Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes

Les premières portes urbaines connues de Mésopotamie remontent à l’époque protodynastique (IIIème mill. av. J.-C.). Fouillées surtout dans le sud de la Mésopotamie et dans la Diyala, elles se présentent comme un simple passage (fig. 1) protégé par de puissantes tours d’entrée et rarement de sortie.

Fig. 1. Porte-passage (ici portes d'Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)

Fig. 1. Porte-passage (ici portes d’Uruk, IIIe mill. av. J.-C. d’après Lenzen 1936, fig. 1)

Les portes ont une largeur et une profondeur différentes d’un site à l’autre : la largeur peut aller de 1 m à 3,5 m; la profondeur de 2,9 m jusqu’à 5,5m-7,8 m. De même, les tours ont des dimensions assez peu constantes dans les différents sites, mais elles sont en rapport avec la largeur du passage (Battini 2016: 224-225): aux tours les plus grandes correspond un passage plus large. Ce rapport entre dimensions des tours et largeur du passage de la porte s’explique en partie en raison de contraintes militaires: plus large est le passage, ce qui est d’ailleurs indispensable au trafic urbain, plus facilement les ennemis peuvent entrer dans la ville, ce qui fait que les portes nécessitent une défense accrue. Les portes urbaines en effet sont un élément important autant de la topographie et de l’organisation de la vie urbaine que du système de fortifications.

Au IIe mill. av. J.-C., on connaît deux typologies de portes urbaines: celle à simple passage, dont nous avons parlé plus haut, et celle dite « en tenaille » (fig. 2), dont l’origine pourrait remonter au IIIème mill. (Battini 2016: 225). Il s’agit d’une structure complexe incluant une ou plusieurs pièces et parfois un escalier, qui sont en général situés derrière la ligne du mur urbain, pour d’évidentes raisons militaires. Le rapport entre surfaces pleines (= murs) et surfaces vides (= espace habitable) indique une importante prévalence des murs, ce qui suggère une élévation conséquente.

 

Fig. 2: Porte "en tenaille" (ici Porte Tabira d’Assur d’après Andrae 1913, pl. 32)

Fig. 2: Porte “en tenaille” (ici Porte Tabira d’Assur d’après Andrae 1913, pl. 32)

Les portes-passages ont à cette époque une largeur et des tours en moyenne plus importantes qu’au IIIème mill. Les villes capitales comme Larsa ou Kar-Tukulti-Ninurta font étalage d’une plus grande monumentalité des entrées, pour d’évidentes raisons politiques. En effet, il existe un lien entre la monumentalité croissante des portes urbaines et l’importance politique de la ville, ce qui va de pair avec les capacités économiques, les nécessités urbaines et des choix spécifiques.

Le Ier mill. av. J.-C. atteste un seul type de porte, celle en tenailles, même s’il n’est pas exclu que cela dépende de la documentation disponible, qui se limite exclusivement aux portes des capitales. La tendance à l’augmentation des dimensions se confirme: la surface des portes arrive jusqu’à 4290 m2 (Ninive).

Fig. 3. Porte d'Ishtar, à Babylone (d'après Unger 1931, frontispice)

Fig. 3. Porte d’Ishtar, à Babylone (d’après Unger 1931, frontispice)

Le caractère exceptionnel des dimensions ne se justifie pas du point de vue militaire, plutôt sur un plan symbolique. Elle dérive du projet royal d’autocélébration et de manifestation de puissance à travers la crainte et l’étonnement suscités par de telles réalisations1. Ce qui est prouvé par la présence — pour la première fois — d’un riche décor (briques émaillées, statues, orthostates) qui accompagne les portes (fig. 3). Ce décor n’a pas d’utilité du point de vue militaire mais sert à placer les portes sous protection divine.

Lieux de passage entre intérieur et extérieur, les portes urbaines accomplissent plusieurs fonctions, dont les militaires sont certes les plus évidentes, mais pas les seules … (à suivre)

Bibliographie :

Andrae, W. 1913. Die Festungswerke von Assur. Leipzig: J.C. Hinrichs.

Battini, L. 1996. Un exemple de propagande néo-assyrienne: les défenses de Dur-Sharrukin. Contributi e Materiali di Archeologia Orientale 6: 217-234.

Battini, L. 2001. Les noms des portes urbaines en Mésopotamie. ISIMU 2: 31-46.

Battini, L. 2008. Lorsqu’une ville est en état de siège: étude de cas néo-assyriens. In P. Abrahami et L. Battini Les armées du Proche-Orient ancien (IIIe-Ier mill. av. J.-C.). Actes du colloque international organisé à Lyon, BAR Intern. Ser. 1855: 185-206. Oxford: John and Erica Hedges.

Battini, L. 2016. Les portes urbaines mésopotamiennes: dynamique militaire et utilitaire. HIMA 3: 223-248.

Burke, A. A. 2008. Walled Up to Heaven: the Evolution of Middle Bronze Age Fortification Strategies in the Levant. Winona Lake: Eisenbrauns.

Eph ‘al, I. 2009. The City Besieged: Siege and its Manifestations in the Ancient Near East. Leyde/Boston: Brill.

Lenzen, H. et al. 1936. Siebenter vorläufiger bericht über die von der Deutschen Forschungsgemeinschaft in Uruk-Warka unternommenen Ausgrabungen, von Dr. Arnold Nöldeke, Heinz Lenzen, Arndt von Haller und Werner Göpner. Berlin: Akademie der Wissenschaften.

May, N. N. 2014. Gates and their Functions in Mesopotamia and Ancient Israel. In N. May and U. Steinert (eds), The Fabric of Cities. Aspects of Urbanism, Urban Topography and Society in Mesopotamia, Greece and Rome: 77-122. Leyde/Boston: Brill.

Mielke, D. P. 2011. Stadttor. Reallexikon der Assyriologie 13: 91-97. Berlin-New York.

Miglus, P. A. 1982. Das Stadttore in Assur-das Problem der Identifizierung. Zeitschrift für Assyriologie 72: 266-279.

Otto, E. 2008. Zivile Funktionen des Stadttores in Palästina und Mesopotamien. In E. Otto (ed), Altorientalische und biblische Rechtsgeschichte: gesammelte Studien, Beihefte Zur Zeitschrift Fur Altorientalische Und Biblische Rechtsgeschichte, 8: 519-530. Wiesbaden: Harrassowitz.

Unger, E. 1931. Babylon. Die heilige Stadt nach der Beschreibung der Babylonier. Berlin/ Leipzig.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/03/2018, https://ane.hypotheses.org/287. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les portes urbaines : entre stratégie militaire et nécessités quotidiennes,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/03/2018, https://ane.hypotheses.org/287.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

  1. Battini 2016, 2008, 2001, 1998, 1996 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.