Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (deuxième partie)

Dans la construction des portes urbaines, on peut mettre en lumière la présence de caractères qui s’expliquent par des raisons militaires, alors que d’autres sont plus ou moins contraires à la logique militaire. Les tours d’entrée et de sortie ont été conçues pour retarder l’entrée de l’ennemi, et offrir une surface d’action en élévation, d’où il est plus facile attaquer l’ennemi. De même, il est plus prudent de placer les pièces dont se compose la porte derrière la ligne urbaine, car ainsi c’est l’enceinte qui offre une protection supplémentaire aux portes (fig. 1).

Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)

Fig. 1: Porte d’Ischaeli (d’après Hill, Jacobsen, Delougaz 1990, pl. 98)

Un autre dispositif, plus rarement attesté, rentre aussi dans une logique militaire: le renforcement du côté droit de la porte a été pensé pour offrir une importante surface d’action aux défenseurs, car ce côté correspondait au côté gauche de l’ennemi qui n’était pas protégé par le bouclier (Assur), les droitiers étant plus nombreux que les gauchers (caractère régressif).

Par contre, le placement des pièces avant la ligne du mur  affaiblit la défense tout en réduisant la solidité des portes. D’autres développements sont difficilement explicables du point de vue militaire, comme l’agrandissement progressif des dimensions des portes, qui s’accompagne d’un souci croissant de protection magique, la présence d’un décor (fig.2), les aménagements et les objets quotidiens à l’intérieur de la porte qui peut s’accompagner de l’absence d’armes.

L’existence des deux types de portes (en tenaille — à passage : voir billet précédant) pose des interrogations sur leur choix et leur utilisation. Un examen approfondi a permis de rejeter une raison géographique et aussi historique. Dans le choix des portes semblent entrer en jeu des raisons économiques et idéologiques aussi bien que civiles et utilitaires. Ainsi, le plus souvent les grandes villes et spécialement les capitales préfèrent — et ont les moyens de construire — les portes en tenaille, mais parfois de tout petits sites construisent une porte en tenaille (Khafadjé mound D) ou bien une grande ville (Larsa) peut utiliser les deux typologies au même moment.

Fig. 2 Décor de la porte 3 de Dur Sharrukin (F. Thoms, 1863, Visite du Pacha de Mossoul aux fouilles de Khorsabad).

Fig. 2 Décor de la porte 3 de Dur Sharrukin (F. Thoms, 1863, Visite du Pacha de Mossoul aux fouilles de Khorsabad).

La différence fondamentale entre les deux typologies est la présence de pièces et d’un escalier construit à l’intérieur de la porte. La création d’une ou plusieurs pièces rend ainsi possibles d’autres activités que le simple passage et le contrôle des gens. Savoir exactement de quelles activités il s’agissait reste compliqué. La possibilité de voir dans ces pièces des lieux de stockage du matériel militaire n’est pas confirmée d’un point de vue archéologique. Les rares armes retrouvées (trois cas en 2000 ans) n’étaient pas dans les portes mais à proximité.

Les aménagements fixes et les objets trouvés dans les portes sont assez rares – et sujets à interprétations très différentes. Des objets comme les petites jarres, les tablettes, les fragments de terre cuite, des épingles, et de morceaux en bronze prouvent l’utilisation civile de portes, sous forme d’activités économiques et administratives. Cela est par ailleurs confirmé aussi par les sources écrites qui parlent de taxes payées aux portes urbaines:

« J’ai payé la (location pour les ânes), la taxe pour entrer et celle pour sortir ».

Les activités économiques comprenaient aussi le contrôle des marchandises et des marchands et les livraisons de biens de plusieurs sortes. L’existence de vergers à proximité des portes, souvent attestés dans les sources écrites de nature variée, et de pâturages pour le bétail qui sort de la ville pourrait suggérer que des marchés se déroulaient autour et peut-être dans la porte. Les fonctions administratives sont confirmées par la clause présente dans de nombreux contrats de Nuzi indiquant que le document a été rédigé à l’intérieur de la porte urbaine. D’autres activités qui ne laissent pas de trace archéologique peuvent être déduites des textes… (à suivre)

 

Bibliographie :

Andrae, W. 1913. Die Festungswerke von Assur. Leipzig: J.C. Hinrichs.

Battini, L. 2016. Les portes urbaines mésopotamiennes: dynamique militaire et utilitaire. HIMA 3: 223-248.

Hill, H. D., Jacobsen, Th. and Delougaz, P. 1990. Old Babylonian Public Buildings in the Diyala Region, OIP 98. Chicago: University of Chicago Press.

May, N. N. 2014. Gates and their Functions in Mesopotamia and Ancient Israel. In N. May and U. Steinert (eds), The Fabric of Cities. Aspects of Urbanism, Urban Topography and Society in Mesopotamia, Greece and Rome: 77-122. Leyde/Boston: Brill.

Otto, E. 2008. Zivile Funktionen des Stadttores in Palästina und Mesopotamien. In E. Otto (ed), Altorientalische und biblische Rechtsgeschichte: gesammelte Studien, Beihefte Zur Zeitschrift Fur Altorientalische Und Biblische Rechtsgeschichte, 8: 519-530. Wiesbaden: Harrassowitz.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (deuxième partie)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 20/03/2018, https://ane.hypotheses.org/291. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes (deuxième partie),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 20/03/2018, https://ane.hypotheses.org/291.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.