Les déportations des Judéens à Babylone

Depuis la publication des archives de la famille Murashu à Nippur (Cardascia 1951), la publication d’autres lots d’archives des époques néo-babyloniennes et perses ont enrichi notre compréhension de l’exile à Babylone des Judéens 1. Au même moment, des nouvelles réflexions et analyses des fouilles anciennes ainsi que les nouvelles découvertes archéologiques permettent de mieux comprendre un phénomène complexe, aux multiples conséquences sociales, politiques, économiques et identitaires comme c’est la déportation forcée. Il y a aussi des raisons contemporaines :  cette pratique est largement utilisée encore aujourd’hui, l’a été de manière terrible pendant la IIe Guerre Mondiale et tout au long de l’histoire. A se demander si l’homme n’est pas anthropologiquement constitué de telle manière qu’il ne puisse se passer de la violence envers ses semblables (“le crime est normal parce qu’une société qui en serait exempte est tout à fait impossible” : Durkheim 1984: 45).

Prise de Lachish, Sennachérib, Palais SO de Ninive

Prise de Lachish, Sennachérib, Palais SO de Ninive

Connues depuis 1912, mais publiées seulement en 1951, les  700 tablettes de la famille Murashu, demeurant à Nippur, ont permis de mettre au jour les activités d’une famille très dynamique entre 454 et 404 av. J.-C. Elle gérait une banque, des entreprises foncière et commerciale. Parmi les gens cités dans ces archives, on remarque un groupe important des descendants  des déportés de Judée, portant des prénoms théophores de JAHWEH.
Mais depuis 2014, L. Pearce et C. Wunsch ont publié un lot de 103 tablettes qui sont bien antérieures (572-477 B.C.E.) à celles des
Murashu. L’époque qu’elles concernent succède donc seulement de quelques années à la déportation et jusqu’à 60 ans après le retour de quelques exilés en Judée.  Ces textes, inscrits en akkadien,  donnent la possibilité de comprendre la vie des personnes exilées : ils détaillent les transactions et les contrats entre les Judéens, les titres de propriété, les comptes de taxes, les dettes et les crédits accumulés. Dans d’autres textes (ex. Nippur), les Judéens étaient témoins de contrats fonciers ou de courtisans royaux (textes de Suse) ou de «marchand royal» (textes de Sippar). Ces nouvelles sources permettent de bien comprendre la vie quotidienne des premières générations après la déportation.

Relief de la prise de Lachish, Palais de Sennacérib, Ninive

Relief de la prise de Lachish, Palais de Sennacérib, Ninive

La pratique consistant à réinstaller des groupes de population conquise dans le territoire des vainqueurs était utilisée depuis le IIIe mill. BCE au Proche-Orient ancien2. Mais c’est au Ier mill. BCE que les rois assyriens l’élisent en pratique systématique.  Leurs intentions étaient d’un côté de casser les possibles résistances (notamment le roi ennemi et sa cour) et de l’autre de s’approprier des élites culturelles et artisanes des peuples vaincus (Oded 1979 ; Radner 2017). Cette politique néo-assyrienne de la déportation  a  complètement modifié le paysage social. En isolant ces groupes au sein de populations locales plus importantes, les rois assyriens ont assuré la loyauté envers l’État et ont minimisé la résistance potentielle parmi les populations laissées
sans leur élite traditionnelle. Les Assyriens utilisent des outils psychologiques dans les textes et dans l’iconographie  pour convaincre les gens de se rendre à la volonté du roi assyrien. En fait, le transfert de personnes et la réinstallation successive sont toujours présentés comme positifs dans les textes cunéiformes. Dans le même temps, les représentations iconographiques des déplacements des personnes constituent une autre source, montrant des détails qui, sans iconographie, ne pourraient jamais être imaginés. Cette source est fondamentale pour comprendre la propagande royale mais aussi tous les aspects “pratiques”, comment le déplacement a été fait, qui était concerné, sous quelle responsabilité a été réalisé…
Les empires néo-babylonien et  perse achéménide ont hérité de l’empire néo-assyrien la pratique des déportations. C’est sous l’empire néo-babylonien que a eu lieu  la déportation des habitants de Jérusalem  au début du VIe siècle avant notre ère, épisode qui a aussi constitué le levain pour l’élaboration d’un livre universellement connu : la Bible.

Pour aller plus loin
Cardascia, G. 1951. Les archives des Murashu: une famille d’hommes d’affaires babyloniens à l’époque perse. Paris: Imprimerie Nationale.
Durand, J-M 1997-2000. Documents épistolaires du palais de Mari. Vol. I-III. Paris: éd. du Cerf.
Ganzel, T. and Holtz, S. E. 2014. Ezekiel’s Temple in Babylonian Context. Vetus Testamentum 64: 211-26.
Magdalene, F. R. and Wunsch, C. 2011. Slavery between Judah and Babylon: The Exilic Experience. In L. Culbertson ed, Slaves and Households in the Near East,  Oriental Institute Seminars 7: 113-34. Chicago: University of Chicago Press.
Oded, B. 1979. Mass Deportations and Deportees in the Neo-Assyrian Empire. Wiesbaden: L. Reichert
Pearce, L. E. and Wunsch, C. 2014. Documents of Judean Exiles and West Semites in Babylonia in the Collection of David Sofer, Cornell University Studies in Assyriology and Sumerology 28. Bethesda, Md.
Radner, K. 2017. Mesopotamien: Die frühen Hochkulturen an Euphrat und Tigris. München: Beck,
Waerzeggers, C. 2014. Locating Contact in the Babylonian Exile: Some Reflections on Tracing Judean-Babylonian Encounters in Cuneiform Texts. In U. Gabbay and S. Secunda eds, Encounters by the Rivers of Babylon: Scholarly Conversations Between Jews, Iranians and Babylonians in Antiquity: 131-46. Tübingen: Mohr Siebeck.
Winitzer, A. 2014. Assyriology and Jewish Studies in Tel Aviv: Ezekiel among the Babylonian literati. Pp. 163-216 in Encounters by the Rivers of Babylon: Scholarly Conversations Between Jews, Iranians and Babylonians in Antiquity (ed. U. Gabbay and S. Secunda). Tübingen
Zadok, R. 2002. The Earliest Diaspora: Israelites and Judeans in Pre-Hellenistic Mesopotamia. Tel Aviv.

  1. avec ce termes on désigne les habitants de la région connue comme “Judée” à une époque où il serait anachronique de les appeler “Juifs” []
  2. une documentation très intéressante vient du site de Mari, au début du IIe mill. BCE: cf. Durand 1997-2000 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.