Les temps des archéologues

Le temps en archéologie est une notion fondamentale, l’archéologie est définie souvent comme la science qui étudie les civilisations anciennes, ce qui implique d’en connaître au moins approximativement la chronologie. Mais au tout début de l’archéologie, il y a 200 ans environ, les archéologues n’étaient pas autant intéressés au temps, plutôt à la découverte d’objets et de restes immobiliers des civilisations passées1.

Depuis les années 1960, les réflexions sur l’archéologie et les nouvelles théorisations ont concerné aussi la chronologie tandis que les avancées scientifiques mettaient au point plusieurs méthodes de datation scientifique (C14, thermoluminescence, dendrochronologie, et le dernier né : l’OSL, la luminescence optiquement stimulée). Ces méthodes sont certes les signes d’une démarche scientifique mais aussi une preuve de l’influence de la société actuelle sur les archéologues : le temps devient une notion essentielle en archéologie (comme depuis longtemps en philosophie…). Mais quel est le temps des archéologues ?

Le travail de l’archéologue est divisé en deux grands axes : temps de la fouille et temps successif à la fouille.

a. temps de la fouille La fouille implique un emploi aussi rigoureux que possible de la technique stratigraphique qui est basé sur le
temps. L’archéologue fouille à l’envers du temps : il commence par les couches plus récentes qui sont en haut de la stratigraphie pour redécouvrir les plus anciennes, qui sont plus bas dans la séquence stratigraphique.
La fouille est un processus DESTRUCTIF qui ne peut pas se répéter : une fois fouillés, les restes d’une couche sont enregistrés, photographiés, archivés, envoyés au musée (les objets) et puis les structures immobilières (murs, édifices, sols, etc.) sont détruites pour accéder aux couches plus anciennes. Le temps de la fouille est un temps limité, souvent très stressant puisque il faut arriver dans le temps imparti à tirer le maximum des renseignements… Dans les fouilles d’urgence, le problème temps se pose de manière encore plus cruelle. On a peu de temps pour fouiller et si le site doit disparaître à jamais, mieux vaut le fouiller le plus possible même en perdant quelques éléments: utilisation de bulldozer pour enlever les couches de surface, simplification des fouilles stratigraphiques, simplification de l’enregistrement…

Matrice de Harris (en haut) et stratigraphie correspondante (en bas)

Matrice de Harris (en haut) et stratigraphie correspondante (en bas)

b.temps après la fouille Il est bien certain que l’archéologue ne saurait, après la fouille, se désintéresser du chantier qu’il a ouvert, ni des documents qu’il y a découverts: après la fouille, il y a un temps de la recherche, un temps de la conservation (des objets dans les musées, et des structures sur le chantier), un temps de la publication… Le temps après la fouille est un temps très stressant, il faut publier aussi rapidement que possible. Avant on publiait dès que on ne fouillait plus et beaucoup de chantiers n’ont jamais été publiés ou seulement sous forme préliminaire. Aujourd’hui, on essaie de l’éviter, même si la publication définitive est souvent très lente. Mais l’archéologue honnête a un devoir de mémoire pour ses contemporains et pour les générations futures, il a la tache essentielle de rendre compte des résultats de son action à la collectivité (non seulement au cercle restreint des spécialistes) qui lui a donné la mission et les moyens de l’accomplir, la “vulgarisation” au sens noble du terme est un devoir absolu.

Alors, loin d’Indiana Jones, l’archéologue pressé et stressé par les limites temporelles et pécuniaires est-il si différent de l’homme d’aujourd’hui ?

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les temps des archéologues”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 05/07/2018, https://ane.hypotheses.org/1283. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les temps des archéologues,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 05/07/2018, https://ane.hypotheses.org/1283.

  1. J. Evin, “Le temps et la chronométrie en archéologie”, Histoire & Mesure 9/3 (1994) : 239-257 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.