L’Ezida de Kalḫu (Nimrud) au VIIe siècle*

* Cet article sort posthume, comme d’autres qui vont suivre.
Pierre Villard avait préparé une série de
textes pour ce blog sans avoir eu le temps
de les achever. Chargée de finir ses travaux
, je commence par cet article sur l’Ezida de Nimrud.

 

 

La ville de Kalḫu avait été choisie comme capitale impériale aux IXe et VIIIe siècles av. J.-C, usurpant la place d’Assur, la capitale millénaire de l’Assyrie (=Mésopotamie du Nord). Qu’est-elle devenue une fois la capitale déplacée d’abord à Dur-Šarrukin puis à Ninive ?1. Tout comme Assur, qui abritait le temple d’Assur, le dieu national, Kalḫu a continué à jouer un rôle important grâce à ses temples. Kalḫu abritait trois sanctuaires majeurs: l’Ezida2, le temple de Nabû3, celui de la Dame de Kidmuri4 et celui de Ninurta5.

Figure 1. Restitution axonométrique de l'Ezida (d'après D et J. Oates 2001 : fig. 73)

Figure 1. Restitution axonométrique de l’Ezida (d’après D et J. Oates 2001 : fig. 73)

L’Ezida, objet des nombreuses campagnes de fouilles, est un grand temple de 5600 m2 (Figure 1) comprenant deux parties, l’une plus politique et l’autre plus religieuse. La première partie est centrée sur une salle du trône et comprend deux chapelles, l’une pour Nabu et l’autre pour sa parèdre Tašmētu, une salle d’archives  et d’autres annexes. La deuxième partie est centrée sur les deux cellas de Nabu et de Tašmētu, et une bibliothèque qui se trouve juste en face de la cella du dieu. Le temple fut rénové à plusieurs reprises, entre les règnes d’Aššurnaṣirpal II (883-859 av. J.-C.) et Aššur-etel-ilāni (627-621 av. J.-C.). Les travaux d’Adad-nērārī III (810-783 av. J.-C.) lui ont donné l’aspect général qu’il présentait encore lors du sac de la ville par les Mèdes. Dans les années 1970 et 1980, les archéologues irakiens ont mené une importante campagne de fouilles et de restaurations à Nimrud, au cours de laquelle ils ont reconstruit l’Ezida, dont les murs avaient été conservés sur une grande hauteur lors des premières fouilles. Ils concentrèrent leurs efforts sur l’entrée monumentale, protégée par deux hommes-poissons et rebaptisée pour cette raison ‘Fish Gate’, et la cella de Nabu. En juin 2016, le site de Nimrud a été la cible d’attaques islamistes et l’Ezida a subi plusieurs dégâts, bien que moins importants que ce que l’on aurait pu craindre. Les attaques ont concerné essentiellement les restaurations irakiennes des années 1970-1980 (Figure 2).

Figure 2. Vue satellites du 3 juin 2016 (à droite) et du 12 février 2016 (gauche). D'après Le quotidien de l'art N°1089 (https://www.lequotidiendelart.com/articles/9304-le-temple-nabu-de-nimrud-detruit.html)

Figure 2. Vue satellites du 3 juin 2016 (à droite) et du 12 février 2016 (gauche). D’après Le quotidien de l’art N°1089 (https://www.lequotidiendelart.com/articles/9304-le-temple-nabu-de-nimrud-detruit.html)

Comme tous les grands sanctuaires de Nabû, celui de Kalḫu abritait un girginakku, une « bibliothèque », dont les restes ont été retrouvés dans une pièce ouverte sur la cour intérieure (Figure 1). Ce qui reste des œuvres conservées dans ce lieu est tout à fait cohérent avec la structure générale des bibliothèques de cette époque. Les textes strictement littéraires n’occupent qu’un espace limité (mais il y a les grands classiques, comme Gilgameš, le Ludlul bēl nemēqi, ou l’Enūma eliš), l’essentiel étant constitué par des compositions destinées à l’apprentissage des scribes (comme les listes lexicales) et par les traités de références utilisés par les diverses disciplines de lettrés (médecine, haruspicine, astrologie…). L’astrologie est la discipline la mieux représentée: elle ne correspond pas à notre astrologie, mais veut être l’interprétation des signes célestes envoyés spontanément par les dieux. La bibliothèque contenait en effet de nombreuses tablettes des séries Enūma Anu Enlil et Mul Apin, ainsi que des commentaires (mukallimtu), des extraits de Šumma ālu (présages de la vie quotidienne) et Šumma izbu (présages tératologiques) et des hémérologies. Si la bibliothèque n’a pas été toute déménagée  lorsque la capitale fut transférée ailleurs, cela signifie que le temple était encore en fonction. Qui étaient ses utilisateurs? Une partie appartenait au clergé de Nabu, une autre était formée des apprentis (šamallû), chargés des offrandes dans le temple lors des cérémonies de la hiérogamie de Nabû; d’autres, enfin, étaient des lettrés connus dans d’autres textes et appartenant à des grandes familles de lettrés, comme Anu-rabû-mudammiq, fils de Tappuya et père de Nabû-mudammiq, une famille de lettrés originaire de Nippur; ou comme Adad-šumu-uṣur, fils de Nabû-zuqup-kēnu et descendant de Gabbi-ilāni-ēreš, l’une des plus fameuses familles de lettrés néo-assyriens. Certains lettrés étaient encore actifs à Kalḫu après avoir suivi le roi à Ninive, comme Adad-šumu-uṣur, qui est chargé d’exécuter le rituel apotropaïque pour lutter contre les champignons qui sont apparus dans la cour et dans les magasins centraux de l’Ezida de Kalḫu, comme prouve cette lettre de Nergal-šarrani:

“Au roi, mon seigneur : votre serviteur, Nergal-šarrani. Bonne santé au roi, mon seigneur. Un certain champignon kamunû est apparu dans la cour intérieure du temple de Nabû et un champignon katarru sur les murs des entrepôts centraux. Il existe une prière apotropaïque contre ces champignons et un rituel qu’Adad-šumu-uṣur accomplira demain. Il doit les accomplir tous les deux en même temps” (SAA 13 71).

Les liens qui ont perduré entre la cour royale et l’Ezida, alors que les souverains avaient déjà quitté Kalḫu sont peut-être aussi à mettre en rapport avec le rôle politique du sanctuaire. Le temple abrite en effet une salle du trône, ce qui est extrêmement rare dans l’histoire de la Mésopotamie. Certains des administrateurs du temple sont des représentants royaux chargés des affaires militaires (hazannu, que l’on traduit souvent avec ‘maire’ mais qui a une signification plus précise, à en juger par la documentation mariote). C’est dans l’Ezida qu’en avril/mai 672 les notables de l’empire furent invités à jurer le traité de succession d’Assarhaddon qui désignait Assurbanipal comme prince-héritier. Ce jurement s’effectua dans une manifestation politico-religieuse dotée d’une importante scénographie, dans laquelle la lecture du texte du serment devait se faire sous les statues de Bēl (= Marduk) et Nabû. L’importance de l’Ezida continua à s’accroître au cours du VIIe siècle, comme des lettres néo-assyriennes indiquent. Une délégation babylonienne se rendant à la cour de Ninive, s’arrêta à Kalḫu pour offrir des sacrifices à Marduk. Une partie du clergé en place dans les sanctuaires d’autres villes jugeaient néanmoins opportun de se concilier les faveurs de Nabû. Une partie importante du clergé de Kalḫu devait descendre d’ancêtres plus ou moins proches venant de Babylonie. Leurs prénoms ont une forte coloration « babylonienne », avec de nombreux théophores de Nabû et Marduk. Il est donc vraisemblable que l’Ezida de Kalḫu jouait un rôle central dans les relations entre Assyrie et Babylonie. C’est la raison qui explique le choix de l’Ezida pour le serment de fidélité du traité d’Asarhaddon.

Figure de couverture= statue divine à l’une des entrées du temple de Nabu,
aujourd’hui au British Museum (BM 118889). L’autre statue qui formait une paire
avec celle-ci est conservée dans l’Iraqi Museum de Bagdad,

 

 

Pour aller plus loin
G. Coqueugniot 2017. « L’Ezida de Nimrud aujourd’hui », dans Les carnets de NimRoD
D et J. Oates 2001. Nimrud. An Assyrian Imperial City Revealed, Londres.
P. Villard 2019. « L’Ezida de Kalhu et son clergé au VIIème siècle av. J.-C. », dans Ph. Abrahami et L. Battini (éds.), Par la bêche et le stylet, Mélanges O. Rouault, Oxford, p. 86-95.

  1. sur la fondation des nouvelles capitales voir La ville neuve []
  2. qui signifie ‘Le temple de Vérité’ []
  3. dieu de l’écriture et de la sagesse. Le dieu, traditionnellement lié à la Mésopotamie méridionale, que l’on appelle Babylonie, fut introduit en Assyrie vers la fin du IIe mill. []
  4. une figure d’Ištar []
  5. le dieu est considéré en Assyrie comme le fils d’Aššur []

Pierre Villard

Professeur d'histoire ancienne. Université Clermont Auvergne. Spécialiste de l'empire néo-assyrien.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Villard (23 juin 2024). L’Ezida de Kalḫu (Nimrud) au VIIe siècle*. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vid


Pierre Villard

Professeur d'histoire ancienne. Université Clermont Auvergne. Spécialiste de l'empire néo-assyrien.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search