Récentes découvertes en Turquie

À la fin de l’année, il est d’habitude de dresser le bilan de l’année qui est en train de se terminer. Ce décembre 2023, je vais essayer de dresser un bilan des fouilles dans différentes régions du Proche-Orient ancien, ou Asie occidentale, comme l’on préfère dire maintenant. On va commencer par la Turquie, l’ancienne Anatolie. Mon but n’est pas l’exhaustivité, ce bilan est un coup de coeur pour les découvertes qui m’ont le plus émue.

Les fouilles récentes en Turquie on mis au jour plusieurs statues et mosaïques impressionnants. Les trois les plus anciennes sont datées de 8200-9000 av. J-C. L’une représente un sanglier et a été découverte à Gobekli Tepe1. De taille grandeur nature, la statue est en calcaire peint : des pigments rouges, noirs et blancs y ont été détectés.

La statue anthropomorphe de Karahan Tepe (photo: © Anadolu Agency)

La statue anthropomorphe de Karahan Tepe (photo: © Anadolu Agency)

L’autre est un obélisque en forme d’homme, trouvé à Karahan Tepe, qui se trouve à une trentaines de kilomètres de Gobekli Tepe. Les récentes fouilles sur le site prouvent qu’il est similaire en conception à Gobekli Tepe : plusieurs dizaines d’obélisques en forme d’animaux, disposés non en cercle comme à Göbekli Tepe mais en alignements. La statue qui vient d’être portée à la lumière est haute de 2,30m, et présente plusieurs particularités. L’homme tient son sexe avec ses deux mains dans un geste qui a probablement une valeur symbolique. De plus, il est représenté avec les côtes saillantes (famine ? mort ?).

La troisième statue représente un vautour et a été retrouvée près de Karahan Tepe. Le vautour est un animal symbolique qui est présent à Göbekli Tepe et qui est lié à la fois à la vie et à la mort, puisqu’il s’agit d’un animal charognard.

Ces découvertes démontrent une fois de plus que les communautés de chasseurs-cueilleurs d’Asie du Sud-Ouest n’étaient pas simples, de petite taille et égalitaires, comme on le pensait il y a une trentaine d’années. Il s’agit de communautés d’une complexité certaine, si elles sont capables de construire des grandes sites comme Göbekli Tepe et Karahan Tepe, de mobiliser des forces humaines importantes pour construire dans un but qui n’est pas utilitaire (habitation), mais probablement symbolique (rituels funéraires et non-funéraires).

 

Statue d'Aphrodite (Crédits photographiques © Directorate of Excavations and Research, Turkey)

Statue d’Aphrodite (Crédits photographiques © Directorate of Excavations and Research, Turkey)

Cette année a été riche en découverte de statues. L’un des exemplaires les plus fascinants est une statue grandeur nature (1,53cm), découverte lors de fouilles menées dans l’ancienne ville grecque de Sesamos, aujourd’hui Amasra ou Amastris, au bord de la Mer Noire, dans la province actuelle de Bartın. D’abord identifiée à une nymphe, on pense maintenant qu’elle représente Aphrodite. La posture en S de la statue, courante dans l’école de Praxitèle, puis encore plus aux époques hellénistique et romaine, s’accorde avec une datation du II siècle après J.-C. À cette époque, Sesamos était une ville commerciale florissante.

Date également de l’époque romaine (toujours II siècle apr. J.-C.), une magnifique tête, considérée être celle d’Alexandre le Grand. Elle a été découverte dans le théâtre de Konuralp, près de la côte nord de la Turquie. Cette statue prouve la fascination que la figure héroïque d’Alexandre jouissait encore à l’époque impériale. La tête brisée est probablement le résultat d’une cassure volontaire: détruire des ‘images du pouvoir’ est un acte fréquent dans le monde antique.

 

Grande mosaïque de la villa romaine d'Anatolie centrale (photo: © Directorate of Excavations and Research, Turkey)

Grande mosaïque de la villa romaine d’Anatolie centrale (photo: © Directorate of Excavations and Research, Turkey)

Enfin, une grande mosaïque d’environ 600m2 a été fouillée dans une grande villa romaine du IVe siècle apr. J.-C. en Anatolie centrale. Il s’agit d’une découverte exceptionnelle tant par la taille de la villa-la plus grande jamais découverte dans cette partie de Turquie, que par la présence de nombreux mosaïques, le plus souvent géométriques, et d’inscriptions grecques et latines. L’une d’entre elle nomme un certain « Hyacinthos » qui pourrait être le propriétaire de la villa.

 

Mais la découverte la plus sensationnelle de l’année concerne une nouvelle langue. L’une de plus de 30 000 tablettes cunéiformes retrouvées à Boğazköy-Hattusha2 en 100 ans de fouilles porte un texte rituel hittite qui fait référence à la langue du pays de Kalašma, qui se trouve au nord-ouest du territoire hittite. Cette langue devrait appartenir à la famille des langues indo-européennes.

D’autres découvertes, comme le cimetière du l’âge du Fer découvert sur une falaise abrupte surplombant le Tigre, dans le sud-est du pays, sont en cours d’études et on en saura plus l’année prochaine.

 



Citer ce billet
Laura Battini (2023, 2 décembre). Récentes découvertes en Turquie. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5pc

  1. voir dans ce blog l’article consacré à ce site : Göbekli Tepe ou le premier temple ? []
  2. la capitale de l’empire hittite []

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search