Babylone dans la BD

La Mésopotamie n’est pas un sujet très traité dans la BD. Même dans celles encyclopédiques et didactiques, encore aujourd’hui on remarque une absence inquiétante. Par exemple, dans les BD concernant l’histoire on peut passer de la préhistoire à l’Égypte ou à la Grèce en sautant complètement la Mésopotamie. Et quand on en parle  c’est toujours de manière très sommaire et partiale. Ainsi, en suivant les cours d’école ou l’actualité culturelle (exposition, colloque, sortie de livres) ou politique, on va citer la ville d’Ur ou de Babylone, ou l’histoire des Hébreux, mais on sautera la majeure partie des inventions qui produites en Mésopotamie ont forgé notre propre vie, autant en Orient qu’en Occident (agriculture, domestication des animaux, ville, systèmes politiques, religions, écriture, art, pensée “philosophique”…). Certes, mieux vaut en parler que pas du tout (même des grandes maisons d’édition comme Gallimard peuvent faire l’impasse sur le sujet : voir la collection “Les yeux de la découverte”). Mais comment se fait-il que la connaissance du Proche Orient soit encore si restreinte ? Et si les enfants des années 2010-2018 ne sont pas encore sollicités à s’intéresser à la Mésopotamie, ils ne le seront pas adultes, ce qui va retarder ce que le spécialiste de la discipline pense déjà acquis… L’écart des connaissances est nuisible et c’est avec regret que tout spécialiste le voit s’accroître.

Quand la BD s’intéresse à la Mésopotamie, c’est le plus souvent la ville de Babylone qui figure au premier plan. Mais comment elle est présentée ? Car depuis l’antiquité et surtout à cause du récit biblique il y a deux manières de voir la ville, une positive et une négative. Dans cette dernière Babylone est la ville pécheresse, chaotique et perverse ,siège de tous les vices, de toutes les violences, des tous les escroqueries, des tous les maux. Selon une vision plus historique, la ville est en revanche le siège de la sagesse, du savoir, des arts, de la différentiation des langues ; ainsi, elle peut même représenter la ville idéale, le modèle de ville en absolu (et d’ailleurs les mouvements modernes de re-fondation qui repensent l’espace urbain se refèrent – au moins au niveau idéologique – à Babylone).

Dans les BD pour adultes et adolescents, c’est l’image négative qui prévaut : de Seriff of Babylon à West n. 1 (la chute de Babylone), de Zezelj à Blackface Babylone – pour n’en citer que quelques unes – quand on veut présenter une ville comme source de tous les maux, corrompue et corruptrice c’est à Babylone que l’on se réfère, qu’il s’agisse de New York, de Tokyo, de Beyrouth…  Mais dans quelques rares BD on souligne l’aspect positif de la ville, soit en situant l’histoire dans la ville du VIe s. av. J-C (Les sept merveilles : les jardins de Babylone), soit en la considérant comme modèle de tolérance (Dispersés dans Babylone), ce qui est aussi faux que la présenter comme ville pécheresse.

Dans les BD pour enfants c’est la ville historique qui est prise comme fond de scène, et donc il y a paradoxalement moins de fautes que dans les BD pour adultes. L’une des plus anciennes à situer l’action à Babylone est Mickey, un vieux épisode des années 1970. Malgré le fait que l’on mélange des éléments Mésopotamiens de différentes époques ou de différentes régions (perses, babyloniens et assyriens) et malgré la présence d’éléments égyptisants, l’auteur s’est un peu renseigné sur la ville et en présente quelques traits réels. De même, Jacques Martin (Alix, La tiare d’Oribal, 1958), montre une certaine connaissance de la Mésopotamie, ce qui signifie une documentation préalable, plus approfondie que celles des studios Disney. Certes la confusion entre éléments perses, babyloniens et assyriens se maintient ; et cela implique probablement une inspiration, outre que livresque, par fréquentation des musées. Il est singulier de constater combien les mythiques jardins suspendus de Babylone ont frappé l’imagination, même si aucun archéologue n’est jamais parvenu à les identifier, et si, probablement, ils n’étaient même pas à Babylone mais à Ninive. C’est Hérodote qui s’est trompé en mélangeant Assyrie et Babylonie, le Nord et le Sud de l’Irak actuel, deux régions aux traits culturels très différents. Mais elles le sont pour les spécialistes, pas encore pour la plupart des gens. Il y a donc encore du chemin à faire pour que dans le futur (proche !) les Mickey, les Alix et les BD encyclopédiques ne confondent pas tout et soient plus au courant de la riche civilisation Mésopotamienne.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Babylone dans la BD”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2340. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Babylone dans la BD,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2340.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.