Hatchepsout

Mémoires volées

Ce week-end s’est tenu à la Fondation Hugot (Paris) un atelier très intéressant sur la mémoire historique à l’âge du Fer (1ère moitié du Ier millénaire av. J.-C. ), organisé par l’Université de Tel Aviv (Ido Koch) et le Collège de France (Thomas Römer). Mémoire biologique, mémoire sociale, mémoire collective, mémoire aliénée, mémoire déformée, mémoire récupérée… Ce qui disparaît et ce qui se fixe, pourquoi, quand et comment cela arrive. Identité sociale, identité collective, qui se forment par la réécriture du passé. Ces questionnements qui surgissent de l’étude des sociétés antiques sont très actuels en ce début du IIIème millénaire : quand les fanatiques détruisent les monuments anciens, c’est la mémoire collective qu’ils veulent frapper. Au-delà de la perte d’un monument appartenant à toute l’humanité, c’est surtout la mémoire historique et à travers elle l’identité sociale qui sont les cibles des attaques. Car depuis l’antiquité l’histoire a été réécrite en fonction des exigences du régime en place. Cela peut comprendre la destruction tellement systématique de toutes les représentations et textes se rapportant à un roi que l’on en perd presque complètement la mémoire, comme ce fut le cas d’Hatchepsout en Egypte (Shirly Ben-Dor Evian, Israel Museum, Jerusalem and Tel Aviv University), l’aliénation d’importantes villes dans la mémoire collective pour faciliter une certaine reconstruction de l’identité nationale (Omer Sergi, Tel Aviv University), la manipulation — à travers le recyclage — des images royales hautement symboliques pour produire une nouvelle légitimation politique (Virginia Herrmann, University of Tübingen), ou l’ambiguïté des images et des textes qui relatent certains faits historiques pour en cacher d’autres pas très flatteurs (Laura Battini, CNRS/Collège de France).

Cartouches de Hatchepsout martelées (à gauche) à côté de celles de Thoutmosis III bien conservées (à droite)

Cartouches de Hatchepsout martelées (à gauche) à côté de celles de Thoutmosis III bien conservées (à droite)

Le workshop s’est intéressé aussi aux « oublis » volontaires des textes (Regine Hunziker-Rodewald, University of Strasbourg), à l’appropriation et manipulation de certains éléments historiques pour refonder une nouvelle mémoire collective (Matthieu Richelle, Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine), à la reprise de motifs appartenant à une autre identité culturelle comme status symbol (Tatiana Pedrazzi, Istituto di Studi sul Mediterraneo antico, CNR, Roma), à la conceptualisation d’une mémoire liée aux ancêtres (Sarah Lange, University of Tübingen), aux changements et persistances de la mémoire collective (Aaron Schmitt, University of Mainz).

Yuval Gadot (Tel Aviv University), enfin, a démontré comment la matérialité même des ruines constitue toujours une mémoire collective et politique. Car l’invisible — l’élément oublié, caché, aliéné, récupéré — finit par nous rappeler que le visible — version officielle de l’histoire — n’est jamais que l’une des versions possibles.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Mémoires volées”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 26/02/2018, https://ane.hypotheses.org/257. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Mémoires volées,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 26/02/2018, https://ane.hypotheses.org/257.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.