Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne

En Mésopotamie l’architecture est toujours en terre : briques crues, briques cuites ou pisé, avec un soubassement ou des fondations en pierre- mais seulement dans le Nord de la Mésopotamie, la région que l’on appelle Assyrie-. La conservation des restes des activités humaines est donc limitée : les bâtiments nous arrivent endommagés, tronqués, mutilés… De là le travail de l’archéologue est une minutieuse recherche de la forme originaire des structures trouvées, de leur changement dans le temps, pour suivre la “vie” de ces bâtiments. Ainsi, on peut proposer des restitutions, toutes ne sont pas pareilles, mais chacune essaie de s’approcher de la réalité ancienne. Certains archéologues évitent les restitutions, par peur de se tromper, ou plus rarement par manque d’intérêt ou de temps, malgré l’existence depuis quelques années de l’informatique qui permet de simuler de manière très parlante plusieurs restitutions. Car avec cette nouvelle méthode, on redonne une troisième dimension à l’architecture, une dimension qui selon les plus fameux spécialistes est l’essence même de cette discipline, le volume. Nous bougeons dans un espace tripartite, non dans un plan bipartite.

Alors, quand les archéologues publient le plan d’un édifice, ils n’ont pas donné la troisième dimension: il leur reviendrait de compléter la publication par une analyse des volumes, ce qui permettrait de mieux comprendre le bâtiment. Si le dessin donne déjà une indication sur comment l’édifice se présentait, les restitutions par ordinateur offrent une vision plus claire et permettent des points de vue multiples (d’en haut, d’en bas, de front, de derrière, et de côtés). En plus, elles utilisent les couleurs, et cela rend encore plus attrayante la restitution. Enfin, l’ordinateur présente différentes restitutions, et chacun peut se faire une idée personnelle de quelle est la meilleure.

Mais le rôle de l’archéologue ne se limite pas à cela. Une fois dégagées, les constructions anciennes doivent être entretenues, car l’exposition à l’air et la salinité du sol les fragilise : en peu d’années les murs se transforment en petits tas de terre évasés à la base et étroits en haut, des fissures apparaissent sur toute leur hauteur provoquant des cassures  voire des écroulements irrémédiables … Le spectacle n’est pas beau à voir, mais surtout c’est la perte des vestiges humains qui fait le plus mal au cœur : c’est comme si l’archéologue qui devrait conserver le passé participe à le détruire. Ainsi, depuis une trentaine d’années, une partie des archéologues qui se sentent concernés par le problème  ont tenté des solutions différentes, sans pour autant arriver à une méthode vraiment efficace. On arrive à retarder les effets mais pas à guérir la plaie. Sans dire que les situations politiques contingentes (guerres, manque d’argent, changement de direction des antiquités, etc) peuvent réduire à néant les efforts des archéologues. C’est ce qui malheureusement s’est passé en Syrie, où par exemple Ebla et Mari, deux sites clé de la recherche pour la préservation de l’architecture en terre sont désormais terriblement détruits.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 10/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2295. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Une affaire de terre : l’architecture mésopotamienne,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 10/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2295.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.