Le plan hippodamien au Proche-Orient ancien

Encore aujourd’hui beaucoup de gens, spécialistes et non, pensent que le plan hippodamien est une invention grecque, de la côte de la Turquie, plus particulièrement une invention de l’architecte grec Hippodame de Milète, dont le plan tire son nom. Connu aussi sous le nom de « milétusien » en honneur de la ville d’où Hippodame était originaire, ou moins fréquemment «damier» en raison des lignes qui font penser au plateau de jeu, ce plan présente une structure géométrique du fait que les rues se croisent de manière orthogonale pour former des bloques de maisons réguliers, de forme carrée ou rectangulaire. Sa structure géométrique est souvent considérée comme une preuve de la rationalité grecque au contraire des villes « chaotiques » du Proche-Orient ancien où les rues seraient étroites, tortueuses et « irrationnelles ».

Plan de Habuba Kabira

Plan de Habuba Kabira

Pourtant, des recherches récentes ont montré que bien avant la Grèce, le Proche-Orient ancien expérimente un urbanisme régulier et à axes orthogonaux. La première ville, Uruk, ville pluri-millénaire, conserve un urbanisme enfoui sous des dizaines de mètres qui représentent d’autres niveaux archéologiques. Mais cette ville a fondé dans les pays limitrophes des colonies, surtout pour des raisons commerciales (se fournir de matériaux dont la ville ne dispose pas). L’une de ces colonies, Habuba Kabira, aujourd’hui en Syrie sous le lac Assad, créé suite à la construction du barrage Taqba sur l’Euphrate, est une ville de l’extrême fin du IVe millénaire à urbanisme géométrique , où la voirie est organisée autour d’un axe N/S, parallèle à l’Euphrate, et sur des axes mineurs N/S assez grands desquels partent à angle droit des ruelles et parfois des impasses qui desservent les maisons. De toute évidence, le plan a été pensé à l’avance, et réalisé en forme géométrique, 2500-3000 ans avant Hippodame.

Au IIIe mill., les villes pluriséculaires, même si partiellement fouillées, montrent des rues orthogonales, comme Khafagiéh dans la région Dyala (surtout autour du grand Temple Oval), ou à Abu Salabikh où les routes courent parallèles au mur d’enceinte de la ville et croisent des voies orthogonales vers l’intérieur. Il est plus difficile de détecter le plan hippodamien dans des villes qui ont connu une longue histoire, puisque le plan topographique complet ne peut pas être entièrement fouillé avant d’avoir enlevé les couches archéologiques supérieures (et donc chronologiquement plus récentes). Et puisque les siècles d’existence ont altéré le plan urbanistique d’origine par des constructions et reconstructions. Mais le fait de retrouver des rues qui se coupent de manière orthogonale démontre que au moins à l’origine l’urbanisme a été réfléchi et organisé selon des modules géométriques.

Plan de Tell Harmal

Plan de Tell Harmal

Au début du IIe mill. av. J.-C., une série de sites de nouvelle fondation montrent de manière très claire que l’urbanisme géométrique était encore utilisé. A Tell Harmal, l’ancienne Shaduppum, aujourd’hui dans la banlieue de Bagdad, est un petit site, d’1,69 hectares env., où l’enceinte trapézoïdale est percée d’une seule porte urbaine d’où part la rue principale de l’établissement, une sorte de cardo maximus, large de 3-4m en moyenne. Les autres rues, moins larges (1,3m-2,2m), coupent la rue principale de manière orthogonale, cinq au nord et six au sud. A Haradum l’enceinte presque carrée renferme un site de petites dimensions qui rappelle clairement Tell Harmal : de la porte urbaine unique part la voie la plus large –sorte de cardo maximus– qui mène au centre du tell où se trouve le temple principal.

Parcellaire d'Ur, IIe mill. av. J.-C.

Parcellaire d’Ur, IIe mill. av. J.-C.

Les rues coupent à angle droit cette rue principale en créant ainsi des ilots très réguliers puisque chaque 22m d’un côté et de l’autre du cardo maximus s’ouvre un couple de rues mineures qui se trouvent en axe. Ce site prouve clairement que le plan a été décidé à l’avance, réfléchi et réalisé en un bref laps de temps, sur un site vierge, sans stratification qui en empêche la réalisation. Et il prouve sans aucune forme de doute que le plan hippodamien existait bien avant les Grecs. Pendant le IIe mill. les villes plurimillénaires continuent à suivre des systèmes rationnels, réfléchis à l’avance du système des rues, comme on voit par exemple à Ishali, Tell Asmar, l’ancienne Eshnunna, Khafadjé mound B et Tell Sleima – ces quatre sites tous dans la Diyala ; ou encore à Sippar, dans la plaine mésopotamienne centrale, où les fouilles de quartiers domestiques ont mis en évidence l’utilisation d’un système géométrique des rues. A Larsa, dans la plaine mésopotamienne méridionale, les prospections archéologiques, photographiques et géomagnétiques laissent penser que existait un système de rues droites et probablement orthogonales entre elles partant des portes urbaines. Et à Ur, c’est l’analyse du parcellaire qui permet de retrouver le plan urbain dans sa forme originaire et de voir qu’il était aussi géométrique.

Plan de Babylone, Ier mill. av. J.-C.

Plan de Babylone, Ier mill. av. J.-C.

A l’époque du Bronze Récent, donc 2e moitié du IIe mill., l’analyse du parcellaire de Nuzi, petit site septentrionale vers Kirkouk, près du Tigre, retrouve les mêmes règles géométriques dans l’établissement originaire des rues et donc des quartiers urbains. Une nouvelle fondation de cette époque est l’éphémère capitale assyrienne, Kar-Tukulti-Ninurta, fondée par le roi du même nom Tukulti-Ninurta I selon un plan géométrique.

Enfin, le Ier mill. av. J.-C. connaît la fondation (ou refondation) d’un nombre importantes de capitales royales, comme Dur-Sharrukin ou Babylone, toutes géométriques, toutes à topographie savamment programmée en raison de calculs et de modules géométriques qui symboliquement réalisent sur terre le cosmos et l’harmonie divins.

Ainsi, non seulement les villes de nouvelle fondation ont été construites selon une disposition géométrique des rues parce qu’elles étaient dans un territoire exempt de constructions antérieures et des contraintes que cela occasionnait. Mais aussi beaucoup d’autres villes millénaires montrent une préférence pour les rues rectilignes recoupées orthogonalement entre elles. Ce n’est pas le manque de rationalité mésopotamienne qui est responsable de notre incapacité moderne à suivre la longue histoire du plan dit hippodamien, mais plutôt le fait que le peuplement est resté longtemps au même endroit, empêchant une compréhension facile des contours de la ville.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.