Le nez en archéologie : une histoire de parfums

« Celui qui maîtrise les odeurs,
maîtrise le coeur des hommes »
(Patrick Süskind, Le Parfum)

Depuis ses débuts l’archéologie a utilisé essentiellement deux sens: la vue et le toucher. Depuis une trentaine d’années, grâce au développement des investigations et à l’interconnexion avec d’autres disciplines dans une tendance de plus en plus marquée vers la pluridisciplinarité, elle a retrouvé les 3 autres sens: l’ouïe, le goût et l’odorat. Bien que de manière partielle (on ne peut pas tout reconstituer et vraisemblablement on ne le pourra jamais), ces nouvelles approches enrichissent notre compréhension des sociétés anciennes. Comme on va le voir avec cette petite introduction aux parfums.

La bonne odeur des végétaux aromatiques a intéressé rapidement les Mésopotamiens et les peuples vivant sur la côte méditerranéenne. Brûler des branches, des gommes ou des résines, des compositions aromatiques était la plus simple des méthodes pour disposer d’odeurs agréables. Mais à part plusieurs types de genévriers, la Mésopotamie ne dispose pas d’arbres: il a donc fallu les faire venir des contrées méditerranéennes. Les flux commerciaux s’approvisionnaient en Syrie et au Levant et acheminaient les bois bruts en Haute et Basse Mésopotamie en passant par le Moyen Euphrate. Mais ils sont chers, ainsi au moins en Mésopotamie ce sont les élites qui en ont surtout profité, les moins riches les utilisant essentiellement pour des fêtes ou des cérémonies familiales.

Gomme-résine utilisée pour faire l’encens (©Société Albert Vieille)

Gomme-résine utilisée pour faire l’encens (©Société Albert Vieille)

Les Mésopotamiens brûlaient des aromates pour les dieux, des sortes de fumigations, pour flatter le nez autant que pour purifier l’air des sanctuaires. L’encens qui est encore aujourd’hui utilisé dans les églises chrétiennes, était probablement déjà utilisé en Mésopotamie, même si aucune mention sûre n’a  encore été
trouvée.
La Bible en revanche en parle plus d’une vingtaine de fois et c’est notamment l’un des cadeaux offerts par les rois mages: « Ils entrèrent dans la maison, trouvèrent l’enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils l’adorèrent; puis, ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent des présents: de l’or, de l’encens et de la myrrhe » (Matthieu 2, 11).  Appelé également oliban, c’est une gomme-résine exsudant de l’écorce des arbres Boswellia qui poussent dans les pays bordant la mer Rouge et le golfe d’Aden. On trouve souvent dans les temples des brûle-parfums dans lesquels les brandilles de bois odorant devaient être brûlées. Mais les odeurs aromatiques étaient diffusées aussi dans les palais pendant les repas officiels par exemple, ou pendant certaines fêtes et cérémonies. Encore au Ier mill. quand le grand Assurbanipal se fait représenter banquetant avec sa femme dans le jardin royal dans lequel pend la tête du dernier ennemi vaincu, Teumman (dit aussi ‘Banquet sous la treille’), ses artistes n’oublient pas de montrer deux brûle-parfums.

Le parfum n’était pas seulement utilisé pour des fumigations: il rentrait même dans la construction des temples et des palais (construits en bois odoriférants). Les inscriptions néo-assyriennes (=Ier mill. av. J.-C.) insistent sur les bois odorants dont sont construits les palais.

Vase en chlorite, IIIe millénaire avant J.-C. (©Tarut, musée national de Ryiad).

Vase en chlorite, IIIe millénaire avant J.-C. (©Tarut, musée national de Ryiad).

Une autre utilisation du parfum était –comme aujourd’hui- liée à la toilette personnelle des hommes et des statues divines sous forme de baumes et d’onguents, conservés dans des petits pots souvent en albâtre et en chlorite mais aussi en céramique. Il s’agit d’un conteneur et d’un contenu précieux, destinés le plus souvent aux élites, même si en Syrie et au Levant l’utilisation de parfums fut probablement plus démocratique qu’en Mésopotamie où pierres précieuses et produits de fabrication des parfums devaient être importés et coûtaient chers.
Déjà au IIIe mill. les Mésopotamiens avaient en effet découvert une fabrication à froid des parfums. Il s’agit d’une macération des
aromates dans un liquide, au début ce fut le lait, ou des substances grasses et même la bière. Et vers la fin du IIIe mill. ce fut l’huile- huile de sésame pour la Mésopotamie, huile d’olive pour le Levant et la Syrie-, ce qui a permis la préparation d’onguents et huiles parfumés.
On ne sait pas encore si c’est dans le temple ou dans le palais que le parfum a vu sa naissance, mais grâce aux archives des palais et des temples on sait qu’il était fabriqué dans les deux institutions. La documentation de Mari, capitale entre Syrie et Mésopotamie, fouillée par une mission française depuis 1933 est à ce propos très éloquente. Plusieurs types de bois différents étaient utilisés: cèdre, cyprès, myrte, acore, buis, genévrier, opopanax, caroubier, styrax, galbanum, menthe, euphorbe… Il y avait deux procédures: macération à froid dans l’huile et préparation à chaud. La première a l’avantage de ne pas avoir besoin de chauffe, mais aussi l’inconvénient d’être très longe, selon les aromates utilisés. La deuxième donne des résultats plus rapides mais nécessite de connaissances techniques concernant les aromates et la cuisson et ne peut se faire que dans un lieu ayant des foyers. C’est ainsi qu’à Mari le parfum fut produit dans les cuisines du palais et fut donc appelé « huile des marmites ». La macération à froid consiste à tremper dans l’huile des végétaux aromatiques réduits en morceaux ou en poudre pendant un temps assez long et à purifier cette huile parfumée par filtrage. La préparation à chaud consiste à cuire les aromates d’abord dans l’eau, à les faire refroidir et décanter quatre ou cinq jours en moyenne1, et à les filtrer puis à cuire ce produit avec de l’huile plusieurs fois de manière à charger de parfum l’huile progressivement jusqu’à saturation complète. Dans les recettes de parfums de l’époque médio-assyrienne (1500-1200 av. J.-C.), véritable traité de préparation de parfums, les opérations de cuisson, décantation et filtrage sont répétées jusqu’à 20 fois pour obtenir un produit de bonne qualité. Donc au bronze récent (1500-1200 av. J-C.) la méthode à chaud s’est très développée par rapport au bronze moyen (2000-1600 av. J.-C.) quand il fallait une dizaine ou quinzaine de jours (cf. Mari) pour finir un parfum. De même, les substances sont de plus en plus variées dont certaines encore d’identification difficile comme le peradduhhum ou le kanaktum. La valeur des parfums n’était pas la même: les archives montrent des très grandes variations de prix en fonction de l’irrégularité des approvisionnements et de la provenance (importée ou pas) du produit. Il y avait en outre la « grande huile » qui coûtait 15 à 20 fois plus que les autres et qui était destinée au roi et aux dieux. On peut imaginer combien le roi Nabonide a dû payer pour avoir versé cette huile si précieuse sur les portes et les verrous des temples qu’il avait restaurés afin de leur donner une odeur encore plus exquise!

Banquet sous la treille (©Londres, British Museum)

Banquet sous la treille (©Londres, British Museum)

Le développement des connaissances des aromates2 et de la fabrication des parfums continua au Ier mill. av. J.-C. On n’utilisait plus seulement les végétaux en brandilles ou poudre, mais aussi des gommes, des résines, des racines et des fruits et cela signifie aussi une méthode plus complexe, confirmée par les sources écrites. A la fin de l’histoire mésopotamienne (époque néo-
babylonienne), les parfums étaient stockés et fabriqués dans le bīt hili, un bâtiment particulier à l’intérieur des sanctuaires les plus grands. Les archives de cette époque montrent que le parfum ne servait pas seulement pour la toilette mais aussi pour parfumer les boissons et pour les soins pharmaceutiques. Un corps qui ‘sent bon’ et brille grâce à l’onction d’huile parfumée était considéré par les Mésopotamiens comme un signe de bonne santé. Ainsi avant de s’habiller pour la fête, les gens prenaient un bain et ensuite se massaient à l’huile parfumée pour sentir bon et sembler beaux (=brillants) comme les dieux. Sans arriver aux exagérations de la pauvre Esther qui a dû subir une “cure de beauté” de 12 mois (6 mois de bains parfumés et 6 mois de fumigations odorantes) avant de pouvoir être présentée au roi perse!

Le roi, en revanche, peut utiliser l’huile pour des raisons politiques, comme par ex. pour affirmer encore plus son pouvoir. Ainsi, il va se faire masser à l’huile parfumée tout particulièrement lors des cérémonies importantes, comme son intronisation. C’est une manière subtile de faire « sentir » sa présence, comme les dieux, avant de se montrer: l’émanation parfumée devient une allusion à la santé, mais aussi au caractère ‘divin’ du souverain.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Le nez en archéologie : une histoire de parfums”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 28/07/2018, https://ane.hypotheses.org/2139. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Le nez en archéologie : une histoire de parfums,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 28/07/2018, https://ane.hypotheses.org/2139.
  1. mais pour les recettes les plus compliquées la décantation pouvait durer jusqu’à 3 mois []
  2. grâce à l’ouverture de nouvelles routes commerciales, comme celle vers l’Arabie []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.