Les animaux du Proche-Orient ancien, première partie. Sauvages, domestiqués, domestiques, familiers : une question de terminologie ?

Au Proche-Orient ancien les animaux ont toujours eu une grande importance non seulement pour les travaux des champs, les transports ou la nourriture mais aussi pour l’agrément des hommes. Les animaux en effet ont été pris comme modèle dans les créations artistiques et littéraires. Ils sont représentés partout : dans la glyptique, dans la ronde bosse, dans la peinture, dans la céramique, dans les terres cuites, dans les bas reliefs, dans la statuaire. Ils sont représentés en utilisant des techniques différentes, comme le bas relief, la ronde bosse, l’intaille, l’incision, le dessin et des matériaux différents, comme pierre, terre cuite, incrustations, métal, faïence…

(D'après D. Collon, 1987, n.935. Sceau- cylindre trouvé à Ur, époque protodynastique)
(D’après D. Collon, 1987, n.935. Sceau-cylindre trouvé à Ur, époque protodynastique)

Si l’on se fie aux images des Mésopotamiens eux-mêmes, les animaux étaient présents dans les vêtements et la parure, ils décoraient le mobilier (chaises, tables, lits), aussi bien que le service à boire, les vases peints, les moules à gâteaux et ils étaient autant présents dans les maisons que dans les temples et les palais. Ils pouvaient accompagner la personne dans sa tombe, en renfermant ainsi le cycle commencé avec la grossesse, pendant laquelle les mères portaient des amulettes animalières réputées les protéger des risques de la naissance.

Ces sont surtout les animaux sauvages qui sont les plus représentés, beaucoup plus que les domestiqués, par fascination et signification symbolique mais aussi par une fréquentation plus constante de l’être sauvage, qui pouvait entrer dans les villes, agresser les troupeaux et faire peur aux hommes, comme l’attestent les textes de présages, les lettres royales de Mari et même le Code d’Hammurabi. Aujourd’hui nous avons perdu ces contacts fréquents avec l’animal sauvage et notre rapport avec l’animal en général a aussi beaucoup évolué depuis. Dans les zoos d’aujourd’hui la vache ou le coq ont la même place que le lion ou le tigre, engendrant une possible confusion entre sauvage et domestiqué. Cette confusion est encore augmentée par la transformation de l’animal sauvage en animal « domestique » sans être domestiqué. Il faut opérer tout de suite une distinction entre domestiqués et domestiques : les animaux domestiqués sont ceux qui ont été pliés à la détermination humaine de les exploiter (vache, brebis, chèvre, chien). Les animaux « domestiques » sont ceux qui habitent la « domus » (latin, « maison »), les animaux de compagnie donc (pets en anglais). Donc, normalement on pourrait penser que un animal domestique est par force domestiqué et qu’au contraire un animal domestiqué n’est pas nécessairement domestique. Mais cela n’est pas aussi tranché : les souris, les gerbilles, les hamsters dont regorgent les animaleries aujourd’hui sont donc des animaux domestiques mais pas du tout domestiqués ! Les zoologues aussi ne se sont pas mis d’accord sur une définition de domestiqué acceptée par le plus grand nombre (Mason 1984; Digard 1990). Sans dire que parfois ils ont de grandes difficultés à distinguer la forme sauvage de la domestiquée, comme par exemple pour le chat, le mouton ou le cochon (Clutton-Brock 1987 ; Petter 1973 ; cf. Pastoureau 2015). En plus, chaque société considère de manière différente les animaux (Gautier 1990, p.7-37), les domestiqués et les animaux de compagnie et même les animaux aptes à la consommation : sans aller aussi loin et exotique que les plats à base d’insectes ou d’arachnides, il faut se souvenir que la consommation de viande canine était encore fréquente en Europe dans la 1ère moitié du XXe siècle et que les dernières boucheries canines ont fermé les portes après les années 50 ! L’évolution des notions et en particulier celle concernant les animaux au gré des sociétés et des périodes nous pousse à rechercher dans la documentation mésopotamienne disponible les distinctions concernant les animaux.

D'après Braun-Holzinger, 1984, n.193, époque paléo-babylonienne
D’après Braun-Holzinger, 1984, n.193, époque paléo-babylonienne

Nous avons dit que la documentation iconographique est riche, elle est pourtant aussi très limitée (Breniquet 2002, p.146). L’identification des animaux dans les différents supports, en effet, est complexe, tout particulièrement dans les sceaux (Collon 1987, p.187), qui sont de taille très réduite, 2-3 cm à peine. En outre, l’art mésopotamien n’obéit pas aux mêmes règles de réalisme que suivent les artistes égyptiens ou grecs par la suite. Ainsi, au contraire de ce qui est possible de faire pour l’art égyptien ou grec   (Delorme et Roux 1987), on ne peut pas détailler, par exemple, toutes les espèces d’oiseaux représentés dans les images mésopotamiennes. Dans les sceaux, même les quadrupèdes sont d’identification difficile : il est souvent malaisé de distinguer entre un bouquetin, une antilope, un cerf, une gazelle et parfois même entre une chèvre et un taureau. Ce n’est pas par incapacité ou maladresse, mais on ne peut pas demander une précision zoologique aux images qui ont été crées pour des buts précis et selon des règles iconographiques précises. L’esthétique mésopotamienne entretient un rapport complexe avec la réalité : ce n’est pas important de reproduire fidèlement ce qui existe (mimesis de la réalité, en paraphrasant Aristote), mais l’impulsion divine qui s’en dégage et donc sa signification. Et pour la traduire les artistes et les artisans mésopotamiens aiment adopter un style linéaire fort éloigné des canons grecs qui ont fondé la vision occidentale de l’esthétique. Par ailleurs, la différence des supports et de leur état de conservation, explique en partie les différences entre l’Égypte et la Mésopotamie.

De plus, la documentation archéozoologique est aussi limitée et ne concerne que les fouilles les plus récentes. Elle rencontre des difficultés d’analyse et d’identification des ossements retrouvés (Mason 1984, passim et Petter), mais elle souffre également des inégalités de leur conservation : les ossements d’oiseaux, surtout de petite taille, sont pratiquement impossibles à retrouver sur la fouille, étant donné la fragilité des os. Mais les recherches archéozoologiques élargissent la sphère d’animaux consommés et donc connus mais qui ne sont pas ou peu représentés dans les images. Par exemple, elles attestent chats, lapins, belettes, canards et pigeons qui ne sont presque jamais représentés, bien qu’ils soient mangés.

Enfin, la documentation textuelle ne s’est pas souciée d’une définition de l’animal domestiqué. Les scribes d’un côté et les juristes de l’autre ont pourtant opéré une distinction entre animaux sauvages (akk. nammashu/ nammashtu) et domestiqués (akk. bulu « troupeau ») qui permet de comprendre ce qu’ils entendaient par « domestiqué ». Pour ces lois, l’animal domestiqué est l’animal de bât qui sert dans les travaux agricoles, par excellence le boeuf, parfois aussi l’âne et le cheval et ponctuellement les animaux choisis pour la consommation comme cochons, chèvres, moutons. Les proverbes populaires et les textes ominaux donnent des renseignements sur la présence d’autres animaux domestiqués, ainsi que sauvages, dans la ville : le chien protège les ateliers des potiers, éloigne les renards des portes urbaines et peut pénétrer dans la maison du maître, les cochons chassent des rues les loups égarés et les nettoient des déchets urbains.

Pourtant, la série lexicale HAR-ra=hubullu, une sorte d’encyclopédie du savoir mésopotamien, peut être considérée comme le 1er traité sur les animaux, bien avant Aristote et Pline l’Ancien. Ici, les scribes ont séparé les animaux domestiqués -tablette xiii- des animaux sauvages -tablette xiv- et ont relégué les poissons et les oiseaux dans la tablette xviii (Landsberg 1934). L’énumération des animaux domestiqués commence avec le mouton, se poursuit avec la chèvre, le chevreau, l’agneau et la chevrette, puis continue avec le bœuf, la vache et le veau et termine avec l’âne. Chaque animal a un nom générique, puis d’autres qui en marquent la variété et donc aussi l’habitat d’origine (par ex. mouton de l’ouest, mouton à grosse queue, etc.), la fonction (âne de bât, de char, d’attelage, etc.), la qualité (engraissé, de reproduction, en pâture, non encore tondu, etc.), parfois l’âge et le sexe (les femelles ont une part spéciale dans les listes pour leur rôle de reproduction). La tablette xiv est la plus longue des 3 traitant des animaux, et cela démontre combien le monde sauvage était présent dans la vie des hommes anciens, ce qui a presque complètement disparu aujourd’hui. Sont considérés comme sauvages et classés dans la xiv tablette des herbivores comme la gazelle, l’éléphant, l’antilope, le cerf, le bœuf sauvage, des carnivores comme le lion, le hyène, le léopard, le guépard, le tigre, le chat, le chacal, l’ours, le lynx, le loup, l’ours, et la mangouste, des petits mammifères comme le hérisson, la souris, le porc-épic, le blaireau, le castor, des reptiles (tortues et serpents de plusieurs sortes), des batraciens (grenouilles, crapauds), et des crustacés (crevette, crabe, écrevisse). La tablette xviii, enfin, énumère d’abord les poissons et d’autres animaux marins pour ensuite décrire différents types d’oiseaux, regroupés par l’idéogramme qui commence leur nom sumérien : ainsi oies, canards, pigeons, corbeaux, corneilles, chauve souris appartiennent à la même liste.

D'après Collon, 1987, n.923, époque achéménide
D’après Collon, 1987, n.923, époque achéménide

Selon cette série lexicale, donc :

1) l’animal domestiqué par excellence est l’animal d’élevage  et l’ordre dans lequel les animaux domestiqués sont cités (mouton, chèvre, bœuf et âne) reflète parfaitement l’économie de subsistance où les caprovins sont plus importants que les bovins (73% de la tablette leur est dédié, contre 19% pour les bovins et 8% pour les ânes) ; En effet la Mésopotamie n’est pas très riches et les ovins présentent l’avantage de se contenter de peu et de s’adapter facilement à des paysages différents. Les bovins certes valaient plus chers que les caprovins, puisque ils fournissent plus de viande, de lait et en plus ils peuvent être utilisés comme animaux de bât. Mais ils s’adaptent moins facilement et on en trouve moins en Mésopotamie.

2) la tablette xiii distingue les caprovins et les bovins par sexe et par âge : ainsi, le mouton et la chèvre sont les plus importants, suivis par le chevreau, l’agneau et la chevrette tandis que parmi les bovins, c’est à la vache et au veau qui revient la priorité, ce qui est tout à fait normal dans l’économie de subsistance

3) d’autres animaux que nous considérons aujourd’hui comme domestiqués et que les codes de lois et les histoires sapientielles mésopotamiens considèrent aussi comme domestiqués, comme le chien, le cochon et le chat, sont insérés dans la tablette des animaux sauvages. Les raisons peuvent en être recherchées dans la parenté de ces animaux avec les espèces sauvages : lion pour le chien (l’idéogramme du lion dérive de celui du chien), sanglier pour le cochon, félins pour le chat. Ou bien dans la série lexicales on voulait séparer les animaux d’élevage et de bât, donc les animaux les plus utiles, des autres. Mais cette explication est certes limitée et partielle, surtout vis-à-vis du chien qui est le plus ancien animal domestiqué (sa domestication a été encore relevé d’un millénaire : les tout premiers exemples se placeraient donc au XIIe mill. av. J.-C. au Levant) et pour lequel les mésopotamiens avaient des sentiments très affectueux à tel pont que l’on peut proposer pour cet animal l’identification avec un animal de compagnie. Autres animaux domestiqués grandement absents dans la tablette xiii sont les volailles (oies, canards, pigeons) qui sont classées et différenciées dans la tablette xviii. Dans ce cas on peut suggérer que l’élément principal qui les distingue est le milieu dans lequel elles vivent (l’air). Mais on ne comprend pas pourquoi les poissons sont associés aux oiseaux dans cette tablette. Certes eux aussi, comme les volailles, ont un milieu bien défini (l’eau), mais pourquoi les associer aux oiseaux ?

4) cette classification mésopotamienne n’est pas –sauf très rarement- semblable à la notre, mais elle est systématique : c’est à dire les Mésopotamiens n’avaient pas les mêmes exigences que nous dans la classification et pourtant ils sont arrivés à distinguer les espèces et à se servir de leur classification pour les buts proposés. Donc, leur classification avait une validité pragmatique qui a disparu aujourd’hui.

5) les images prouvent l’existence d’une classification des animaux, même si rechercher une correspondance exacte entre textes et iconographie n’est pas possible ni souhaitable.

6) les Mésopotamiens ne se sont pas souciés des animaux de compagnie, ce que nous appelons aussi « animaux domestiques » : aucun mot ne peut se traduire ainsi et aucune classification ne les concerne. Ils avaient une vision très utilitaire des animaux qui avaient réussi à domestiquer. Et pourtant, eux aussi ont nourri de l’affection pour certains des animaux … (à suivre)

 

Bibliographie :

E. Braun-Holzinger, Figürliche Bronzen aus Mesopotamien, München, 1984.

Ch. Breniquet, « Animals in Mesopotamian Art », dans B. J. Collins (éd.) A History of the Animal World in the Ancient Near East, Leiden/Boston/Köln, 2002, HdO 64.

D. Collon, First Impressions : Cylinder Seals in the Ancient Near East, London, 1987.

J. Delorme et C. Roux, Guide illustré de la faune aquatique dans l’art grec, Paris, 1987.

A. Gautier, La domestication. Et l’homme créa l’animal…, Paris, 1990.

B. Landsberger, Die Fauna des alten Mesopotamiens nach des 14. Tafeln der Serie HAR.RA=hubullu, Leipzig, 1934.

L. Mason (éd.), Evolution of Domesticated Animals, London-New York, 1984.

M. Pastoureau 2015, Le roi tué par un cochon, Paris.

F. Petter, Les animaux domestiques et leurs ancêtres, Paris/Bruxelles/Montréal, 1973.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les animaux du Proche-Orient ancien, première partie. Sauvages, domestiqués, domestiques, familiers : une question de terminologie ?”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 30/11/2017, https://ane.hypotheses.org/28. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les animaux du Proche-Orient ancien, première partie. Sauvages, domestiqués, domestiques, familiers : une question de terminologie ?,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 30/11/2017, https://ane.hypotheses.org/28.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

 

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Une réflexion sur « Les animaux du Proche-Orient ancien, première partie. Sauvages, domestiqués, domestiques, familiers : une question de terminologie ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.