Sexe, genre et archéologie

Un rapport de 2014 sur les dangers d’attaques sexuels ou d’injures pour les choix d’orientation sexuelle pendant les campagnes de fouilles a poussé le directeur de l’École Américaine d’Archéologie Orientale de l’époque, Beth Alpert Nakhai, à faire un sondage qui a duré 2 ans sur la sécurité pendant les campagnes de fouilles. Les résultats sont affligeants et indiquent que la route est encore longue pour le respect de l’être humain au-delà de son sexe, de son physique et de ses choix de vie.

Le sondage a concerné 500 personnes, provenant de 24 pays et travaillant dans une vingtaine d’autres au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Méditerranée. 55% des participants au sondage sont jeunes voire très jeunes (22-39 ans), en majorité femmes (qui constituent 63% des 500 participants à l’opération) et 90% se définissent hétérosexuels. 78% ont des des diplômes avancés, leur position varie à l’intérieur de la mission de directeur ou co-directeur à volontaire ou archéologue payé.
Mais les positions plus élevées sont réservées majoritairement aux hommes, les femmes directrices de fouille étant très peu nombreuses. Les violations, les agressions et les harcèlements sexuels sont fréquents et dans 20% des cas restent impunis, ce qui consent implicitement à leur continuation et rend l’atmosphère de fouille lourde. Dans un quart des missions il y a eu harcèlement sexuel, religieux ou racial, vol, vandalisme, attaque physique, commentaires déplacés sur le physique, sur l’habillement ou sur l’orientation sexuelle. Peu d’archéologues déclarent ces attaques, par peur, par inefficacité de la démarche, par crainte de répercussions de carrière…
Dans un article par dans le Chronicle of Higher Education, Beth Alpert Nakhai a ainsi proposé quelques pistes pour résoudre cet ordre de méfaits pendant la fouille:
1) augmenter le nombre de femmes directrices de missions;
2) développer des protocoles clairs de comportement avec les punitions en cas de non-respect;
3) organiser des formations efficaces pour le personnel de terrain avant et pendant les campagnes de fouille;
4) Créer des environnements de travail sur le terrain sains qui, entre autres choses, interdisent les propos abusifs sur la race, la religion, le sexe, la tenue vestimentaire ou les attributs physiques;
5) Faire des enregistrements précis et détaillés de toutes les plaintes, avec copie aux personnes concernées et aux institutions dont elles appartiennent;
6) Familiariser les participants aux lois et coutumes du pays où les fouilles ont lieu, car elles peuvent différer de celles du pays d’origine des fouilleurs.

Comme femme archéologue, ayant participé à des missions italiennes, françaises, américaines et allemandes, je peux témoigner que je n’ai jamais vu ou expérimenté rien de tel. Les pays où l’on va fouiller envisagent les relations hommes/femmes d’une manière encore très patriarcale, ainsi la séparation hommes/femmes devient naturelle, on ne se comporte pas de la même manière qu’en Occident. Et on part pour un but scientifique, on sait que l’on ne va pas au bord de la mer. Le travail est dur et long, la chaleur le rend parfois pénible, vivre avec des gens que l’on n’a pas forcement choisi même pour 4 semaines se révèle un exercice parfois ardu… Alors, si le directeur de la mission évite de prendre en charge un élément aussi essentiel que la bonne humeur et la bonne entente, il ne faut pas s’étonner de quelques dérapages. Mais dans une période de “chasse aux sorciers”, où les langues déliées en rajoutent peut-être parfois un peu, il me semble judicieux de montrer que ce sondage est probablement excessif, la notion de harcèlement restant très subjective et difficile à définir même au niveau judiciaire. Si les cas de sous-représentation féminine à la tête des missions sont réellement importants, je reste pour ma part prudente à crier au loup trop vite pour ce qui concerne harcèlements et violences sexuelles.
La plupart des hommes – heureusement – ne sont pas des monstres !

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Sexe, genre et archéologie”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 22/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2541. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Sexe, genre et archéologie,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 22/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2541.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.