un endroit à l’autre. Mais ils utilisaient déjà le bateau pour le transport et l’échange entre les régions. C’est ainsi que les matières premières non disponibles sur place ont été acheminées dans différentes régions. Donc, jusqu’au XIXe siècle seuls deux des trois éléments naturels étaient utilisés : l’eau et la terre.

La manière la plus élémentaire du déplacement d’objets d’un lieu à un autre est se mettre une charge sur la tête, sur son dos ou à bout de bras en marchant.

Khafadjé, plaque lithique montrant des porteurs de charges sur la tête et sur les épaules, env. 2600-2500 av. J.-C.

Khafadjé, plaque lithique montrant des porteurs de charges sur la tête et sur les épaules, env. 2600-2500 av. J.-C.

Mais les hommes ont poussé aussi des traîneaux, quand le terrain le permettait, ou des plateformes posées sur des rondins (les mégalithes ont été transportés ainsi). Il y a eu aussi un portage humain d’une sorte de baldaquin porté sur les épaules par différentes personnes comme le montrent certains sceaux de l’époque jemdet nasr (3100-2900 av. J.-C.), transport « de luxe » probablement réservé aux personnalités importantes. L’autre manière simple de transporter des charges est d’utiliser des bêtes de somme, ce qui n’est pas possible avant la domestication.

-l’âne introduit dès le Ve mill. est utilisé déjà à l’époque uruk. Il peut porter des charges faibles (60 kg à 100 kg), mais il peut être mis en caravane d’une centaine voire parfois d’un millier de têtes. Le bœuf est utilisé au début du IIIe mill. avec l’invention de la roue pour la traction des chariots lourds (au IVe mill. il pousse déjà la charrue pour les travaux des champs), car il a une force de traction très intéressante, mais pas pour porter sur lui-même des charges.

-Le cheval (littéralement âne des montagnes selon l’idéogramme sumérien), introduit au IIIe mill. vraisemblablement (un sceau de Kish protodynastique- donc IIIe mill- le représenterait selon certains), sert à transporter les hommes avec ou sans char mais il n’a pas servi comme porteur d’objets à cause d’une déficience du système d’attelage qui appuyait sur la carotide de l’animal. Le croisement avec l’âne donne le mulet et le bardot (le mulet est très efficace pour transporter des charges).

-Le dromadaire (« âne des pays de la mer » selon l’idéogramme sumérien) a été introduit à la fin du IIe mill. à partir du golfe arabo-persique, mais il n’a joué un rôle économique véritablement qu’à la fin de la civilisation mésopotamienne, au Ier mill. Les rênes passaient par des anneaux du nez.

Mais ce transport de charges en utilisant les animaux n’a pas laissé de traces archéologiques, ni n’a reçu de célébration ou de vantardise ou même de mention dans les textes arrivés jusqu’à nous. C’est à la roue qu’est revenu ce mérite. Comment est née la roue ?

-Les véhicules à roue: deux hypothèses ont été avancées sur leur origine. Selon la première, ils dérivent de la plate-forme horizontale appuyant sur 2 rouleaux (de manière à rester toujours horizontale). Mais vu que ni dans la documentation archéologique ni dans les images cette plateforme sur rouleaux n’est attestée, et que en plus elle s’enfoncerait dans le sable car les perches traînent par terre, Mary Littauer, grande spécialiste des chars et des chevaux, pense que c’est une pure invention mésopotamienne (d’autres avancent une invention transcaucasienne). De toute manière, c’est une invention pleine d’avenir, seulement si l’on pense qu’elle reste indispensable encore aujourd’hui. Elle permet le développement des trafics par terre: des chars légers pour des déplacements rapides, des chariots lourds pour des déplacements d’objets lourds. Ainsi, elle a favorisé les échanges culturels, diplomatiques, commerciaux, artistiques.

Au début il s’agit d’une roue pleine. En réalité, elle semble d’une seule pièce mais est composée de 3 morceaux rassemblés par des tasseaux. Il aurait en effet fallu un diamètre de tronc d’arbre trop grand  pour la construire. On a calculé que pour une roue d’une seule pièce d’un diamètre de 60 cm il aurait fallu un tronc d’au moins 75 cm. Et de toute manière, il faut évider le coeur spongieux et tendre du bois. Sans compter que la Mésopotamie du Sud manque d’arbre d’une telle épaisseur ! Au IIIe mill. remonte une autre innovation de la roue qui la rend plus solide, réduit le ballottement autour de l’essieu, permet des changements de directions plus faciles et une meilleure vitesse : le moyeu (=partie centrale de la roue où passe l’essieu) est séparé de la roue, n’est plus une simple épaisseur de la roue.

Les représentations de véhicules à roues sont très variées: on les retrouve dans les sceaux, dans les reliefs et dans la ronde-bosse: des statuettes en cuivre, la stèle des vautours, l’étendard d’Ur représentent tous des véhicules à roue, dit chars, improprement pour le IIIe mill. Souvent représentés dans les batailles, ils servaient également pour les processions et les parades. Le véhicule à roue dénote donc le prestige, et en effet c’est au roi que les images attribuent le plus souvent un char. Des exemplaires de roues ont été retrouvés également dans les tombes princières (Ur, Kish), signe de prestige. Mais au IIIe mill. le char n’est pas seulement coûteux, il est encore difficile à manier et à contrôler: d’abord attelé à des bœufs, le char quand il a utilisé les équidés n’a pas changé de système d’attelage. Ainsi, le joug, le timon et même l’anneau nasal pour commander l’animal, bien adaptés aux bœufs, ont en revanche gêné les équidés, surtout l’anneau au nez qui manque de précision. En plus, les équidés n’étaient pas castrés (donc pas dociles), n’avaient pas des fers aux sabots bien que leurs membres soient très fragiles, et cela les blessait (les lésions devaient être fréquentes). Si on ajoute à cela un harnais primitif, un véhicule extrêmement vulnérable et fragile ne pouvant aller qu’en plaine et des passagers exposés aux tirs des ennemis, on comprend aisément que les premiers véhicules à roue étaient difficilement maniables et contrôlables : par exemple pour tourner il fallait faire un virage à grand-arc.

Le vrai char naît probablement en Iran vers 2000 av. J.-C., comme le montrent les représentations de Tepe Hissar. On définit comme vrai char une voiture à roues qui présente 5 changements par rapport au IIIe mill :

  1) la roue pleine est remplacée par la roue à rayons . 4 rayons  ou plus, sans évolution temporelle, au contraire de ce que pensait une vielle hypothèse. L’allégement de la roue permet une vitesse accrue, notamment importante dans les batailles; 2) la rambarde est surbaissée à la taille du passager et étendue aux côtés de façon à constituer une caisse; 3) les rênes sont au nombre de 4 et permettent donc un contrôle plus efficace; 4) c’est le cheval qui est attelé; 5) le siège est éliminé –le passager reste donc debout- ce qui permet un accès plus facile par l’arrière.

Au cours du IIe mill. le char est encore amélioré: 1) il peut porter ainsi 2 passagers côte à côte, un conducteur et un soldat (voir le char de Toutankhamon; voir les sceaux syriens); 2) le fourchon d’encolure apparaît au XVe s. pour mieux adapter le joug, pensé à l’origine pour les bœufs, aux chevaux car le poids du joug (donc de la traction) repose ainsi sur les épaules des animaux qui n’ont plus la carotide et la trachée artère comprimées; 3) les premiers mors en bronze apparaissent vers 1450 av. J.-C. Un rôle plus militaire du char date du Bronze récent (donc, deuxième moitié du IIe mill). À cette époque, le char reste cher et c’est à son propriétaire que revient la charge de s’en occuper, c’est-à-dire de le réparer et de l’entretenir. À Ugarit on pense qu’il était démonté une fois qu’il ne servait plus pour un certain temps.

Une autre innovation technique de cette époque est la monture du cheval, apparue donc postérieurement à l’attelage. Cela s’explique pour plusieurs raisons: on monte à cru (sans selle), l’animal a un garrot et des encolures basses et si de plus, le passager est alourdi par son armement, le cheval sans fer risque de se blesser rapidement. Le résultat est que le cavalier se sent mal sur l’assiette, il a l’impression de tomber, alors soit il tire sur les rênes et ainsi épuise vite l’animal soit il se tire en arrière et il ressent ainsi un maximum de secousses. Le cheval monté fut sporadiquement utilisé au IIe mill., essentiellement par les messagers, les éclaireurs ou les fugitifs. Il sera fréquent seulement au Ier mill. comme montrent les bas-reliefs néo-assyriens et dans la guerre il joue un rôle important seulement à partir du VIIe s. av. J.-C. (au Ier mill. le cheval a p-ê évolué vers le sabot dur, ce qui le rend plus résistant et explique son utilisation très répandue).

Le Ier mill. opère d’autres innovations: 1) le char à 2 timons apparaît, ce qui veut dire 4 chevaux et donc des charges plus importantes. En outre, pour la guerre les passagers peuvent être 4, le seul défaut étant la perte de maniabilité du char, ce qui a dû entraîner un changement dans la tactique militaire; 2) le harnais se modifie: le fourchon d’encolure disparaît et le joug est ajusté à l’encolure de chaque cheval; 3) le cheval monté remplace le char en importance: on monte encore à cru et cela rend très difficile le freinage. (à suivre)

Pour aller plus loin:
Astour M. C., « Overland Trade Routes in Ancient Western Asia », dans J. Sasson (éd.), Civilizations of the Ancient Near East, New-York, 1995, p.1401-1420.
Littauer M.A. & Crouwel J.H., Selected Writings on Chariots and Other Vehicles, Riding and Harness, Leiden, 2002.

[cite}

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.