LA RAI ET SON HISTOIRE

Photo de couverture: © Silvana Di Paolo

 

En ces jours se tient la 68ème rencontre assyriologique internationale à Leiden. Il s’agit d’une réunion annuelle qui rassemble pendant une semaine en juillet tous les collègues, post-docs et doctorants intéressés par le Proche-Orient ancien préclassique (à l’exclusion de l’Égypte). La première réunion a eu lieu à Paris en 1950, la seule à se tenir à la fin du mois de juin. Paris a organisé ce grand congrès plusieurs années de suite. Leiden, où se tient cette année la 68ème rencontre, a été la première ville après Paris à accueillir une RAI (= abréviation courante pour réunion internationale d’assyriologie) : c’était en 1952. Au départ, Paris était vraiment le centre de ce congrès, et peu d’autres villes se sont portées candidates pour l’organiser : Leiden, Heidelberg, London. Vers les années 1970, de plus en plus de villes se sont manifestées : Chicago, Rome, Gottingen, Berlin, Birmingham, Copenhaguen, Wien, Leningrad, Instanbul… Paris restait encore la ville qui organisait la rencontre tous les cinq-six ans. Depuis les années ’90 elle ne l’organise que tous les dix ans (1991, 2000, 2009, 2019…). Dans le même temps, le nombre de villes candidates à l’accueil du congrès a augmenté : il y a eu une rencontre en Afrique du Sud (2004), une à Tartu (2001), à Moscow (2007), à Bern (2015), à Innsbruck (2018), à Turin (2021)…  Seules trois réunions ont dû être annulées : celle de 1990 à Bagdad, celle de 1999 à Naples et celle de 2020 reportée à l’année suivante en raison de la pandémie de covid.

 

Leiden, July 3 – 7, 1972, “Le Temple et le Culte” (depuis https://iaassyriology.com/rencontre-photos/)

Leiden, July 3 – 7, 1972, “Le Temple et le Culte” (depuis https://iaassyriology.com/rencontre-photos/)

Le nombre de participants a également évolué au fil du temps : d’une soixantaine dans les années 60 à 500 aujourd’hui, dont 1/4 de jeunes, ce qui démontre la force et la vitalité de la discipline. La langue française a suivi le même déclin que la ville hôte de la RAI : de langue principale et pratiquement unique, elle est devenue l’une des trois langues autorisées dans les communications orales des réunions. En réalité, elle est de moins en moins parlée car nous nous rendons compte que nos collègues la comprennent de moins en moins. L’anglais est désormais la langue internationale, indispensable à la rencontre de tant de personnes issues de continents, de traditions et de langues différents. C’est avec une note de nostalgie que je dis cela, même si l’anglais est vraiment une belle langue. C’est la position internationale de la France en assyriologie qui me préoccupe : le manque de moyens financiers et d’opportunités de carrière font fuir les jeunes ailleurs.

Chaque année le thème de la RAI change: la femme (en 1955, 1986, 2001), les rapports entre Proche-Orient et autres pays (1959, 1961, 1978, 1984, 2022), la guerre (1963 et 2006), le pouvoir (1971, 2008, 2012, 2019), la religion (1965, 1972, 1974), la maison et la famille (1993, 2009), le paysage (1997, 2004)… Cette année la RAI de Leiden a proposé un thème fort intéressant, l’inégalité, entendue comme inégalité socio-économique mais aussi entre les sexes et dans la pratique de chercheur (on tend à s’intéresser aux objets officiels plus qu’à ceux populaires).
En plus du thème principal, plusieurs ateliers proposent un thème qui peut être lié ou non au thème principal et auquel ils invitent les chercheurs intéressés par la question. L’un de workshops les plus originaux de cette année était celui organisé par Silvana Di Paolo (CNR, Rome) et Gioele Zisa (Université La Sapienza, Rome) et consacré aux plantes: Trees and Shrubs in the Ancient Near East (Arbres et arbustes dans le Proche-Orient ancien).

Bon séjour à Leiden!

 

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laura Battini (19 juillet 2023). LA RAI ET SON HISTOIRE. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5p3


Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search