Dépasser les limites, réinventer l’archéologie: le cas de l’épave de Gozo (Malte)

 

L’une des fouilles archéologiques les plus extraordinaires de ces dernières années est celle de l’épave de Gozo. C’est une aventure scientifique et humaine encore en cours, qui réunit des archéologues et plongeurs français, italiens et maltais.

Submersible pour l'exploration des milieux profonds (© https://phoenicianshipwreck.org/)

Submersible pour l’exploration des milieux profonds (© https://phoenicianshipwreck.org/)

En 2007, une équipe français trouve une série d’anomalies en sondant la mer autour de Malte. Grâce à un véhicule télécommandé (ROV) elle fait un repérage qui permet de découvrir la cargaison entière d’un bateau phénicien. Le problème réside dans la profondeur de l’épave: 110m sous le niveau de la mer est une altitude difficilement atteignable par les plongeurs. Tout d’abord, il faut un équipement de plongée non traditionnel 1, connu sous le nom d’équipement “en circuit fermé”. C’est en effet le seul qui permet de transformer le dioxyde de carbone expiré par le plongeur en oxygène.

Quartier 'général' des archéologues-plongeurs (© https://phoenicianshipwreck.org/)

Quartier ‘général’ des archéologues-plongeurs (© https://phoenicianshipwreck.org/)

Ensuite, il faut avoir un équipement qui permette de tenir sous l’eau 5h30 env. C’est la remontée qui est la plus difficile: la descente ne dure que 6 minutes, la remontée 5 heures. Les plongeurs ne peuvent pas remonter aussi vite qu’ils sont descendus : ils doivent remonter par paliers, connus sous le nom de “paliers de décompression”. Lors de la descente, le corps se remplit rapidement d’azote. Lors de la remontée, il faut éliminer l’azote qui serait fatale une fois que l’on a atteint la surface.

Photogrammétrie 3D des couches visibles en invisibles de l'épave (© https://phoenicianshipwreck.org/)

Photogrammétrie 3D des couches visibles et invisibles de l’épave de Gozo (© https://phoenicianshipwreck.org/)

L'épave avant les fouilles (© https://phoenicianshipwreck.org/)

L’épave avant les fouilles (© https://phoenicianshipwreck.org/)

Il a donc fallu utiliser différentes stratégies, d’abord pour localiser l’épave et ensuite pour tenter de la fouiller. Pour localiser et cartographier l’épave, on a d’abord utilisé des sonars à balayage latéral. Puis, il a fallu comprendre si, en plus des vases visibles, d’autres étaient cachés dans les sédiments sous la couche visible. Un profileur de fond a pu être utilisé pour lire les couches de sable et de vases: il a trouvé que près de deux mètres de vestiges archéologiques étaient encore cachés dans le fond marin. Ensuite, en 2014, un submersible habité a exploré l’épave de près tout et l’a photographiée avec 3 caméras à haute résolution. Les 20 000 photographies prises ont été assemblées pour former une image photogrammétrique en 3D de l’ensemble du site archéologique.

En 2016, une équipe de plongeurs recycleurs en circuit fermé (CCR) descend sur le site pour récupérer d’autres objets outre ceux déjà libérés en 2014, et pour compléter l’enregistrement du site. C’était la première fois que des plongeurs descendaient sur l’épave: ils en avaient pour 6 minutes de descente,14 minutes sur le site, et 5 heures pour remonter.

Les carrés de fouille sous-marins (© https://phoenicianshipwreck.org/)

Les carrés de fouille sous-marins (© https://phoenicianshipwreck.org/)

Pour fouiller le site, une méthode de travail rigoureuse a dû être inventée : pour laisser une trace du travail effectué, plutôt que des dessins ou des photos, on a utilisé la vidéo comme principale forme d’acquisition de données (photogrammétrie 3D basée sur la vidéo). Cette nouvelle méthodologie s’est révélée être un moyen d’enregistrement de grande qualité et extrêmement économique en termes de temps.

L’épave avait d’ailleurs été divisée en carrés de fouille: chaque plongeur était responsable d’un carré et avait des sacs en maille numérotés du numéro de son carré de fouille pour faire remonter les objets à la surface. L’équipe de fouille a utilisé une pompe hydraulique submersible pour dégager les vases, ce qui leur a permis d’avancer rapidement vu que les fouilleurs ne pouvaient rester sur le site que 14 minutes… Tout s’est bien passé et plusieurs vases -différents d’une saison de fouille à l’autre- ont pu être dégagés et remontés. Et puis ils ont été analysés et exposés.

Cartographie de la zone de fouille

Cartographie de la zone de fouille (© https://phoenicianshipwreck.org/)

L’étude du matériel excavé a permis d’établir qu’il s’agit d’une cargaison phénicienne datant de 700-675 avant J.-C. C’est la seule épave bien conservée à avoir été découverte intacte et la plus ancienne en Méditerranée occidentale. Or jusqu’ici, les seules cargaisons connues étaient celles retrouvées au large d’Israël ou de la Turquie mais en Méditerranée occidentale, il n’y avait que des épaves plus récentes et trop fragmentaires. Cette épave de Gozo est donc exceptionnelle: elle est si bien conservée parce qu’elle a coulé à pic sur un fond plat, sans se casser et elle n’a pas fait l’objet de pillages car au delà de 70-80m de profondeur, il est pratiquement impossible pour les plongeurs d’effectuer des fouilles sous-marines. Et enfin, l’épave n’a pas été dégradée par les poissons et les autres organismes vivants, précisément parce qu’elle est trop profonde.

Vases fouillés et reportés à la surface (© https://phoenicianshipwreck.org/)

Vase de l’épave (© https://phoenicianshipwreck.org/)

La cargaison était composée de divers objets : les céramiques étaient concentrées dans la partie centrale de l’épave, tandis que les deux extrémités du navire étaient chargées de meules. Parmi les céramiques, on trouve des amphores provenant de diverses régions de la Méditerranée centrale, et quelques types céramiques fabriqués à Gozo2. L’île était donc liée au commerce méditerranéen. Parmi les céramiques, il est étonnant de trouver des urnes, que l’on trouve normalement dans des contextes funéraires et non sur un navire. Les meules -qui servent pour la préparation des farines- étaient neuves : elles n’avaient jamais été utilisées auparavant et étaient donc destinées à être transportées vers un marché pour être revendues. Les tests effectués sur la roche volcanique ont confirmé que Pantelleria (Sicile) était le lieu d’origine de ces pierres. Pour la première fois, nous avons donc la preuve que des objets occidentaux faisaient partie du système commercial méditerranéen. Dans le 2m de couche non visible il pourrait y avoir d’autres types de biens.
Deux découvertes ont suscité l’émoi des archéologues : celle d’une dent humaine, la première trouvée sur le site, et celle de petits morceaux de bois, qui fournissent des informations importantes sur la construction des coques et les techniques de construction navale dans la Méditerranée archaïque.

Les découvertes faites avec l’épave de Gozo ont donné de nouvelles informations sur les réseaux commerciaux de la Méditerranée centrale archaïque. Elles ont également permis de développer de nouvelles techniques de fouille et d’enregistrement de données à grande profondeur, qui auront un impact durable sur l’archéologie sous-marine.
À la fin de la saison 2021, le site du naufrage avait été recouvert de plusieurs couches de géotextile, de sacs de sable et de terre, assurant ainsi la protection des vestiges. L’objectif futur est de poursuivre la fouille et l’analyse du site tout en le protégeant3 et en laissant une partie aux générations futures.

 

  1. l’équipement SCUBA standard est insuffisant à ces profondeurs []
  2. Au moins sept types de récipients en céramique ont été identifiés, dont certains de Gozo []
  3. le site sera surveillé périodiquement par des plongeurs de l’Université de Malte []

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laura Battini (23 juillet 2023). Dépasser les limites, réinventer l’archéologie: le cas de l’épave de Gozo (Malte). Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5p4


Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search