De l’objet au musée : un parcours en question

Les musées sont les lieux qui conservent pour le présent et pour le futur les objets d’un passé plus ou moins récent. Ils sont donc des lieux de mémoire (présentation au public, expositions, conférences, publications) et de préservation (dossiers documentaires sur les objets et leur état de conservation, dossier photographique, actions à mettre en place pour une meilleure gestion de l’objet exposé : voir aussi l’article Les nouvelles galeries du Penn Museum, Philadelphie.)

Anonyme, Le cabinet d'Ole Worm, 1655, gravure, Bibliothèque Estense, Modène.
Anonyme, Le cabinet d’Ole Worm, 1655, gravure, Bibliothèque Estense, Modène.

Mais comment sont arrivés les objets dans les musées ? Les premiers
musées se sont formés avec le développement des “cabinets de curiosité”  et des collections royales. Les cabinets de curiosité surgissent autour du XVI-XVIIe s., avec les développement des sciences, l’exploration des nouveaux mondes et la découverte de cultures “autres”. Ces cabinets n’aspirent pas à collecter tous les objets, ils veulent rassembler des spécimens particuliers, appartenant à quatre domaines (monde animal, monde végétal, monde minéral et monde humain), ramassés car originaux ou rares ou bizarres, en un mot qui sortent de l’ordinaire. Ils sont l’œuvre de privés qui à travers  ces objets essaient  de saisir le processus de création du monde. Les collections royales surgissent plus ou moins à la Renaissance, quand la découverte de l’art antique fait naître l’idée de collectionner les œuvres en un lieu. Par exemple, le pape Sixte IV fonde un antiquarium ouvert au public au Capitole en 14711. Par émulation, les familles princières italiennes commencent à exposer leurs collections d’art dans la “Galerie” (galeries Doria à Genova, Este à Modena, Gonzague à Mantova, Farnese et Borghese à Roma). L’une d’entre elles (la Galerie de Paul Juve en 1521, près de Como) prend le nom grec ancien de museion, qui en Grèce désignait le temple dédié aux muses. Les cabinets de curiosité des pays du Nord s’inspirent ensuite de la Galerie, comme la galerie construite pour le cabinet de curiosité de l’électeur de Saxe à Dresde en 1560.

Peu à peu, les musées fleurissent dans toute l’Europe : en Angleterre  Lord Arundel ouvre au public jusqu’en 1678 ses deux galeries de curiosité,  où l’on pouvait voir des objets classés par genre. A Oxford en 1683 est inauguré par le futur roi Jacques II le cabinet de John Tradescant, considéré comme le premier musée d’esprit moderne. Et en réaction à cet esprit pédagogique fut ouvert en 1759 le British Museum.  En 1760 Clément XIII, Clément XIV et Pie V réunissent leurs collections en un musée (Musée Pio-Clémentin),  cinq ans plus tard (en 1765), la Galerie des Offices à Florence est inaugurée. A Vienne le roi Joseph II ouvre le Palais du Belvédère  au public en 1783 . En Espagne, la construction du Musée du Prado se termine  en 1819.
En France, Louis XIV ouvre en 1681 aux artistes et aux étudiants la collection royale  aménagée au palais du Louvre (Galerie d’Apollon et sept salles contiguës). A partir de 1750, les tableaux de la collection royale sont exposés dans une galerie du palais du Luxembourg ainsi que les vingt-quatre toiles de la galerie Medicis peintes par Rubens. Mais c’est le comte d’Angiviller qui a l’idée de consacrer la grande galerie du Louvre à un Museum royal des Arts. Ce projet monarchique fut terminé par la Révolution :  en 1792 voient le jour le Muséum central des Arts et le Muséum d’Histoire naturelle, en 1794 le Muséum des Arts et Métiers, et en 1795 le Muséum des Monuments français. Un décret consulaire de septembre 1800 créé quinze musées, dans autant des villes de province pour accueillir les collections publiques dans des hôtels particuliers reconvertis en musées.

Ensuite, les guerres ont contribué à remplir les musées avec des vrais butins : dans ce domaine, l’action de Napoléon Bonaparte peut être définie comme “exemplaire” : c’était un vrai pillage de tableaux, objets des églises, des palais, des riches maisons des pays traversés par son armée2.
Mais, encore plus grave, car devenu vite un pillage systématique, les musées deviennent les promoteurs des recherches historiques, comme la Glyptothèque de Munich construite pour abriter les marbres d’Egine; ou le rachat de l’ancien hôtel des abbés de Cluny qui le transforme en Musée du Moyen-Age. Tous les plus importants grands musées comme le Louvre, le British Museum ou le Vorderasiatisches Museum ont financé les fouilles archéologiques: travaillant en Grèce, en Italie du Sud et au Proche-Orient ils ont pris systématiquement la moitié des objets que les archéologues sortaient de terre; et cela pendant deux siècles3.

Chevaux en cuivre doré de St. Marc, Venise
Chevaux en cuivre doré de St. Marc, Venise

Alors la question soulevé par un article paru dans Le Monde diplomatique en Juillet 2007 me semble mal posée. Cet article suggérait que les nouveaux musées ethnographiques devaient restituer les objets aux pays d’origine. La question est : 1) quel est le pays d’origine? Les chevaux que Venise réclama avec succès à la France, enlevés par Napoléon à la cathédrale de St. Marc et exposés jusqu’en 1815 sur l’arc de triomphe du Carrousel, sont issus d’un pillage aussi, celui de Byzance : l’Italie devrait donc restituer ce qui depuis plus de 1000 ans adorne son église et sa ville? 2) à partir de quand on peut penser qu’un objet donc n’appartient plus au pays qui l’a forgé et entre à faire partie de l’histoire du pays où il s’est trouvé à y être en raisons de guerres, fouilles archéologiques, cadeaux ? Si tous les musées devaient restituer les objets qui viennent d’ailleurs (cf. la résolution 42-7 de l’ONU, 21 septembre-21 décembre 1987), la majeure partie devrait fermer leurs portes. Et puis, est-ce que cela aurait un sens ? Car 3) les oeuvres exposées appartiennent à l’humanité entière, elles contribuent dans leur diversité culturelle à modifier aussi notre manière de penser d’aujourd’hui. Prenons un exemple concret : si les oeuvres de la Mésopotamie n’étaient jamais sorties d’Irak, aurait-on aujourd’hui des archéologues et des personnes intéressés à la redécouverte de ce passé ? Entendons nous bien, je ne suis pas en train de légaliser les expropriations et souvent quand je me promène dans les musées du monde entier mon cœur sursaute à regarder le nombre de tableaux italiens éparpillés partout… et des impressionnistes français… Et puis je réalise : c’est un bien, la culture n’a pas de frontières, ce tableau n’appartient pas plus à l’Italie ou à la France que au pays où il est aujourd’hui. Car depuis le temps qu’il y est arrivé, il a contribué à former les gens du pays, et son histoire ne s’arrêtera probablement pas là, nous ne sommes que des maillons d’une chaîne qui constitue l’histoire plus ou moins immortelle de cet objet.

Pour aller plus loin:
Bennett, T. 1995.  The Birth of Museum: History, Theory, Politics. London: Routledge.
Colwell, Chip, 2018, Lessons from Brazil: Museums are not forever, The Conversation, https://tinyurl.com/y8n279ec
Impey, O. & Mac Gregor, A. (eds), 1985. The Origins of Museums: The Cabinet of Curiosities in Sixteenth- and Seventeenth-Century Europe. Oxford: Clarendon Press.
Müller, B. 2007. Faut-il restituer les butins des expéditions coloniales ? Le Monde Diplomatique Juillet : 20-21.
ONU, résolution 42-7 : « Retour ou restitution des biens culturels à leur pays d’origine », 42e session, 21 septembre-21 décembre 1987, communiqué de presse GA-7612 du 29 janvier 1988.
PEARCE, Susan M., Museums: Aspects and collections: A cultural Study, Leicaster University Press, 1992
Schnapper, A. 1988. Le géant, la licorne, la tulipe : Collections françaises au XVIIe siècle. Paris: Flammarion.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “De l’objet au musée : un parcours en question”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 06/09/2018, https://ane.hypotheses.org/3267. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “De l’objet au musée : un parcours en question,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 06/09/2018, https://ane.hypotheses.org/3267.

  1. Le futur musée du Capitole. []
  2. Il faut le rappeler peut-être : Napoléon est allé jusqu’à décrocher les chevaux de cuivre doré du sommet de la cathédrale St. Marc à Venise ! []
  3. La loi irakienne interdisant le départ des objets fouillés date de 1933 ; la loi française protégeant les vestiges archéologiques mis au jour sur le territoire national en les attribuant 100% à l’État date du 7 juillet 2016… []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.