Du présage à l’horoscope : précis d’astrologie mésopotamienne

En Mésopotamie l’astrologie faisait partie de la divination et concernait seulement le roi et l’état. On pensait probablement que les mouvements des astres sur la voûte céleste, visibles des hommes, devaient annoncer des décisions divines affectant des communautés entières. Donc l’astrologie est liée à l’astronomie et l’intérêt pour ces deux disciplines était déjà important chez les Sumériens. Beaucoup d’étoiles et de constellations, en effet, ont des noms sumériens.

Les premiers textes proprement astrologiques datent du début du IIe mill (période paléo-babylonienne) et sont probablement l’oeuvre d’haruspices (bârû) pas encore d’astrologues. Une bonne partie concerne les éclipses lunaires et les présages qu’on pouvait en tirer. Mais on retrouve aussi divers phénomènes lunaires, solaires et météorologiques.
C’est vers le milieu du II mill BCE que le traité qui servit de base à l’astrologie mésopotamienne commença à être compilé, l’Enûma Anu Enlil. Et il eût tellement de succès qu’on le retouve partout, de Hattusha (Turquie actuelle), la capital des Hittites, à Suse (Iran), ainsi qu’à Nuzi, Emâr, Qatnâ, et Alalah. Cette rapide diffusion a signifié aussi une uniformisation des pratiques divinatoires dans tout le Proche-Orient, mais on ne sait pas si la diffusion s’est opérée à partir d’un centre, ou si plusieurs traditions se sont amalgamées. On en attribuait la paternité au dieu Ea ou au sage Adapa, ou bien au lettré Esagil-kîn-apla, qui vécut sous le règne du roi Adad-apla­ iddina (1069-1048).
Sous sa forme standardisée, l’ouvrage comprenait au moins 70 tablettes. Après un prologue expliquant que les dieux avaient créé les astres pour régler le cours du temps et permettre les observations astrologiques des hommes, on trouve une liste d’environ 7 000 présages, répartis en quatre grandes sections:
présages relatifs à la lune (23 tablettes);
présages relatifs au soleil (17 tablettes);
présages relatifs à Adad (c’est-à-dire traitant des phénomènes atmosphériques et des meteors, 12 tablettes);
présages relatifs à Istar (c’est-à-dire traitant de la planète Vénus, 20 tablettes).

L’importance de ce traité est illustrée par le titre qui désigne les astrologues au Ier millénaire: celui de tupshar Enûma Anu Enlil, «scribe (expert dans la série) Enûma Anu Enlil». Et elle est illustrée aussi par toute une riche littérature secondaire qui s’est formée autour de l’ouvrage à l’usage des astrologues. Il y avait des commentaires “de la bouche d’un maître” (Sa pî ummâni, >,, provenant de l’enseignement des lettrés les plus renommés), mais aussi des collections d’extraits (comme le Rikis girri Enûma Am, Enlil, «guide de l’ Enûma Anu Enlil») qui facilitaient la consultation rapide des présages les plus importants. Enfin, la grande renommée de l’ouvrage se traduit aussi par l’utilisation de présages astrologiques pour d’autres textes, comme Summa âlu, collection de présages liés à la vie quotidienne.

A l’époque néo-assyrienne (Ier mill. BCE), les astrologues étaient très nombreux à travailler à la cour du roi et leur pouvoir était considérable. Car malgré une certaine surveillance qu’ils exerçaient
les uns sur les autres et malgré le respect des règles de leur discipline, ils pouvaient influencer les décisions politiques du roi. En plus, quelques-uns de   ces   astrologues   occupaient des charges prestigieuses, comme celle d’ummanu (voir article de janvier de P. Villard sur ce blog).

Une avancée décisive pour l’astrologie se vérifia à l’époque achéménide, comme la définition des douze signes du zodiaque, qui apparaissent pour la première fois dans une tablette datée de 419
av. J.-C. Mais d’une manière plus générale, les progrès de l’astronomie affectèrent profondément les bases de la divination. Quand l’homme pût prévoir à l’avance les mouvements des plantes, il ne pu l’attribuer à une volonté divine. C’est alors qu’il commençait à leur donner une valeur et une signification en elles-mêmes et à penser qu’ elles pouvaient exercer une influence sur les individus, tout particulièrement au moment de leur naissance. C’est le début de l’astrologie horoscopique, dont les premières attestations en Babylonie remontent à 410 av. J.-C. Ces horoscopes babyloniens déterminent le destin futur d’un enfant à partir de la position de sept corps célestes fondamentaux. Avec eux, apparaît un type d’astrologie tourné vers l’individu, ce qui constitue une rupture fondamentale avec la discipline traditionnelle. Et des millénaires plus tard cette branche de l’astrologie mésopotamienne est encore bien florissante!

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Du présage à l’horoscope : précis d’astrologie mésopotamienne”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 03/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2229. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Du présage à l’horoscope : précis d’astrologie mésopotamienne,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 03/08/2018, https://ane.hypotheses.org/2229.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.