L’archéomagnétisme au pays des deux fleuves

L’archéomagnétisme est une méthode de datation archéologique née dans l’entre-deux-guerres1 de plus en plus développée depuis les années 1990. Elle est basée sur les variations du champ magnétique terrestre. Les objets en argile cuite conservent la trace du champ magnétique terrestre au moment précis de leur cuisson. Ainsi, en connaissance le champ magnétique de l’objet et en le comparant  avec les courbes des variations du champ magnétique, on peut dater l’objet de manière précise.

Variation séculaire du champ magnétique en France à l'époque romaine (d'après Ph. Lanos 1990 fig 3 p.323)

Variation séculaire du champ magnétique en France à l’époque romaine (d’après Ph. Lanos 1990 fig 3 p.323)

Depuis 2010, la recherche archéomagnétique a connu des avancées significatives: elle est devenue plus fiable et plus précise, notamment grâce à la correction de l’anisotropie d’aimantation thermorémanente2. Les progrès et les enjeux actuels de la recherche archéomagnétique passent par une collaboration étroite entre archéologues et physiciens, comme il le rappelle Philippe Lanos3. D’ailleurs, l’établissement des courbes du champ magnétique dépend des découvertes archéologiques, notamment de fours céramiques bien datés. En France deux laboratoires s’occupent des variations séculaires du champ magnétique: l’un est le laboratoire CNRS de Géomagnétisme dans la banlieue parisienne (à St. Maur-des-Fossés), l’autre est le laboratoire d’Archéométrie de l’université de Rennes I.

Jusqu’à présent, la Mésopotamie avait été peu concernée par les recherches archéomagnétiques. C’est donc avec beaucoup d’espoir que nous attendions les résultats des recherches menées sur les briques cuites de la porte d’Ištar à Babylone, conservées au Vorderasiatisches Museum. L’objectif des chercheurs était double: d’une part, ils voulaient enrichir la base de données GEOMAGIA qui ne comptait que 5 références à l’Irak du IIe et Ier mill. av. J.-C. D’autre part, ils voulaient mieux comprendre l’histoire de la porte d’Ištar à Babylone, qui présente au moins trois phases. Jusqu’à présent, ces phases ne pouvaient pas être facilement datées. L’idée des chercheurs était de reconstituer l’ancien champ géomagnétique, enregistré dans les briques cuites, pour tenter de dater les différentes phases de la porte.Les trois phases remontent-elles toutes à Nabuchodonosor II (605-562 BCE) ? Ou sont-elles le fait de rois successifs ? Le roi Nabuchodonosor II est le seul à se vanter d’avoir construit la porte d’Ištar avec des briques cuites bleues assemblées pour former des

. Les fouilles avaient déjà révélé que le niveau de la rue avait dû être considérablement surélevé à plusieurs reprises, ce qui avait nécessité également une adaptation de la porte, car autrement le passage serait devenu trop bas. Elles ont fournit aussi le seul point d’ancrage chronologique: les briques inscrites au nom de Nabuchodonosor II trouvées in situ dans la phase I.

Les analyses ont été réalisées par des chercheurs de plusieurs institutions européennes, proches-orientales et américaines: Anita Di Chiara (Institut National Italien de géophysique et vulcanologie), Lisa Tauxe (Institut Scripps d’océanographie), Helen Gries et Barbara Helwing (Vorderasiatisches Museum), Matthews D. Howland (Université d’État de Wichita) et Erez Ben-Yosef (Université de Tel Aviv).

a) Restitution de la porte d'Ištar à Berlin; b) brique cuite avec glaçure bleue ; c) partie postérieure de la même brique d'où on a prélevé les échantillons à analyser. Photos du Staatliche Museen zu Berlin, Vorderasiatisches Museum / Olaf M. Teßmer.

a) Restitution de la porte d’Ištar à Berlin; b) brique cuite ; c) partie postérieure de la même brique d’où on a prélevé les échantillons à analyser. Photos du Staatliche Museen zu Berlin, Vorderasiatisches Museum / Olaf M. Teßmer.

Cette recherche archéomagnétique a prouvé que la phase la plus ancienne de la porte (phase I) a été construite par Nabuchodonosor II4, probablement après la conquête de Jérusalem (en 586 BCE), peut-être pour célébrer cette victoire. La chronologie des deux autres phases qui semblent s’être succédé à peu de distance,  reste incertaine. L’hypothèse la plus probable est que les deux dernières phases datent de Nabuchodonosor II. On ne peut pas encore exclure que ces phases soient l’œuvre de rois successifs.

Ces recherches ont ouvert la voie à une nouvelle méthode de datation: celle des briques cuites portant les noms des souverains connus par les sources textuelles. Elles ont montré que la brique est un excellent enregistreur du champ géomagnétique et qu’il suffit des spécimens très très petits pour retrouver le champ magnétique ancien. La méthode n’est pas invasive, ce qui incitera les archéologues et les conservateurs des musées à l’envisager, même si le prix des analyses reste élevé. Peu à peu, les variations du champ magnétique ancien, datées par les inscriptions royales, permettront de créer une grille chronologique perfectionnée 5.

 

 

Références
A. Di Chiara, L. Tauxe, H. Gries, B. Helwing, M. Howland, et E. Ben-Yosef 2024. “An archaeomagnetic study of the Ishtar Gate, Babylon”. PLoS ONE 19(1): e0293014. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0293014
Ph. Lanos 1990. “La datation archéomagnétique des matériaux de construction d’argile cuite. Apports chronologiques et technologiques”. Gallia tome 47, p. 321-341. https://www.persee.fr/doc/galia_0016-4119_1990_num_47_1_2914
Ph. Lanos 2022. “Analyses archéomagnétiques et datations. Quelques ateliers de haute Bretagne”, in François Fichet de Clairfontaine (éd.) Ateliers de potiers médiévaux en Bretagne: 129-137. Paris: Éditions de la Maison des sciences de l’homme. https://books.openedition.org/editionsmsh/41943

 



Citer ce billet
Laura Battini (2024, 24 janvier). L’archéomagnétisme au pays des deux fleuves. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vny1

  1. L’un des premiers articles sur cette méthode date de 1938 et est de la plume d’Emile Thellier: “Sur l’aimantation des terres cuites et ses applications géophysiques”, article publié dans les Annales de l’Institut de Physique du Globe 16, p. 157–302 []
  2. il faut faire des corrections pour avoir la direction exacte du champ magnétique terrestre au moment de la cuisson []
  3. “Analyses archéomagnétiques et datations. Quelques ateliers de haute Bretagne”, accessible à l’adresse: https://books.openedition.org/editionsmsh/41943 []
  4. et d’ailleurs les briques portent son nom []
  5. les datations par les méthodes actuelles, telles que le radiocarbone, restent imprécises: les dates fournies par la méthode du radiocarbone peuvent avoir une marge d’erreur de ± 200 ans pour les trois millénaires de la civilisation mésopotamienne []

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search