Hérodote et les confins du monde (III, 106-116)

Quand Hérodote décrit les limites du monde connu (l’Inde à l’est, l’Arabie au Sud, contrées éloignées à l’ouest et au nord), son récit prend des accents de légende. Selon l’idée que « les extrémités de la terre possèdent ce que nous estimons de plus beau et de plus rare », Hérodote raconte les « extravagances » de ces contrées éloignées, parmi lesquelles figurent aussi les contrées bizarres au nord et à l’ouest de l’Europe. Il n’est pas allé partout, il a parfois seulement écouté les récits transmis de bouche en bouche, et cela explique ces histoires vraiment fabuleuses…

P.S. : la description du coton (« arbres porteurs de laine ») est identique à celle des néo-assyriens…

  1. Αἱ δ᾽ ἐσχατιαί κως τῆς οἰκεομένης τὰ κάλλιστα ἔλαχον, κατά περ ἡ Ἑλλὰς τὰς ὥρας πολλόν τι κάλλιστα κεκρημένας ἔλαχε. [2] Τοῦτο μὲν γὰρ πρὸς τὴν ἠῶ ἐσχάτη τῶν οἰκεομενέων ἡ Ἰνδική ἐστι, ὥσπερ ὀλίγῳ πρότερον εἴρηκα· ἐν ταύτῃ τοῦτο μὲν τὰ ἔμψυχα, τετράποδά τε καὶ τὰ πετεινά, πολλῷ μέζω ἢ ἐν τοῖσι ἄλλοισι χωρίοισι ἐστί, πάρεξ τῶν ἵππων (οὗτοι δὲ ἑσσοῦνται ὑπὸ τῶν Μηδικῶν, Νησαίων δὲ καλευμένων ἵππων), τοῦτο δὲ χρυσὸς ἄπλετος αὐτόθι ἐστί, ὃ μὲν ὀρυσσόμενος, ὁ δὲ καταφορεύμενος ὑπὸ ποταμῶν, ὁ δὲ ὥσπερ ἐσήμηνα ἁρπαζόμενος. [3] Τὰ δὲ δένδρεα τὰ ἄγρια αὐτόθι φέρει καρπὸν εἴρια καλλονῇ τε προφέροντα καὶ ἀρετῇ τῶν ἀπὸ τῶν ὀίων· καὶ ἐσθῆτι Ἰνδοὶ ἀπὸ τούτων τῶν δενδρέων χρέωνται…..

CVI. Les extrémités de la terre habitée ont eu, en quelque sorte, en partage ce qu’elle a de plus beau, comme la Grèce a eu, pour le sien, la plus agréable température des saisons. L’Inde est, ainsi que je viens de le dire, la dernière contrée habitée à l’est. Les quadrupèdes et les volatiles y sont beaucoup plus grands que dans les autres pays; mais les chevaux y sont plus petits que ceux de la Médie, qu’on appelle Niséens. Ce pays abonde en or : on le tire des mines, des fleuves, qui le charrient avec leurs eaux, et de la manière dont nous avons dit qu’on l’enlevait. On y voit, outre cela, des arbres sauvages qui pour fruit portent une espèce de laine, plus belle et meilleure que celle des brebis. Les Indiens s’habillent avec la laine qu’ils recueillent sur ces arbres.

CVII. Du côté du midi, l’Arabie est le dernier des pays habités. C’est aussi le seul où l’on trouve l’encens, la myrrhe, la cannelle, le cinnamome, le lédanon. Les Arabes recueillent toutes ces choses avec beaucoup de peine, excepté la myrrhe.
Pour récolter l’encens, ils font brûler sous les arbres qui le donnent une gomme appelée styrax, que les Phéniciens apportent aux Grecs. Ils brûlent cette gomme pour écarter une multitude de petits serpents volants, d’espèces différentes, qui gardent ces arbres, et qui ne les quitteraient pas sans la fumée du styrax. Ce sont ces sortes de serpents qui volent par troupes vers l’Égypte.

Restitution de la carte du monde selon Hérodote

Restitution de la carte du monde selon Hérodote

CXV. Telles sont les extrémités de l’Asie et de la Libye. Quant à celles de l’Europe à l’occident, je n’en puis rien dire de certain ; car je ne conviendrai pas que les barbares nomment Éridan un fleuve qui se jette dans la mer du Nord, et dont on dit que nous vient l’ambre. Je ne connais pas non plus les îles Cassitérides, d’où l’on nous apporte l’étain : le nom même du fleuve est une preuve de mon sentiment. Éridanos n’est point un mot barbare, c’est un nom grec inventé par quelque poète. D’ailleurs, je n’ai jamais trouvé personne qui ait pu me dire, comme témoin oculaire, quelle est cette mer que l’on place dans cette région de l’Europe. Ce qu’il y a de certain, c’est que l’étain et l’ambre nous viennent de cette extrémité du monde.

CXVI. Il paraît constant qu’il y a une très grande quantité d’or vers le nord de l’Europe ; mais je ne saurais dire avec certitude comment on parvient à se le procurer. On dit cependant que les Arimaspes enlèvent cet or aux Gryphons, et que ces Arimaspes n’ont qu’un oeil. Mais qu’il y ait des hommes qui naissent avec un oeil seulement, et qui, dans tout le reste, ressemblent parfaitement aux autres hommes, c’est une de ces choses que je ne puis me persuader. Quoi qu’il en soit, il paraît que les extrémités de la terre possèdent ce que nous estimons de plus beau et de plus rare.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Hérodote et les confins du monde (III, 106-116)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 05/03/2018, https://ane.hypotheses.org/270. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Hérodote et les confins du monde (III, 106-116),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 05/03/2018, https://ane.hypotheses.org/270.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.