De hier à aujourd’hui : les listes des « merveilles » du monde

Depuis l’antiquité, l’homme a voulu établir une liste des œuvres les plus exceptionnelles qu’il avait créées. Les œuvres retenues se distinguent par leurs dimensions, les matériaux utilisés et leur originalité. Et il a limité cette liste à sept éléments – sept est un nombre magique – et il les a appelé θεαματα, « merveilles », mot grec indiquant l’étonnement, l’admiration. Les sept merveilles sont tellement connues que l’expression est désormais devenue proverbiale.

La moitié se situe en Grèce, plus précisément une en Grèce continentale (la statue chryséléphantine de Zeus à Olympie), une dans une île grecque (le colosse de Rhodes) et deux en Asie Mineure (actuelle Turquie : le Mausolée d’Halicarnasse et l’Artémision à Éphèse). Les trois autres n’appartiennent pas au monde grec et se situent une ou deux en Égypte (la pyramide de Khéops à Gizeh, et parfois, dans les listes considérées plus récentes, le Phare d’Alexandrie) et une ou deux en Mésopotamie (actuel Irak, les jardins suspendus de Babylone et dans les listes considérées plus anciennes aussi les murailles de la même ville). Le premier rédacteur de la liste devait donc appartenir au monde hellénisé, même s’il n’y a pas encore de certitudes sur la formation et la composition de cette liste, qui nous est arrivée par l’intermédiaire de Philon de Byzance.

Athanasius Kircher, les jardins suspendus de Babylone, 1726

Athanasius Kircher, Die schwebenden Gärten zu Babylon, 1726

Cinq des œuvres retenues dans la liste sont architecturales, deux sont des sculptures. Aucune œuvre de peinture n’a pas été insérée dans la liste contrairement à la société d’aujourd’hui, dans laquelle l’art par excellence est la peinture. Une autre différence avec l’époque actuelle est l’anonymat des créateurs de certaines des sept merveilles. Les jardins suspendus de Babylone et l’Artémision d’Éphèse restent d’artistes sans nom.

Des listes d’œuvres exceptionnelles sont attestées en d’autres continents et dans d’autres périodes. Aujourd’hui, on compte plusieurs listes : si celles de l’ONU sont les plus connues (liste des biens de l’humanité, liste des sites naturels), d’autres sont significatives du désir humain d’établir un “top” catalogue des meilleures réalisations …

Pyramide de Khéops

Pyramide de Khéops

Six des sept merveilles du monde ancien ont disparu à jamais et la seule qui a traversé les siècles et les millénaires a souffert tant par les évènements naturels que par l’action de l’homme. C’est peut-être là que réside l’intérêt des listes : conserver la mémoire au delà de la fragilité des œuvres humaines. C’est la peur de voir disparaître ces œuvres qui pousse à établir des listes. Avec les photos numériques et les ordinateurs, on pense désormais avoir résolu le problème. En réalité, les ordinateurs ne sont que partiellement fiables, même pour stocker des documents, et nous ignorons si ces moyens de préservation seront compréhensibles d’ici à trois millénaires… Enfin, ce n’est pas la même émotion de voir un monument, de pouvoir y circuler dedans/autour, ou de voir sa reproduction photographique qui en réduit les dimensions, le volume et surtout la capacité à réveiller nos sens.…

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “De hier à aujourd’hui : les listes des « merveilles » du monde”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 19/02/2018, https://ane.hypotheses.org/248. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “De hier à aujourd’hui : les listes des « merveilles » du monde,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 19/02/2018, https://ane.hypotheses.org/248.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.