Les forteresses jumelles de Rabana et Merquly dans les Zagros irakien

Environnement naturel des forteresses (© M. Brown)

Environnement naturel des forteresses (© M. Brown)

Dans le Kurdistan irakien, au sud-est d’Erbil, sur le versant ouest du mont Piramagrun -l’un des massifs les plus importants des monts Zagros- se trouvent les forteresses jumelles de Rabana-Merquly. Les fouilles, dirigées par Michael Brown, chercheur au Heidelberg Centre for Transcultural Studies, en collaboration avec la direction des antiquités de Sulaymaniyah, sont financées par la Deutsche Orient-Gesellschaft (DOG) et l’Institut britannique pour l’étude de l’Irak (BISI). Il s’agit d’un projet anglo-germano-irakien, qui a débuté en octobre 2017 et qui s’intéresse à l’empire parthe.

Plan des forteresses (© M. Brown)

Plan des forteresses (© M. Brown)

Les deux forteresses se font face sur une superficie d’un peu plus de quarante hectares. Le site de Rabana est plus petit que celui de Merquely et n’avait jamais été étudié. Merquely, en revanche, avait déjà été partiellement fouillé par la direction des antiquités de Sulaymaniyah.Les deux forteresses sont construites de manière similaire : une enceinte défensive protège des bâtiments aux fonctions différentes, dont une citadelle et un complexe de sanctuaires. L’entrée de chaque forteresse est marquée par un relief rocheux grandeur nature représentant un personnage barbu, coiffé d’une tiare conique et d’un diadème, vu de trois quarts, identifié comme un souverain en costume parthe.

Reliefs d'un roi parthe (© M. Brown)

Reliefs d’un roi parthe (© M. Brown)

 

Sanctuaire de Rabana (© M. Brown)

Sanctuaire de Rabana (© M. Brown)

Les fortifications de Rabana-Merquly sont comme une extension du paysage montagneux environnant. Là où il y avait des brèches naturelles qui auraient permis d’accéder au site, des murs ont été construits pour bloquer ces accès. Ainsi, il y a une barrière quasi ininterrompue d’environ 4000 m de long, de la crête nord-ouest de Rabana à l’angle sud-est du plateau de Merquly. La différence de hauteur entre les fortifications les plus basses et les plus hautes est d’environ 720 m. A l’intérieur de Rabana, la partie nord-est est réservée à un sanctuaire où la roche et l’eau d’un ouadi voisin jouent un rôle important. Un escalier et un petit autel ont été taillés dans la roche. L’escalier se trouve à proximité d’une chute d’eau naturelle, active surtout au printemps.
Tous ces caractéristiques suggèrent que le lieu était dédiée à la déesse Anahita. L’intérieur de Merquly comprend une citadelle centrale surélevée et au moins 14 structures indépendantes dans la ville basse qui sont partiellement visibles en surface. Les fondations des bâtiments sont en pierre brute, tandis que l’élévation n’a pas été conservée, mais était probablement faite de briques crues. Sur la base de comparaisons avec des forts romains/sassanides, ces structures ont probablement fonctionné en partie comme des casernes. Il est vraisemblable qu’une petite garnison restait à Merquly pour défendre cette partie de l’empire.

Occupation de la région

Occupation de la région

Ces forteresses font partie de la barrière défensive du royaume d’Adiabène. La fonction défensive n’est pas la seule: la découverte de plusieurs scories métalliques démontre l’existence d’ateliers métallurgiques, indispensables à la production d’armes. Enfin, leur position géographique entre les hauts plateaux et les plaines et leur importance en tant qu’établissement construit dans cette région, en ont fait non seulement un important point de contrôle militaire, mais aussi économique. On pense que Rabana et Merquly contrôlaient  les groupes d’éleveurs des montagnes, ainsi que le commerce entre l’Iran, l’Assyrie et la Méditerranée.

Relief d'un roi parthe (© M. Brown)

Relief d’un roi parthe (© M. Brown)

 

D’après le style des sculptures et les maigres objets retrouvés, les forteresses sont datables du premier siècle avant et après J.-C.  Les recherches ont montré que l’occupation principale (Ier av.J.-C. et Ier ap.J-C.) a été suivie par des réoccupations sassanides, islamiques et récentes.

Des fortes similitudes vestimentaires entre les souverains parthes représentés à l’entrée de Rabana-Merquly et la statue d’un roi d’Adiabène retrouvée à Hatra suggèrent l’identification du personnage avec le roi Natounissar et des deux forteresses avec la ville antique de Natounia-sur-le-Kapros.

 

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laura Battini (29 juillet 2023). Les forteresses jumelles de Rabana et Merquly dans les Zagros irakien. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5p5


Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search