La paléo-pathologie

Vertèbre thoracique avec des petits orifices, probable signe de tuberculose (P. Tavares 2004: fig.9)
Vertèbre thoracique avec des petits orifices, probable signe de tuberculose (P. Tavares 2004: fig.9)

La paléo-pathologie (du grec παλαιός (= palaios) “vieux, ancien”, πάθος (= pathos) “souffrance” et λόγος (= logos) “discours, science”) est une branche de la médecine qui à la confluence d’intérêts pathologiques, anthropologiques, historiques et archéologiques s’occupe de détecter les maladies anciennes sur la base des restes osseux (notamment leur variations), des restes organiques (tissus), de l’ADN et accessoirement des représentations iconographiques. Si l’archéologue, tout comme l’historien, voit dans la paléo-pathologie un moyen de mieux comprendre les conditions de vie des hommes du passé, le médecin arrive à connaître mieux les maladies en étudiant leur histoire naturelle.

La première communication paléo-pathologiste est considérée celle en 1774 du naturaliste allemand J. F. Esper (1742-1810). Pourtant, le terme paléo-pathologie a été inventé en 1892 par R. W. Shuffeldt dans un article de vulgarisation scientifique, bien que pendant longtemps on a à tort attribué la paternité de ce terme à M.-A. Ruffer. Aujourd’hui la paléo-pathologie est peu enseignée dans les universités. En France une exception est l’École Pratique des Hautes Études en sciences historiques qui depuis les années 80 a offert des chaires d’enseignement à plusieurs chercheurs.

Aujourd’hui la paléo-pathologie est composée de 4 branches : la paléo-pathologie organique, l’ostéo-archéologique, la paléo-génétique et l’icono-diagnostic.

La paléo-pathologie organique étudie les momies mais bien qu’ils en
existent des naturelles et des artificielles, elles ne sont pas très fréquentes. Technique à la pointe depuis la 2e moitié du XXe siècle, elle exploite toutes les nouvelles techniques, comme par ex. les rayons X qui permettent des études non invasives des corps momifiés.

L’ostéo-archéologie étudie seulement les ossements. Si elle ne dispose pas encore de moyens d’investigation aussi à la pointe comme la paléo-pathologie organique, elle donne un état précis de la situation sanitaire d’entiers groupes humains puisque elle travaille très souvent sur les os trouvés dans les cimetières.

Image reprise de l'article de D. Hadjouis 2009: fig.2
Image reprise de l’article de D. Hadjouis 20091: fig.2

L’icono-diagnostic est une méthode qui déduit les maladies des images, donc elle mieux considérée par les archéologues que par les médecins qui lui reprochent un manque de réalité morpho-pathologique.

La paléo-génétique est la dernière née des branches paléo-pathologique et la plus ‘moderne’. Née dans les années 80, elle utilise l’ADN comme moyen de remonter aux maladies et à la situation sanitaire des hommes du passé. Certains médecins pourtant émettent encore des réserves quant à sa fiabilité, puisque trop jeune et sans stabilisation des résultats.

(Ch. Kramar 2007: fig. 4)
(Ch. Kramar 2007: fig. 4)

Aujourd’hui, les os nous donnent le plus de renseignements: ils permettent de détecter la pathologique traumatique (fractures –par combat, par ostéoporose, par maladies variées, de l’enfance-, combats, blessures par arme), et avec elle la manière de sa guérison qui la dit long sur la solidarité sociale/familiale, sur les
attitudes sociétales par rapport aux maladies et aux traumatismes. Si les fractures sont les formes les plus visibles d’un problème médical, les transformations de l’os (comme l’hyper-calcification ou la décalcification) sont un signe d’un problème qui peut ne pas affecter trop la vie de la personne ou bien –comme dans les inflammations, arthroses, arthrites et dans tous les brusques changements d’état- être très douloureux, même handicapant et dégénératif. Les os présentent aussi des malformations mais plus rarement en raison de la fragilité de ce type d’os qui sont donc de conservation très difficile, notamment s’il s’agit d’enfants. Le plus souvent les malformations sont dues à des maladies génétiques qui aboutissent à une mort prématurée. C’est pourquoi leur étude est encore assez marginale.

Les informations paléo-pathologiques sont un instrument très
important pour comprendre la vie ‘réelle’ des hommes du passé: souffraient-ils de caries, d’arthrose, d’inflammation comme nous? D’autres questions restent encore sans réponse aujourd’hui: souffraient-ils de migraines, de dysménorrhée (=règles douloureuses), de burn-out? Mais à travers l’état médical on s’approche un peu plus au vrai ressentir des hommes qui nous ont précédé. Et de l’état physique dépend très fortement l’état psychologique et mental de l’homme, sa vision de la vie et du monde, ses rapports avec les autres. Connaître les maladies anciennes, nous permet ainsi de nous interroger sur la vie, la souffrance, la douleur et la durabilité des affections…

 

Pour aller plus loin:
Hadjouis, D. 2009. Les maladies alvéolo-dentaires chez les populations médiévales du Val-de-Marne. Actes de la Société française d’histoire de l’art dentaire 2009, 14: 38-42.
Kramar, Ch.   2007. La paléopathologie, pour mieux connaître la vie des Anciens. Disponible en pdf à l’adresse: https://www.aventicum.org/images/public/publications/documents/Aventicum_11_paleopathologie.pdf
Tavares, P. 2004. Note sur l’Étude paléopathologique des individus inhumés dans l’ancien monastère des prêtres Lóios de Arraiolos (Portugal). Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [Online], 16 (3-4) | 2004, Online, URL : http://journals.openedition.org/bmsap/4403

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La paléo-pathologie”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 07/07/2018, https://ane.hypotheses.org/1420. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La paléo-pathologie,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 07/07/2018, https://ane.hypotheses.org/1420.
  1. Les maladies alvéolo-dentaires chez les populations médiévales du Val-de-Marne Actes. Société française d’histoire de l’art dentaire, 2009, 14: 38-42 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


2 réflexions sur « La paléo-pathologie »

  1. Bonjour,
    C’est bien d’illustrer votre site à l’aide d’images empruntées, mais la moindre des courtoisies est de citer l’auteur (cf. dent) et lui demander au préalable l’autorisation.

    Bien cordialement

    1. Cher Monsieur,
      vous avez raison, je m’excuse, je vais corriger l’article.
      Merci de l’attention que vous portez au blog.
      Cordialement, Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.