Les animaux du Proche-Orient ancien, deuxième partie. Une signification complexe…

Par Laura Battini

L’iconographie mésopotamienne fournit un répertoire très riche sur les animaux, même si on ne peut pas prétendre d’une image donnée une grande précision zoologique. D’ailleurs, la taille des images des animaux est souvent réduite, comme le montrent par ex. les figurines en terre cuite (entre 5 cm et 10 cm). On peut même dire que, à l’exception des statues gardant les portes des temples et des palais, les animaux sont représentés en dimensions restreintes et souvent comme sujet « accessoire » à un thème majeur. Le cas le plus emblématique est celui des sceaux cylindres, hauts de 2 à 3 cm en moyenne. Sur ces objets, les animaux peuvent n’être haut que de 0,5 cm… Cela explique en partie pourquoi on n’arrive pas toujours à distinguer entre mâle et femelle et pourquoi les identifications des animaux ne sont pas toujours les mêmes d’un auteur à l’autre. Là où un chercheur voit un cheval, un autre voit un onagre. Ce qui pour certains est une « antilope » pour d’autres est un « capridé ». Et pour les oiseaux, les difficultés d’interprétation sont encore plus nombreuses. En effet, à part la taille réduite, les images dont nous disposons manquent de couleur, un des éléments déterminants pour l’identification, surtout des oiseaux (Porter et Aspinall 2004). En Egypte, en revanche, la couleur a permis une identification assez précise.1.

D’autre part, les images sont sélectives: elles ne veulent pas faire un catalogue de tous les animaux existants ou même consommés. Le chat apparaît moins d’une dizaine de fois, les lagomorphes (= lapins, lièvres) très rarement, la belette jamais. Et pourtant, toutes ces espèces sont attestées en archéozoologie. Les canards et les pigeons sont peu représentés, bien qu’ils soient mangés et qu’il soient présents dans les textes au moins depuis la fin du IIIe mill. Et le léopard, connu et représenté souvent au IIIe mill. disparaît au IIe et Ier mill. Pourtant, les artistes connaissaient et parfois représentaient même les différentes espèces de chaque genre d’animaux. Par exemple, on connaît dans les représentations au moins trois espèces de chiens : l’indigène (Canis familiaris Studer), le mastiff et le chien de berger, un type proche de l’actuel seluki iranien. La représentation des animaux est aussi liée à des éléments de mode qui varient selon les époques. Parfois, à une certaine époque, on voit apparaître un animal qui n’était pas montré jusqu’alors, soit qu’il n’était pas connu, soit qu’il avait pour la première fois le droit d’être « vu ». C’est ainsi le cas du coq apparu pour la première fois à la fin du IIe mill. ou du buffle d’eau apparu à l’époque akkadienne.

 

Sceau akkadien AO 22303, représentant des buffles d’eau

 

Dès lors ce n’est pas par incompétence mais par choix délibéré que les animaux ne sont pas tous représentés (Battini 2009). Les dimensions du support, son état de conservation (support fragmentaire et érodé), l’importance des conventions stylistiques et les buts de l’œuvre ont influencé le type de représentation. Car les images ont aussi une valeur symbolique, elles sont intimement connectées à la société qui les a produites, à une certaine vision de la vie, et à une époque donnée.2. Et elles renvoient à nous, public involontaire, des références culturelles évidentes pour les anciens, mais difficiles à saisir à présent.

En Mésopotamie les animaux ne sont pas aussi étrangers qu’aujourd’hui dans la vie de tous les jours: des animaux domestiqués, utilisés pour la nourriture, les travaux des champs ou les voyages, aux animaux errants dans la ville (lions, chiens, porcs), aux bestioles s’infiltrant dans les bâtiments (guêpes, serpents, locustes, fourmis), aux animaux sacrificiels, les anciens avaient un rapport plus fréquent et quotidien avec la faune. Il est alors très intéressant de remarquer que les cornes bovines deviennent le symbole de la divinité. D’autres animaux sont liés aux dieux, deviennent leur attribut, les portent sur leurs dos, sont même représentés à la place de la divinité dont ils deviennent le symbole. Ainsi à partir du Bronze Récent, le chien est représenté à la place de Gula, déesse de la médecine, le taureau à la place du dieu Adad, le bélier à la place de la déesse Shala, le scorpion à la place de la déesse Ishara, les différents oiseaux à la place des dieux Harba, Papsukkal, Shuqamuna, Shumalia… (Seidl 1989: 138-157). En outre, les animaux sont associés à la divinité dans leur physique même : c’est de leurs entrailles que les devins tirent les conclusions des demandes oraculaires. De plus, l’observation du comportement de certains animaux, comme les serpents et les oiseaux, suffit pour tirer des signes –bons ou mauvais- et pour agir en conséquence (cf. les Namburbû).3. Cette association explique la fonction apotropaïque des animaux, utilisés souvent pour éloigner le mal. Les squelettes de chiens et les figurines en terre cuite de chiens retrouvés sous le sol des maisons et même des palais avaient été mis là pour protéger les bâtiments. De même, les portes des temples et des palais- là où le mal peut passer- sont gardées par un couple de lions. Les inscriptions retrouvées sur les statues confirment la protection demandée aux animaux: « Qui arrête l’ennemi », «  Qui expulse le mal », « Qui mord son ennemi », « Pense pas, aboie ! », « Ses aboiements sont forts ». Sans oublier que des statuettes d’animaux ont pu être dédiées à la vie d’une personne (Charpin 2017: 22-25).

 

 

Cinq chiens inscrits découverts sous le Palais Nord de Ninive, BM 30001-30005

 

 

Sur tout support (ronde bosse, relief, incision, peinture), les plus représentés sont les animaux sauvages, comme le lion, le taureau sauvage, la gazelle, le bouquetin, le chevreuil, le faucon, l’aigle, la panthère, la hyène, le chacal, le renard… Les animaux souvent liés à une symbolique de fécondité (tortues, poissons, oiseaux, grenouilles) ont reçu une abondante représentation figurée. Mais il y a aussi des animaux moins « nobles » qui sont fréquents dans les maisons sans avoir été domestiqués, comme les rongeurs, les scorpions, les serpents, les araignées, les insectes… Les animaux exotiques, comme le singe, l’ours, l’éléphant, les cervidés ont toujours suscité de la fascination, palpable dans les récits écrits (Lion 1992, Limet 1998). Ici, ils sont transférés dans la sphère des héros, des dieux ou de rois. On comprend, alors pourquoi dans le texte connu sous le titre de la Malédiction d’Akkad, la splendeur de la ville à son apogée se manifeste aussi dans la présence de tous les animaux exotiques venus par les tributs des peuples conquis ou par les dons des cours alliées. Et on comprend aussi les vantardises de rois néo-assyriens qui ramènent en Assyrie les animaux exotiques des pays conquis. Ainsi, Assurnasirpal II relate l’assemblage de plusieurs espèces sauvages dans sa nouvelle capitale:

« J’ai reçu d’eux (=les rois de la côte) deux grandes guenons et deux petites guenons. Je les amenai dans mon pays d’Assur. J’en élevai des troupeaux en grand nombre à Khalhu et je les exposai à tous les gens de mon pays (…) J’ai capturé des tigres vivants, j’ai formé des troupeaux de taureaux sauvages, d’éléphants, autruches, singes, guenons, ânes sauvages, gazelles, cerfs, ourses, panthères, guépards, animaux des montagnes et de la steppe. Je les exposai à tous les gens de mon pays ».

Les animaux domestiques les plus représentés sont les bêtes à cornes (vaches, chèvres, moutons). Chiens et équidés sont parfois représentés mais d’une manière progressive, et ils connaissent un plus grand développement à partir du Bronze récent. Les autres animaux domestiques font de rares apparitions. Les oies attestées principalement entre la fin du IIIe mill et le début du IIe mill. deviennent ensuite beaucoup plus sporadiques. Canards et coqs sont très rares, pigeons et cochons aussi, même s’ils étaient mangés depuis probablement longtemps avant leur apparition figurée, car l’élevage des pigeons et des cochons est très facile.

Mais seulement trois animaux sont représentés en compagnie de l’homme: équidés, chiens et bovins. Le plus souvent, c’est leur valeur utilitaire qui est soulignée: l’homme en a besoin pour les travaux des champs, pour la guerre, pour la chasse, pour se déplacer, pour manger. La vache pour le lait, le bœuf pour le trait, le transport et la viande, les équidés pour le trait, le transport, la guerre, les chiens pour la chasse et la garde. Mais cela ne pourrait-il pas aussi être l’indice d’un rapport plus étroit, voir amicale entre homme et animal ? (à suivre…)

 

Bibliographie

Bailleul-le Suer, L. (éd), 2012. Between Heaven and Earth. Birds in Ancient Egypt, OIMP 35. Chicago: University Press.

Battini, L. 2009. La conception des animaux domestiques et des animaux de compagnie dans la Mésopotamie d’époque historique. Res antiquae VI, Actes du colloque du 16 mai 2008 à l’Institut Catholique de Paris: 169-196. Bruxelles: Éditions Safran.

Charpin, D. 2017. La vie méconnue des temples mésopotamiens. Paris: Les Belles Lettres.

Lion, B. 1992. La circulation des animaux exotiques au Proche-Orient ancien. In D. Charpin et F. Joannès (éds.), La circulation des biens, des personnes et des idées dans le Proche-Orient ancien, CRAI 38: 357-366. Paris: ERC.

Limet, H. 1998. Animaux et politique au Proche-Orient ancien.liège. In L. Bodson (éd.), Les animaux exotiques dans les relations internationales : espèces, fonctions, significations, CHCZ 9: 33-51. Liège: Presses de l’Université.

Porter, R. F. et Aspinall, S. 2004. Birds of the Ancient Middle East, Princeton University Press.

Ryan, K. et Crabtree, P.J. (éds). 1995. The Symbolic Role of Animals in Archaeology, MASCA 12. Philadelphia: University of Pennsylvania Press.

Seidl, U. 1989. Die babylonischen Kudurru-reliefs: Symbole mesopotamischer Gottheiten. Freiburg/Göttingen: Vanderhoeck & Ruprecht.

 

Laura Battini est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne, elle travaille dans l’UMR 7192 – PROCLAC, Paris.

 

  1. Voir en dernier Bailleul-le Suer 2012, richement illustré []
  2. La valeur symbolique des images d’animaux n’a commencé que tardivement à être un sujet de recherche : cf. Ryan et Crabtree 1995 []
  3. Namburbû est le titre d’un recueil de rituels et d’incantations magiques pour prévenir le mal. Connu probablement dès le IIe mill., dans la bibliothèque d’Assurbanipal il y en avait plus de 135 tablettes, mais la majeure partie est perdue []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *