Les noms des portes urbaines

Les portes urbaines constituent un élément topographique important: le seul plan d’une ville qui est connu (plan de Nippur, Bronze récent), insère les portes urbaines parmi les points topographiques indispensables, avec les temples les plus importants et les cours d’eau, fleuve ou canaux. De même, les quelques textes topographiques qui se sont conservés citent souvent les noms des portes urbaines, élément fondamental pour comprendre l’idéologie politique qui en est la base.

Les textes qui mentionnent des portes urbaines sont de nature très différente: documents officiels comme les inscription royales, privés comme les contrats ou les textes économiques, d’érudition comme les listes lexicales ou littéraires comme le « Gotteradressbuch » d’Assur ou le « Nippur Compendium », ou encore le Tintir = Babilu pour Babylone. Dans certains cas, les noms des portes sont connus par plusieurs sources ou bien par des sources de types différents selon les époques. Les documents officiels reflètent de la manière la plus claire la volonté royale d’utiliser les noms des portes en fonction de la propagande royale. Car ils sont en rapport avec une fondation ou refondation de la ville, acte créateur qui rapproche le souverain des dieux.

Plan de Nippur
Plan de Nippur

La documentation disponible pour les noms des portes n’est pas très équilibrée: au IIIe millénaire, on connait les noms de certaines portes de deux villes, au IIe millénaire de six villes, et au Ier de dix. Sur cent vingt-huit noms de portes connues deux (1,6%) appartiennent au IIIe millénaire, cinquante-trois au IIe millénaire (41,4%) et soixante-treize au Ier millénaire (57%). Et bien qu’au total on connaisse les noms de soixante-deux portes pour le Sud de la Mésopotamie et de soixante-six pour le Nord, il existe également un déséquilibre géographique. Pour les IIIe et IIe millénaires, c’est la plaine mésopotamienne qui donne le nombre le plus important de renseignements (33 noms de portes sur 55 connus), tandis qu’au Ier millénaire, la situation s’inverse: sur 73 noms connus, 44 sont assyriens.

Il existe plusieurs types de noms de portes: liés à la topographie , aux dieux, à la célébration alors que d’autres sont de dénomination plus commune. Le choix des noms dépend du type de la ville, du type des textes et de l’époque à laquelle les noms ont été donnés. Les villes millénaires comme Assur avaient un certain conservatisme des noms: « la porte de leur intelligence » et « la porte du petit bétail » sont connues du début du IIe millénaire jusqu’au Ier mill. En revanche, une ville de nouvelle fondation, comme Dur-Sarrukin, laissait une pleine liberté au souverain d’en choisir les noms. Les genres de textes déterminent aussi des différences de noms. Par exemple les noms de célébration ne se retrouvent que dans les inscriptions royales et dans les textes de la tradition scribale, comme la série Tintir = Babilu. Pour toutes les autres portes, s’il existait des noms de célébration, ils ne se sont pas conservés, car les autres genres de textes ne citent que le nom le plus usuel de la porte urbaine. Enfin, les noms des portes dépendent également de l’époque à laquelle ils ont été donnés. Par exemple les noms de lieu sont lies à la géographie de l’époque : Zizzae ne serait pas compréhensible en dehors de l’époque nuzienne (Bronze récent).

 Porte de Dur Sharrukin
Porte de Dur Sharrukin

Sur les cent vingt-huit noms de portes connus pour les trois millénaires, soixante-cinq (donc 58,6%) se réfèrent à des divinités, vingt-sept (21,1%) à des lieux, vingt-six relèvent (20,3%) d’autres définitions et dix sont de compréhension difficile. Durant les trois millénaires, ce sui est préféré est la dédicace d’une porte à un dieu. Mais en ne disposant que de données partielles, on ne peut pas tirer de conclusions sur la fréquence de l’attribution de portes à une divinité plutôt qu’à une autre.

Il existe aussi une différence géographique et une autre chronologique dans le choix des noms divins. Certaines divinités auxquelles on a dédié des portes dans le nord de la Mésopotamie (comme Assur, Mullissu et Serua) ne se retrouvent pas au sud et vice-versa, certaines divinités typiques du Sud n’ont pas de porte dédiée au Nord (par exemple Aya, Urash, Zababa). De même, les divinités auxquelles les portes sont dédiées sont liées à une époque précise : ainsi par exemple les portes dédiées à Aya sont du début du IIe millénaire, pas au Ier millénaire… (à suivre)

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, "Les noms des portes urbaines," dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/04/2018, https://ane.hypotheses.org/367. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, "Les noms des portes urbaines," in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/04/2018, https://ane.hypotheses.org/367.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.