Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (troisième partie)

par Laura Battini

Les portes ne sont pas que des bâtiments militaires. Leurs fonctions sont nombreuses: elles constituaient une part active de la vie urbaine, en autorisant le transit des gens, des animaux, des marchandises et des idées. Les textes indiquent souvent l’utilisation des portes comme lieux de justice. Un texte du IIe mill. av. J.-C. demande l’ouverture d’une porte urbaine pour y faire asseoir les juges: « Ouvre la porte de Shamash, laisse les juges s’asseoir là et ils ne seront pas insouciants en veillant sur la porte » À Assur au début du IIe mill., sept juges s’asseyaient à la porte urbaine pour écouter les complaintes. C’est ici que les témoins sont menés pendant les procès. D’autres textes, dont des textes de sagesse, citent le tribunal de la porte urbaine. Plusieurs livres de la Bible conservent la coutume d’utiliser les portes comme lieu de justice.

Porte urbaine de Dur-Sharrukin

Porte urbaine de Dur-Sharrukin

Un nom de porte d’Assur (la « porte des gens »), d’interprétation difficile, pourrait faire allusion aux portes comme lieu de rassemblement ou de rencontre. Des cérémonies religieuses se déroulaient aux portes urbaines à l’occasion de fêtes variées, comportant des offrandes et sacrifices aux dieux. A ces moments, la porte, normalement fermée le soir, devait en revanche rester ouverte mais protégée par un feu.

Les proclamations publiques et la lecture de tablettes avaient lieu souvent dans la porte urbaine, peut-être pour éviter des rassemblements devant le palais. D’après ces données textuelles, la porte semble avoir la fonction de place publique, en favorisant les réunions citadines, les activités économiques, les festivités et les échanges entre le pouvoir et le peuple. On ne peut pas exclure que chaque porte servait pour une activité précise: par exemple, celle dédiée à Shamash –dieu Soleil et dieu de la justice, car pour rendre de bons jugements il faut avoir l’œil partout, comme le soleil !- remplissait des fonctions juridiques. Il n’est pas impossible non plus que chaque porte ait été liée à un quartier urbain dont elle administrait la justice et les affaires courantes. Ainsi, la désaffection pour la porte-passage (voir les billets du 12 et 20 mars) est à attribuer aux avantages qu’offrait la porte en tenailles du fait des pièces qui la constituaient. Leur agrandissement progressif pourrait découler au moins en partie des nécessités civiles grandissantes, soit pour des activités plus variées soit pour un nombre plus important de gens.

Les portes ont aussi une fonction esthétique et magique: c’étaient des constructions particulièrement soignées, surtout au Ier mill. av. J.-C. quand elles participent à la célébration du pouvoir par leur riche décor. Mais bas-reliefs, statues colossales, briques émaillées n’étaient pas destinés seulement à l’embellissement: ils devaient créer de la stupeur et de l’admiration déjà de loin chez celui qui s’approchait de la ville ; et ils servaient à la protection magique de l’entrée. Car, c’est bien connu, le mal passe à travers les fissures, les portes, les passages… (à suivre)

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (troisième partie)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 27/03/2018, https://ane.hypotheses.org/310. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (troisième partie),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 27/03/2018, https://ane.hypotheses.org/310.

Bibliographie :

Battini, L. 2016. Les portes urbaines mésopotamiennes: dynamique militaire et utilitaire. HIMA 3: 223-248.

May, N. N. 2014. Gates and their Functions in Mesopotamia and Ancient Israel. In N. May and U. Steinert (eds), The Fabric of Cities. Aspects of Urbanism, Urban Topography and Society in Mesopotamia, Greece and Rome: 77-122. Leyde/Boston: Brill.

Otto, E. 2008. Zivile Funktionen des Stadttores in Palästina und Mesopotamien. In E. Otto (ed), Altorientalische und biblische Rechtsgeschichte: gesammelte Studien, Beihefte Zur Zeitschrift Fur Altorientalische Und Biblische Rechtsgeschichte, 8: 519-530. Wiesbaden: Harrassowitz.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.