Les nouvelles galeries du Penn Museum (Philadelphie)

Le 21 Avril 2018 les nouvelles salles du Musée d’archéologie et d’anthropologie de Philadelphie ont ouvert leurs portes au public. Fermées depuis plusieurs années les salles ont été complétement refaites en engageant des travaux gigantesques et complétement  repensées selon une nouvelle muséographie. Les vitrines par exemple ont différents points d’observation qui permettent de regarder les objets de différentes manières. Parfois un poste unique donne accès à l’objet (ou un de ses morceaux), à sa restitution, au lieu où l’objet se trouvait et à sa ville (stèle d’Ur-nammu par exemple). Les objets présentés ont donné lieu aussi à des réinterprétations stimulantes, comme celle du diadème de la reine
Pu-abi d’Ur  proposée par Holly Pittman et tous sont présentés sur supports multimediaux, qui facilite l’accès aux jeunes générations. Mais pour les gens pressés il existe aussi un système de visite rapide du musée sur son i-pod qui à travers l’écoute d’un enregistrement sonore en anglais, espagnol ou américain fait visiter les oeuvres les plus spectaculaires du musée. (le musée a presque 1 million d’oeuvres, la majeure partie provenant de ses propres fouilles).

La rénovation des salles a également permis aux professionnels et  conservateurs de mettre  en œuvre une procédure stricte pour le traitement, la prise en charge et l’analyse de tous les artefacts qui ont été choisis pour être exposés. Le but est présenter au public un objet “stable” (qui ne risque pas de se casser ou qui n’est pas poussiéreux) dont on a pu reconstituer l’histoire  et le contexte qui a vu sa formation. Ainsi, d’abord  on enlève les poussières et les saletés des années d’exposition dans les salles ou les réserves du musée, on fait adhérer les joints détachés, on remplit les éventuelles fissures. Puis, on le photographie car la documentation photographique enregistre les traitements effectués sur l’objet, et permet également aux restaurateurs de suivre l’état des traitements effectués sur un objet, ce qui va grandement aider les futurs
conservateurs. Ces-derniers, regardant les photos  pourront mieux déterminer comment et si un nouveau traitement doit avoir lieu. Les photos reçoivent des sigles complexes, comprenant le numéro d’inventaire de l’objet, les différents moments des prises de vue (avant, durant ou après traitement), parfois la date. Pour assurer la visibilité de l’objet sur la photo, ce dernier doit remplir l’image le plus possible et être placé dans la bonne orientation.
Ensuite, les conservateurs et les restaurateurs font une évaluation écrite de chaque objet, divisée en deux partie, une de description (à quoi ressemble l’objet, ses matériaux, et comment il a été fabriqué) et une de condition (description de tout dommage ou modification, qui soit contemporain à l’utilisation de l’objet ou postérieur- c’est-à-dire provenant de l’enfouissement, de sa découverte ou de sa conservation). Ce rapport d’évaluation aide à documenter les caractéristiques, l’apparence et l’état, à développer des options de traitement et à déterminer les risques éventuels des objets. Tous les artefacts ayant subi un traitement retournent dans les réserves du musée dans des logements appropriés (sachets ou conteneurs en plastique pour éviter la poussière) pour aider à maintenir l’organisation de la collection. Parfois, des boîtiers faits sur mesure et rembourrés avec des mousses inertes sont créés pour les objets présentant des problèmes de stabilité.

Enfin, quand les salles furent prêtes, 1200 objets, dont certains inédits, ont été transférés dans les vitrines où depuis attendent le
visiteur curieux. Le week-end d’ouverture (21-22 avril) s’est tenu un riche festival de spectacles, ateliers, et activités variés, gratuites avec l’entrée au musée : l’atelier de calligraphie arabe, l’atelier de tambour, le bazar qui vendait les épices et les thés, le Paper Mill Café du musée qui proposait un menu spécial du Moyen-Orient pour le week-end, concert de musique turque contemporaine et classique… Même les conservateurs et les restaurateurs sont restés les deux jours au musée pour répondre aux questions du public et expliquer l’exposition.
Si vous passez par Philadelphie, ne ratez pas ce musée, il  offre l’une de plus intéressantes présentations muséales !

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les nouvelles galeries du Penn Museum (Philadelphie)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 28/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2760. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les nouvelles galeries du Penn Museum (Philadelphie),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 28/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2760.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Une réflexion sur « Les nouvelles galeries du Penn Museum (Philadelphie) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.