Un nom pour la vie: le prénom en Mésopotamie

 Stèle d'albâtre, représentant un personnage féminin, supposé être Ninhursag, retrouvé à Mari (Syrie)

Stèle d’albâtre, représentant un personnage féminin, supposé être Ninhursag, retrouvé à Mari (Syrie)

Dans toute société, moderne ou ancienne, nommer un nouveau-né revient à le reconnaître : l’enfant entre ainsi dans la société et commence sa véritable existence. En Mésopotamie, on nommait l’enfant probablement assez rapidement après sa naissance. Parfois, les gens pouvaient changer de prénom, notamment lorsque leur statut changeait : lorsqu’ils entraient au service du roi, lorsqu’une nounou était engagée pour les enfants royaux, lorsqu’une femme épousait un roi… Par exemple, un homme entrant au service du roi choisissait un nom soulignant sa loyauté, comme par exemple Uṣur-nam-kūr-šarre qui signifie “(celui) qui protège les biens du roi”. De même, lorsque le roi Šulgi s’est marié, sa femme a pris un nom qui le célébrait, Šulgi-simtī, qui signifie “Ma gloire est Šulgi”. En effet, en Mésopotamie tous les prénoms avaient une signification précise, tout comme les prénoms d’aujourd’hui, même si nous en avons perdu conscience1.
D’ailleurs, même les dieux ont un prénom qui veut dire quelque chose de précis, non seulement les grands dieux (comme Ištar, l’étoile, ou Anu le ciel ou Šamaš le soleil) mais aussi les divinités plus locales (comme Ninhursag, ou Ningirsu, qui signifient respectivement, « la Dame de la montagne » et le «seigneur de (la ville de) Girsu»).

L’étude des noms propres, l’onomastique ou l’anthroponymie, est un domaine de recherche très riche au pays des deux fleuves, car nous disposons d’une documentation abondante : documents épistolaires, juridiques, administratifs, etc. Au IIIe millénaire avant J.-C., les noms étaient sumériens, mais au milieu du millénaire, des noms akkadiens commençaient déjà à apparaître. L’akkadien et le sumérien ne sont pas deux langues de la même famille : l’akkadien est une langue sémitique, comme l’arabe ou l’hébreu, tandis que le sumérien est un isolat linguistique, c’est-à-dire une langue pour laquelle aucun lien avec d’autres langues n’a encore été trouvé. Mais les textes cunéiformes ont aussi transmis des prénoms hourrites, amorrites, hittites, kassites, araméens ourartéens… Cela nous donne une idée du mélange des traditions linguistiques parlées en Mésopotamie, même s’il n’est pas toujours prouvé qu’un prénom dans une langue autre que l’akkadien ou le sumérien ait été porté par un homme d’origine étrangère. Encore à l’époque hellénistique, les élites locales du sud de la Mésopotamie se voient attribuer un nom grec à côté de leur nom akkadien. L’onomastique est donc un domaine de recherche intéressant pour étudier le comportement des différentes classes socio-économiques dans l’adoption ou le rejet d’autres traditions culturelles, ainsi que les problèmes d’identité qui se sont particulièrement manifestés lors des déportations2

Quelle était la signification des prénoms ? Beaucoup étaient théophores, c’est-à-dire composés d’un nom divin, généralement la divinité protectrice de la ville où vivaient les parents du nouveau-né. Par exemple, Lu-Nanna (“serviteur du dieu Nanna”3 ). Dans certains cas, le prénom exprimait l’attachement de la famille à la ville qu’elle avait dû quitter, comme le prénom Eridu-liwwir (“Qu’Eridu brille !”) que l’on trouve dans des textes paléo-babyloniens d’Ur4. Dans d’autres cas, le nom théophore exprimait l’idée de protection, aide ou splendeur que la divinité donnait. Ishtar-namari signifiait «Ishtar est ma tour», Ninurta-ittaid «Ninurta surveille attentivement», Itti-Marduk-balāṭu «la vie avec Marduk!», Mannu-ki-Ištar “Qui (est) comme Ištar?”, Išṭup-Sin «Sin a préservé la vie», Ikrub-Ea «Ea a béni», Šamaš-nebi’ «Šamaš est brillant», Nabû-ina-samê-nebi, «Nabu qui resplendit dans le ciel»… Certains prénoms font référence à la divinité sans la citer directement, comme Nabilišu «Appelé par son Dieu», Ṭabashabshu «Douce est Sa présence». Certains prénoms font référence à des qualités que l’on espère voir apparaître chez le bébé: Narbu c’est «souple, doux», Nuḫāšu «Prospère», Nummuru «brillant», Nahšum (fémin. Nahištum) “bien portant(e)”. Plus rares sont les prénoms liés à un événement de la vie sociale : Nabrû est le prénom de celui qui naissait le jour de cette fête ; Nisan est le prénom donné à l’enfant né ce mois-là… D’autres noms plutôt rares sont «mère sublime» (sumérien ama.mah), «rejeton pur» (sum. amar.kù), «aux longues oreilles» (akk Uznanu)…
.

Il y a aussi des prénoms qui semblent inhabituels aujourd’hui. Les noms qui évoquent un moment de l’accouchement entrent dans cette catégorie. Les noms du type mí-àm (= « c’est une fille ! »), giš-àm (« c’est un garçon ! ») ou šeš-àm (« c’est un frère ! ») ou eš-àm (“c’est le troisième !”) sont l’expression de la joie au moment de l’apparition du bébé. On peut également inclure les prénoms formés à partir du nom d’un animal: on connaît ainsi un Monsieur Chat (Šuranu), un Monsieur Chien (Kalbu), un Monsieur Cochon (Huziru), un Monsieur Porcelet (Kurkuzanu)… Le prénom pouvait être composé d’un nom d’animal et un adjectif possessif: on connaît ainsi un “mon ours”, “mon renard”. Mêmes les dieux peuvent tenir leur prénom d’un animal: c’est le cas de la déesse Ninkilim, dont le nom correspond au mot pour « mangouste », ou le dieu Indagar, dont le nom correspond à celui du «taureau élevé». Par contre, certains prénoms formés de “chien” ou de “corbeau” servaient à identifier l’enfant trouvé abandonné et sauvé des crocs ou becs de ces redoutables animaux: “arraché à la gueule d’un chien”, ou “tombé du bec des corbeaux”. Les bébés abandonnés étaient aussi appelés Pu.ta.pà.da (et son abrégé Pu.ta), «Trouvé à la fontaine» ou Sil.ta.pà.da, «trouvé dans la rue»… ce sont les quelques rares indices de l’existence de cette pratique d’abandon des enfants, qui reste plutôt censurée dans le reste de la documentation textuelle.

Les noms des rois constituaient un programme politique en soi. Prenons les noms des rois les plus connus: Sargon signifie “le roi légitime”, et il a été souvent utilisé par les rois usurpateurs, comme Sargon d’Akkad et Sargon II d’Assyrie. Plusieurs prénoms royaux sont théophores : Naram-Sin signifie «(le dieu) Sin est mon bien aimé» ; Tukulti-Ninurta, “(le dieu) Ninurta est mon soutiens” ; Adad-Nirari, “(le dieu) Adad est mon aide” ; Salmanazar, «(le dieu) Salmanu est prééminent»… De nombreux rois assyriens portaient un nom composé du dieu Ashur autant au IIe millénaire (Assur-nirari, Puzur-Assur, Assur-uballit…) qu’au Ier millénaire (Assur-nasir-pal, Assur-bani-pal, qui signifient respectivement “Assur est le protecteur de l’héritier” et “Assur a fait un autre fils”).

Au cours des trois millénaires de l’histoire mésopotamienne, des évolutions se sont produites. Dans un premier temps, les noms théophores étaient basés sur le nom sumérien de la divinité, puis à partir du IIe millénaire, ce sont les noms akkadiens des dieux qui ont été utilisés. Et si au début du IIe millénaire les dieux du substrat sémitique étaient utilisés dans des noms propres (comme išum “le feu”, nārum “le fleuve”), ils ont ensuite disparu pour être remplacés par les dieux Ištar, Šamaš, Sin. Au Ier millénaire, l’écriture des noms propres tend à utiliser les logogrammes: plutôt qu’écrire Bēl-ibni on écrit en.dù, où en= bēl et dù= ibni. De même Bēl-nāṣir est noté en-naṣir, ou en.pap-ir, ou en.pap.

Les animaux, comme les vaches, les chevaux et les chiens, recevaient leurs propres noms, parfois même des noms de dieux. Mais vu que, pour les Mésopotamiens, seul ce qui est nommé existe vraiment, même les objets inanimés tels que les cadeaux votifs, les statues et les bâtiments recevaient des noms. Mais cela c’est une autre histoire (à suivre…).

 



Citer ce billet
Laura Battini (2023, 17 juillet). Un nom pour la vie: le prénom en Mésopotamie. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5p2

  1. il faut dire que de nos jours, les prénoms d’origine grecque, latine ou sémitique sont bien loin de notre sensibilité linguistique. Sans parler des prénoms d’autres régions du monde ! []
  2. phénomène attesté non seulement au Ier millénaire av. J.-C., mais aussi au IIe mill. []
  3. c’est le nom sumérien du dieu Lune qui en akkadien est appelé Sin []
  4. la période paléo-babylonienne correspond à la première moitié du IIe millénaire avant J.-C., vers 2000-1600 avant J.-C. []

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search