La ville de Babylone par Hérodote

La description de Babylone que l’on retrouve dans les Histoires d’Hérodote est très riche en détails que l’archéologie a confirmés (double muraille, présence d’un fossé, forme géométrique plus rectangulaire que carrée, ziqqurat à plusieurs étages… ). On est donc très tenté d’en retrouver d’autres qui ne peuvent pas être confirmés par les données archéologiques. Par ex. la présence de 3 ou 4 étages par maison est malheureusement non vérifiable à cause de la hauteur restreinte de conservation des murs en terre crue. Et l’existence d’une statue d’or (ou du moins plaquée d’or) de Marduk est probable mais sans aucune preuve car l’habitude des anciens à recycler les matériaux en aurait fait disparaître toute trace. D’autres éléments sont clairement faux (l’obligation pour toute jeune fille pubère de s’unir une fois avec un étranger), d’autres résultent d’erreurs qui devaient être déjà largement répandues à l’extérieur de la Mésopotamie vers le VIe-Ve siècle (confusion entre Assyrie et Babylonie). Alors, il est intéressant de se replonger dans la lecture d’Hérodote (livre I, 178-187) car Babylone est pour lui « si magnifique, que nous n’en connaissons pas une qu’on puisse lui comparer » :

  1. Κῦρος ἐπείτε τὰ πάντα τῆς ἠπείρου ὑποχείρια ἐποιήσατο, Ἀσσυρίοισι ἐπετίθετο. Τῆς δὲ Ἀσσυρίης ἐστὶ μὲν κου καὶ ἄλλα πολίσματα μεγάλα πολλά, τὸ δὲ ὀνομαστότατον καὶ ἰσχυρότατον καὶ ἔνθα σφι Νίνου ἀναστάτου γενομένης τὰ βασιλήια κατεστήκεε, ἦν Βαβυλών, ἐοῦσα τοιαύτη δή τις πόλις. [2] Κέεται ἐν πεδίῳ μεγάλῳ, μέγαθος ἐοῦσα μέτωπον ἕκαστον εἴκοσι καὶ ἑκατὸν σταδίων, ἐούσης τετραγώνου· οὗτοι στάδιοι τῆς περιόδου τῆς πόλιος γίνονται συνάπαντες ὀγδώκοντα καὶ τετρακόσιοι, τὸ μέν νυν μέγαθος τοσοῦτον ἐστὶ τοῦ ἄστεος τοῦ Βαβυλωνίου, ἐκεκόσμητο δὲ ὡς οὐδὲν ἄλλο πόλισμα τῶν ἡμεῖς ἴδμεν. [3] Τάφρος μὲν πρῶτά μιν βαθέα τε καὶ εὐρέα καὶ πλέη ὕδατος περιθέει, μετὰ δὲ τεῖχος πεντήκοντα μὲν πηχέων βασιληίων ἐὸν τὸ εὖρος, ὕψος δὲ διηκοσίων πηχέων· ὁ δὲ βασιλήιος πῆχυς τοῦ μετρίου ἐστὶ πήχεος μέζων τρισὶ δακτύλοισι. (….)

 

CLXXVIII. L’Assyrie contient plusieurs grandes villes, mais Babylone est la plus célèbre et la plus forte. C’était là que les rois du pays faisaient leur résidence depuis la destruction de Ninive. Cette ville, située dans une grande plaine, est de forme carrée; chacun de ses côtés a vingt-six stades de long, ce qui fait pour l’enceinte de la place quatre cent quatre-vingts stades. Elle est si magnifique, que nous n’en connaissons pas une qu’on puisse lui comparer. Un fossé large, profond et plein d’eau, règne tout autour ; on trouve ensuite un mur de cinquante coudées royales d’épaisseur sur deux cents en hauteur. La coudée de roi est de trois doigts plus grande que la moyenne.

CLXXIX. Il est à propos d’ajouter à ce que je viens de dire l’emploi qu’on fit de la terre des fossés, et de quelle façon la muraille fut bâtie. A mesure qu’on creusait les fossés, on en convertissait la terre en briques ; et, lorsqu’il y en eut une quantité suffisante, on les fit cuire dans des fourneaux. Ensuite, pour servir de liaison, on se servit de bitume chaud, et, de trente couches en trente couches de briques, on mit des lits de roseaux entrelacés ensemble. On bâtit d’abord de cette manière les bords du fossé. On passa ensuite aux murs, qu’on construisit de même. Au haut et sur le bord de cette muraille on éleva des tours qui n’avaient qu’une seule chambre, les unes vis-à-vis des autres, entre lesquelles on laissa autant d’espace qu’il en fallait pour faire tourner un char à quatre chevaux. Il y avait à cette muraille cent portes d’airain massif comme les jambages et les linteaux. A huit journées de Babylone est la ville d’Is, située sur une petite rivière de même nom, qui se jette dans l’Euphrate. Cette rivière roule avec ses eaux une grande quantité de bitume : on en tira celui dont furent cimentés les murs de Babylone.

CLXXX. L’Euphrate traverse cette ville par le milieu, et la partage en deux quartiers. Ce fleuve est grand, profond et rapide ; il vient de l’Arménie, et se jette dans la mer Érythrée. L’une et l’autre muraille forme un coude sur le fleuve. A cet endroit commence un mur de briques cuites, dont sont bordés les deux côtés de l’Euphrate. Les maisons sont à trois et quatre étages. Les rues sont droites, et coupées par d’autres qui aboutissent au fleuve. En face de celles-ci on a pratiqué, dans le mur construit le long du fleuve, de petites portes pareillement d’airain, par où l’on descend sur ses bords. Il y en a autant que de rues de traverse.

CLXXXI. Le mur extérieur sert de défense. L’intérieur n’est pas moins fort, mais il est plus étroit. Le centre de chacun de ces deux quartiers de la ville est remarquable : l’un, par le palais du roi, dont l’enceinte est grande et bien fortifiée ; l’autre, par le lieu consacré à Jupiter Bélus, dont les portes sont d’airain, et qui subsiste encore actuellement. C’est un carré régulier en tout sens. On voit au milieu une tour massive qui a un stade tant en longueur qu’en largeur ; sur cette tour s’en élève une autre, et sur cette seconde encore une autre, et ainsi de suite : de sorte que l’on en compte jusqu’à huit. On a pratiqué en dehors des degrés qui vont en tournant, et par lesquels on monte à chaque tour. Au milieu de cet escalier on trouve une loge et des sièges, où se reposent ceux qui montent. Dans la dernière tour est une grande chapelle ; dans cette chapelle un grand lit bien garni, et près de ce lit une table d’or. On n’y voit point de statues. Personne n’y passe la nuit, à moins que ce ne soit une femme du pays, dont le dieu a fait choix, comme le disent les Chaldéens, qui sont les prêtres de ce dieu.

CLXXXII. Ces mêmes prêtres ajoutent que le dieu vient lui-même dans la chapelle, et qu’il se repose sur le lit. Cela ne me paraît pas croyable. La même chose arrive à Thèbes en Égypte, s’il faut en croire les Égyptiens ; car il y couche une femme dans le temple de Jupiter Thébéen, et l’on dit que ces deux femmes n’ont commerce avec aucun homme. La même chose s’observe aussi à Patares en Lycie, lorsque le dieu honore cette ville de sa présence. Alors on enferme la grande prêtresse la nuit dans le temple ; car il ne rend point en ce lieu d’oracles en tout temps.

CLXXXIII. Dans ce temple de Babylone il y a une autre chapelle en bas, où l’on voit une grande statue d’or qui représente Jupiter assis. Près de cette statue est une grande table d’or ; le trône et le marchepied sont du même métal. Le tout, au rapport des Chaldéens, vaut huit cents talents d’or. On voit hors de cette chapelle un autel d’or, et, outre cela, un autre autel très-grand, sur lequel on immole du bétail d’un âge fait ; car il n’est permis de sacrifier sur l’autel d’or que des animaux encore à la mamelle. Les Chaldéens brûlent aussi sur ce grand autel, tous les ans, à la fête de ce dieu, mille talents pesant d’encens. Il y avait encore en ce temps-là, dans l’enceinte sacrée, une statue d’or massif de douze coudées de haut. Je ne l’ai point vue, je me contente de rapporter ce qu’en disent les Chaldéens. Darius, fils d’Hystaspes, forma le projet de l’enlever ; mais il n’osa l’exécuter. Xerxès, fils de Darius, fit tuer le prêtre qui s’opposait à son entreprise, et s’en empara. Telles sont les richesses de ce temple. On y voit aussi beaucoup d’autres offrandes particulières.

CLXXXIV. Babylone a eu un grand nombre de rois, dont je ferai mention dans mon Histoire d’Assyrie. Ce sont eux qui ont environné cette ville de murailles, et qui l’ont embellie par les temples qu’ils y ont élevés. Parmi ces princes on compte deux reines. La première précéda l’autre de cinq générations; elle s’appelait Sémiramis. Elle fit faire ces digues remarquables qui retiennent l’Euphrate dans son lit et l’empêchent d’inonder les campagnes, comme il le faisait auparavant.

CLXXXV. La seconde reine, nommée Nitocris, était plus prudente que la première. Parmi plusieurs ouvrages dignes de mémoire dont je vais parler, elle fit celui-ci. Ayant remarqué que les Mèdes, devenus puissants, ne pouvaient rester en repos, qu‘ils s’étaient rendus maîtres de plusieurs villes, et entre autres de Ninive, elle se fortifia d’avance contre eux autant qu’elle le put. Premièrement elle fit creuser des canaux au-dessus de Babylone; par ce moyen, l’Euphrate, qui traverse la ville par le milieu, de droit qu’il était auparavant devint oblique et tortueux, au point qu’il passe trois fois par Ardéricca, bourgade d’Assyrie ; et encore maintenant ceux qui se transportent de cette merci à Babylone rencontrent, en descendant l’Euphrate, ce bourg trois fois en trois jours. Elle fit faire ensuite de chaque côté une levée digne d’admiration, tant pour sa largeur que pour sa hauteur. Bien loin au-dessus de Babylone, et à une petite distance du fleuve, elle fit creuser un lac destiné à recevoir les eaux du fleuve quand il vient à se déborder. Il avait quatre cent vingt stades de tour : quant à la profondeur, on le creusa jusqu’à ce qu’on trouvât l’eau. La terre qu’on en tira servit à relever les bords de la rivière. Ce lac achevé, on en revêtit les bords de pierres. Ces deux ouvrages, à savoir l’Euphrate rendu tortueux et le lac, avaient pour but de ralentir le cours de ce fleuve en brisant son impétuosité par un grand nombre de sinuosités, et d’obliger ceux qui se rendraient par eau à Babylone d’y aller en faisant plusieurs détours, et de les forcer, au sortir de ces détours, à entrer dans un lac immense. Elle fit faire ces travaux dans la partie de ses États la plus exposée aux irruptions des Mèdes, et du côté où ils ont moins de chemin à faire pour entrer sur ses terres, afin que, n’ayant point de commerce avec les Assyriens, ils ne pussent prendre aucune connaissance de ses affaires.

CLXXXVI. Ce fut ainsi que cette princesse fortifia son pays. Quand ces ouvrages furent achevés, voici ceux qu’elle y ajouta : Babylone est divisée en deux parties, et l’Euphrate la traverse par le milieu. Sous les rois précédents, quand on voulait aller d’un côté de la ville à l’autre, il fallait nécessairement passer le fleuve en bateau, ce qui était, à mon avis, fort incommode. Nitocris y pourvut ; le lac qu’elle creusa pour obvier aux débordements du fleuve lui permit d’ajouter à ce travail un autre ouvrage qui a éternisé sa mémoire. Elle fit tailler de grandes pierres ; et lorsqu’elles furent prêtes à être mises en oeuvre, et que le lac eut été creusé, elle détourna les eaux de l’Euphrate dans ce lac. Pendant qu’il se remplissait, l’ancien lit du fleuve demeura à sec. Ce fut alors quon en revêtit les bords de briques cuites en dedans de la ville, ainsi que les descentes qui conduisent des petites portes à la rivière ; et l’on s’y prit comme l’on avait fait pour construire le mur : on bâtit aussi au milieu de la ville un pont avec les pierres qu’on avait tirées des carrières, et on les lia ensemble avec du fer et du plomb. Pendant le jour on y passait sur des pièces de bois carrées qu’on retirait le soir, de crainte que les habitants n’allassent de l’un et de l’autre côté du fleuve, pour se voler réciproquement. Lorsqu’on eut fait passer dans le lac les eaux du fleuve, on travailla au pont. Le pont achevé, on fît rentrer l’Euphrate dans son ancien lit ; et ce fut alors que les Babyloniens s’aperçurent de l’utilité du lac, et qu’ils reconnurent la commodité du pont.

CLXXXVII. Voici la ruse qu’imagina aussi cette même reine : elle se fit ériger un tombeau sur la terrasse d’une des portes de la ville les plus fréquentées, avec l’inscription suivante, qu’on y grava par son ordre : « Si quelqu’un des rois qui me succéderont à Babylone vient à manquer d’argent, qu’il ouvre ce sépulcre, et qu’il en prenne autant qu’il voudra ; mais qu’il se garde bien de l’ouvrir par d’autres motifs, et s’il n’en a du moins un grand besoin : cette infraction lui serait funeste. » Ce tombeau demeura fermé jusqu’au règne de Darius ; mais ce prince, s’indignant de ne pas faire usage de cette porte, parce qu’il n’aurait pu y passer sans avoir un corps mort sur sa tête, et de ne point se servir de l’argent qui y était en dépôt, et qui semblait l’inviter à le prendre, le fit ouvrir; mais il n’y trouva que le corps de Nitocris, avec cette inscription : « Si tu n’avais pas été insatiable d’argent, et avide d’un gain honteux, tu n’aurais pas ouvert les tombeaux des morts»

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La ville de Babylone par Hérodote”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/02/2018, https://ane.hypotheses.org/241. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La ville de Babylone par Hérodote,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/02/2018, https://ane.hypotheses.org/241.

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.


Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.