Le Louvre pendant la dernière guerre mondiale: un devoir de mémoire

Après les destructions subies par les monuments pendant la Première Guerre Mondiale, in primis le choc du bombardement de la cathédrale de Reims en 1914 et la destruction totale de la bibliothèque de l’université de Louvain incendiée par les Allemands la même année, les responsables des musées et l’État français se sont posé la question la question de la sauvegarde des œuvres nationales1. C’est surtout dans les années 1930 que ce problème est  apparu avec de plus en plus de force, au fur et à mesure que les tensions politiques intra-européennes s’intensifiaient.

La Vénus de Milo en train d'être protégée pour le transport (CC)

La Vénus de Milo en train d’être protégée pour le transport (CC)

Dès 1938, Henri Verne, directeur des musées nationaux depuis 1925, Jacques Jaujard, directeur du Musée du Louvre, ainsi que d’autres directeurs de musées comme Joseph Billiet et Pierre Schommer, décident d’un plan d’évacuation des œuvres et élisent différents châteaux régionaux comme lieux idéaux pour entreposer les œuvres les plus importantes en cas de conflit. Les châteaux sont éloignés des villes et ne risquent donc pas d’être bombardés.
Une semaine avant le début de la Seconde Guerre mondiale, à la fin du mois d’août 1939, les premières œuvres quittent Paris en direction de châteaux (Chambord, Louvigny, Montauban, Loc-Dieu, Pau…). Ce processus s’est poursuivi jusqu’à la fin de la guerre, lorsque près de 4 000 tableaux, sculptures et autres trésors du Louvre ont été transférés hors de Paris. La Joconde, la Victoire de Samothrace, la Vénus de Milo, le Scribe accroupi, font partie des ces convois.

La Grande Galrie des Peintures au Louvre en 1939 (CC)

La Grande Galrie des Peintures au Louvre en 1939 (CC)

Quand Hitler entre au Louvre en 1940, après la défaite de la France, il ne trouve pas toutes les œuvres. Cette photographie de 1939 montre la Grande Galerie du Louvre vidée, assez impressionnant, surtout pour ceux qui voient aujourd’hui le nombre impressionnant de touristes dans cette partie du musée!
Sous le régime allemand, les œuvres continuent à disparaître, malgré la présence de la Kunstschutz, l’unité spéciale chargée de s’emparer des œuvres et de les transférer en Allemagne. Le directeur de cette unité, le comte Franz Wolff-Metternich, a probablement couvert l’action des directeurs des musées parisiens qui résistèrent à leur manière, en préservant le patrimoine national. Jacques Jaujard s’était déjà illustré durant la guerre civile espagnole, en préservant le musée du Prado par des évacuations successives hors d’Espagne. Les œuvres du Louvre furent bien emballées, et les voyages par route prirent certaines précautions pour éviter d’abîmer les œuvres, et opérer le transfert dans la plus grande discrétion possible. Jacques Jaujard a également inventorié les biens artistiques volés avec l’aide de Jeanne Boitel, actrice et résistante française, et de Rose Valland, attachée de conservation au Musée du Jeu de Paume. Ce dernier était en effet devenu le centre de stockage des œuvres pillées, tout comme les six salles du département des antiquités orientales du Louvre.

Transport des œuvres du Louvre (CC)

Transport des œuvres du Louvre (CC)

Pendant quatre ans, Rose Valland relève discrètement les mouvements des œuvres qui transitent par le musée du Jeu de Paume, le nom des victimes spoliées, le nombre d’œuvres, le nom de l’artiste, de l’œuvre et ses dimensions, leurs destinations, le nom des agents chargés des transferts, le nom des transporteurs, les marques et écritures sur les caisses, les numéros et les dates des convois. Elle est ainsi capable d’indiquer à la Résistance les trains chargés d’œuvres d’art, afin qu’il ne soient pas attaqués. À l’automne 1944, pour éviter les bombardements, elle communique aux Alliés les noms des dépôts allemands et autrichiens (Altaussee, Buxheim, Neuschwanstein, Füssen, Nikolsburg, etc.) où sont conservées les œuvres pillées. Et c’est ainsi qu’après la guerre, elle travaille à la récupération des œuvres françaises.

Rose Valland (CC)

Rose Valland (CC)

Jacques Jaujard (CC)

Jacques Jaujard (CC)

Malgré le plan d’évacuation des dirigeants français, l’occupation allemande pourtant continua à envoyer les objets d’art en Allemagne. Entre 1941 et 1944, 29 convois quittèrent Paris pour le Reich, soit 138 wagons remplis de 4 170 caisses. Un service spécial est crée pour dérober les collections privées juives, l’Einsatz-stab Reichsleiter Rosenberg für die besetzten Gebiete. 200 collections privées françaises, parmi lesquelles la collection David-Weill, la collection Cassel, la collection Bernheim, la collection Schloss, la collection Rothschild, sont vidées. On estime à 60 000 les œuvres perdues et transportées en Allemagne. L’occupation allemande intervient également dans la politique culturelle locale : c’est elle qui, en août 1941, dote la RMN de deux conseils, l’un “technique” ou plutôt artistique, l’autre plus administratif. La Libération consolide cette double gestion.

A la Libération, le Louvre accueille une exposition sur Les activités des musées pendant la guerre. Mais le problème principal des années de l’après guerre est la restitution des œuvres d’art volées. On estime qu’au moins 600 000 œuvres d’art ont été pillées en Europe et, aujourd’hui encore, leur restitution n’est pas totalement achevée… L’UNESCO fut créée après la guerre pour la protection de la culture, de l’éducation et du patrimoine mondial de l’humanité. La guerre continue pourtant d’affecter le patrimoine humain, comme nous l’avons vu récemment en Syrie, Irak, Afghanistan… En 2022, le Prado a mis en place une commission pour déterminer l’origine douteuse de 62 peintures qui sont probablement entrées dans le musée pendant la guerre civile espagnole ou la dictature de Franco. Reconnaître cette histoire douloureuse est déjà un pas vers la libération des œuvres d’art et, plus encore, des consciences. Dans 1984, George Orwell avait inventé une société dans laquelle l’histoire était interdite et les gouvernants la falsifiaient au gré de leur volonté politique. L’un des slogans du parti Big Brother était: « Celui qui commande le passé commande l’avenir ; celui qui contrôle le présent commande le passé. » (G. Orwell, 1984). N’oublions pas qu’à Florence la nuit du 3 au 4 août 1944, devenue depuis la “nuit des ponts”, tous les ponts de la ville ont été dynamités par les Allemands, sauf un, le Ponte Vecchio. Comme disait le général et maréchal de France Ferdinand Foch : un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir”

 



Citer ce billet
Laura Battini (2023, 3 septembre). Le Louvre pendant la dernière guerre mondiale: un devoir de mémoire. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5pb

  1. La bibliographie sur cette période du Louvre est très rare, ce qui m’a beaucoup étonné. Il y a des documents qui n’ont pas encore été publiés et, dès que je pourrai les consulter, je vous tiendrai au courant de mes ‘découvertes’ []

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search