Les théomachies en Mésopotamie

Soixante-dix sceaux-cylindres de la période akkadienne illustrent un thème unique : les batailles des dieux. Pourquoi unique ? Parce que ce thème, apparu vers 2300 avant J.-C. avec la dynastie akkadienne, a disparu avec elle (vers 2150 avant J.-C.). La théomachie (du grec Θεός / theós=dieux et μάχη/ máke=combat) est une phase de la création dans laquelle la jeune génération combat l’ancienne génération de dieux. Ou bien le dieu principal attaque un monstre pour défendre le cosmos actuel et éviter de sombrer dans le chaos primordial.

Exemples de théomachies d'époque akkadienne (d'après L. Battini 2023)

Exemples de théomachies d’époque akkadienne (d’après L. Battini 2023)

C’est une phase angoissante, comprise comme une phase de passage dans une histoire plus large de l’univers. Dans cette histoire plus vaste, les batailles représentent la phase chaotique qui a immédiatement précédé le présent ordonné et pacifié. Cette phase est présente dans d’autres pensées mythiques, en Égypte (Râ et le dragon Apophis), au Levant (Ba’al contre le dragon Yam), en Anatolie (Dieu des tempêtes contre le serpent Illuyankash) et en Grèce (Titanomachie et Gigantomachie). Dans la Bible, un passage de l’Apocalypse (12:7-9) relate une théomachie.

Deux textes mésopotamiens mentionnent la théomachie. Le plus connu est l’Enūma eliš, mais un texte de Sennacherib le mentionne également. L’Enūma eliš raconte comment Apsû (eaux douces), qui a engendré avec sa femme Tiamtu (eaux salées) plusieurs dieux, est agacé par le bruit de sa progéniture. Il décide de les détruire, mais il est vaincu et tué par Ea, l’un de ses enfants. Tiamtu réunit alors une armée de monstres pour combattre sa progéniture, dont seul Mardouk accepte de se battre avec elle.

« Tiamtu et Marduk, le Sage des dieux, s’emmêlèrent, à l’empoignade et se joignirent au corps-à-corps. Mais Marduk, ayant déployé son filet, enveloppa Tiamtu, puis lâcha contre elle Vent-mauvais. Et lorsque Tiamtu eut ouvert la bouche pour l’avaler, il y engouffra Vent-mauvais pour l’empêcher de fermer ses lèvres. Ainsi, tous les vents en furie lui remplirent la panse si bien que son corps fut gonflé, et sa gueule large-ouverte. Alors, Marduk lança sa flèche et lui déchira la panse, il lui trancha le corps par le milieu, il lui ouvrit le ventre. Ainsi triompha-t-il d’elle, l’exterminant. Puis jeta à terre son cadavre et s’y dressa dessus. Lorsque Marduk mis à mort Tiamtu, ses troupes se disloquèrent, et les dieux alliés effrayés et tremblants, rebroussèrent le chemin et décampèrent pour se sauver la vie. Mais ils étaient encerclés de toute part, sans possibilité de s’échapper. il les encercla donc et brisa leurs armes. Jetés au filet, immobilisés au piège, pleins de gémissements, ils subirent le châtiment de Marduk et furent détenus en prison. Les onze créatures diaboliques que Tiamtu avait créées, il leur mis des cordes dans les nez et leur enchaîna les bras. Et en dépit de leur bellicosité, il les foula aux pieds. Enfin, Quingu, qui avait été appelé à les combattre, il le terrassa et en fir un “dieu mort » (Tablette IV)

Il tue Tiamtu et soumet son armée, se confirmant ainsi comme dieu suprême. Il crée alors le Ciel et la Terre à partir des restes de la dépouille de Tiamtu, organise les astres et la division du temps, distribue les fonctions des dieux qui sont désormais sous ses ordres, demande à son père Ea de créer l’humanité pour travailler à la place des dieux, puis décide d’établir au centre du monde la ville de Babylone, que les autres dieux construisent pour lui. Lors des célébrations de son intronisation dans son temple babylonien, il reçoit cinquante noms qui évoquent ses nombreux pouvoirs et qualités. L’Enūma eliš n’est donc pas seulement une cosmogonie, mais aussi une théogonie (puisque Mardouk donne à chaque dieu son domaine d’activité) et une anthropogonie (puisque l’homme est créé par le mélange de la terre et du sang de l’époux de Tiamtu, Qingu).

 

Exemples de théomachies d'époque akkadienne (d'après L. Battini 2023)

Exemples de théomachies d’époque akkadienne (d’après L. Battini 2023)

Les sceaux akkadiens sont les seuls à représenter ces théomachies. On y voit des dieux se battre, plus ou moins violemment et dramatiquement. Tous les sceaux ne sont pas identiques : des duels ainsi que des affrontements multiples sont présents. Le combat divin est le seul sujet, couvrant toute la surface du sceau, ou il peut être accompagné d’un autre sujet.

Analyse de deux sceaux akkadiens (© L. Battini)

Analyse de deux sceaux akkadiens (© L. Battini)

Si le sujet est très dramatique et transmet une grande émotion, aussi la construction de la scène a été faite pour accentuer les émotions. Les personnages sont placés dans des formes géométriques qui renforcent le pathos. Les triangles et les pentagones créent une tension, tandis que les rectangles confèrent le calme. Les lignes sont ascendantes pour les dieux qui gagnent la bataille et plutôt courbes et courtes pour les dieux qui perdent. Cela signifie que le sceau a été pensé avant d’être incisé, probablement après qu’une esquisse a été faite sur l’argile.

L’iconographie peut être lue à plusieurs niveaux : au niveau inférieur, les combats des dieux étaient compris comme des allusions à des mythes. À un niveau plus élevé, le combat divin était lu comme une justification de l’exercice du pouvoir akkadien. Enfin, à un autre niveau plus complexe, en faisant allusion à la fois aux mythes et au règne du roi akkadien, les sceaux représentaient également un avertissement clair aux hauts fonctionnaires de ne pas se révolter.

 

Pour en savoir plus

Amiet Pierre 1976. L’art d’Agadé au Musée du Louvre. Paris : Éditions des musées nationaux
Battini Laura 2023. Divine battles in the akkadian period. Ash Sharq 7/2, p.165-180.
Boehmer Rainer Michael 1965. Die Entwicklung der Glyptik während der Akkad-Zeit (UAVA 4). Berlin: De Gruyter.
Lambert Wilfred George 2013. Babylonian creation myths. Winona Lake: Eisenbrauns.

 

 



Citer ce billet
Laura Battini (2024, 19 mai). Les théomachies en Mésopotamie. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ope

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/06/2024

    […] Les théomachies en Mésopotamie, par Laura Battini, sur le Carnet de recherche pour découvrir l’histoire et l’archéologie du Proche-Orient ancien ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search