La mystérieuse dynastie de la mer

Les cinq années de fouilles anglaises à Tell Khaiber, dans le Sud de l’Irak, à quelques km. à peine de la ville d’Ur, ont mis au jour pour la 1re fois des textes écrits par la dynastie de la mer. Cette dynastie, qui a régné dans le Sud de la Mésopotamie pour au moins trois siècles (1730-1460 av. J.-C.), était jusque là connue seulement par quelques citations des rois qui dominaient les autres villes mésopotamiennes. Et ces rois citent les rois de la dynastie de la mer comme des dirigeants locaux rebelles qui en profitant de la faiblesse de Babylone tentent de s’emparer de la zone des marais du sud et de plusieurs grandes villes comme Ur.

Plan du Sud de la Mésopotamie

Plan du Sud de la Mésopotamie

Un projet archéologique commencé en 2013 à Tell Khaiber par l’Université de Manchester et la Direction des Antiquités irakiennes, l’une des premières collaborations archéologiques depuis les guerres du Golfe,  a permis de retrouver le premier site identifiable archéologiquement des rois de la dynastie de la Mer. Tell Khaiber se trouve près de la ville moderne de Nasiriyah (province Dhi Qar) et bien qu’il n’est pas un tell (colline) très apparaissant,  il est même plutôt plat et se distinguant peu du reste de la plaine, des images aériennes avaient montré la présence d’un bâtiment monumental au plan très particulier. D’une surface d’env. 4.400 m2, le bâtiment était entouré de tours étroites et saillantes, insolites dans l’architecture mésopotamienne à part pour les enceintes urbaines, et son plan aussi est inusuel.

plan du bâtiment officiel de Tell Khaiber

plan du bâtiment officiel de Tell Khaiber

Le bâtiment comprend deux parties : un bâtiment antérieur plus petit auquel se sont ajoutées des extensions au nord-est. La partie originale du bâtiment abritait une cour, une salle de réception officielle et des bureaux administratifs. L’extension est composée de petites salles peut-être pour fournir un hébergement et des installations de cuisine à un grand nombre de personnes. Un mur de briques crues, très épais (env. 3,5 m), et doté d’une seule entrée (au nord-est), protège le bâtiment en lui donnant l’aspect d’une forteresse. En dehors de ce bâtiment, en effet, il n’y a que quelques logements dispersés. Dans une suite de pièces de l’aile sud-ouest du bâtiment originaire on a découvert une archive en cunéiforme, comprenant plus de 150 tablettes et fragments. Les tablettes n’avaient pas été cuites et sont donc très friables et se cassent facilement. Après la découverte elles ont nécessité une sérieuse consolidation. Pour la majeure partie elles sont écrites en akkadien, et leur taille va du minuscule mémo à l’énorme tablette. Elles ont été confiées au professeur Eleanor Robson de l’University College de Londres qui est en train de les traduire.

Tablette non cuite de Tell Khaiber

Tablette non cuite de Tell Khaiber

Certaines donnent une date pour l’utilisation du bâtiment : le règne de Ayadaragalama («fils habile du cerf»), le huitième roi de la dynastie de la Mer , qui a régné autour de 1500 avant J.-C. Les sujets des tablettes concernent l’administration, surtout agricole (collecte des céréales, stockage de denrées et transferts des biens vers «le palais » qui doit être situé dans la très proche ville d’Ur). Grâce à ces textes nos connaissances linguistique, onomastiques, et sociétales sont grandement enrichies. Nous connaissons ainsi des agriculteurs, des ouvriers, deux groupes de dix soldats royaux auxiliaires, un musicien, un cuisinier, un chasseur d’oiseaux et quatre «dames du palais», chacune desquelles avait son propre tailleur. Une tablette énumère aussi trois «travailleurs qui se sont comportés malhonnêtement», probablement pour leur infliger une sanction future.  D’autres textes sont écrits en sumérien, une langue morte à l’époque: il s’agit de textes scolaires, consistant principalement en des listes de mots difficiles de métaux ou de pierres ou d’animaux. C’est la première fois que des textes scolaires ont été retrouvés dans un bâtiment public (en général ils sont dans des maisons privées qui servaient d’écoles) : cela signifie que la formation des scribes ici était interne au bâtiment public. Mais d’autre part, il n’ y a pas à Tell Khaiber une structure urbanistique « normale » : il ne s’agit pas d’une ville mais d’un poste de direction administrative et militaire, bien fortifié en raison des guerres que les autres rois mésopotamiens livraient aux « gens du pays de la Mer ».

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.