La fin de la Seconde Guerre et les objets d’art des musées allemands

C’est une histoire peu connue, mais qui commence à émerger petit à petit: à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les musées de Berlin subirent des vols et de transferts ‘temporaires’ de leurs objets.

Figure 1: Museuminsel (d’après The Burlington Magazine 2006, fig.1)

Au coeur de Berlin, sur la moitié nord de Spreeinsel (= île de la Sprée), île fluviale de Berlin entre la rivière Sprée et son canal, se trouve une concentration unique au monde de musées importants: l’Altes Museum (= Ancien musée, collection d’objets antiques, grecs et romains), le Neues Museum (=Musée Nouveau, collections égyptiennes), l’Alte Nationalgalerie (=l’ancienne galerie nationale d’art, dédiée à la peinture du XIXe siècle), le Bode-Museum (=collections d’art byzantin et cabinet des médailles et des monnaies) et le Pergamon Museum (=collections du Proche-Orient ancien, autel de Pergame et art islamique).
On l’appelle Museumsinsel, “l’île aux musées”, elle est aujourd’hui classée au patrimoine mondiale de l’Unesco. Mais elle n’a pas pu être protégée pendant et après la guerre. Le Neues Museum subit les dégâts les plus importants de tous les autres musées pendant la guerre. Il fut bombardé en 1943 et 1945, et deux de ses ailes furent détruites. Pour les Berlinois des années ’80-’90 ces ruines avaient un aspect ‘romantique’, ils leur donnaient le surnom de “la Pompéi de Berlin”.

Avec la fin de la guerre, la situation fut encore plus dramatique: les objets des musées et les archives avaient été évacués et dispersés par les Allemands dans plusieurs sites et même des mines, parfois stockés sans protection.

Figure 2: Le tableau d’Édouard Manet Dans le jardin d’hiver est découvert par les troupes américaines en 1945 (photo reprise de https://www.smithsonianmag.com/smart-news/monuments-men-world-war-ii-nazi-art-cultural-heritage-180978131/)

Or, il fallait rapatrier ces objets dans leur bâtiment originaire, mais la division de Berlin en quatre zones ne facilitait pas la tâche. De plus, il fallait trier les oeuvres d’art pour rendre celles nationales ou privées que les Allemands avaient pillées à d’autre pays. L’information ne circulait pas bien entre ces quatre zones et des articles de 1946 sur l’état de Berlin déplorent la situation. Le Museuminsel était dans la partie russe, ce qui ne facilitait pas la communication… Il semble que les objets des musées allemands furent traités comme des objets de guerre: une exposition de tableaux des musées allemands circula aux USA et puis en Europe en 1948-1949 mais les 202 tableaux furent envoyés aux States depuis la fin de 1945, sans une autorisation officielle allemande et sans une date de retour fixée à l’avance… La similitude entre ces expositions et les parades militaires anciennes est très frappante.

Il est vrai que ces objets retournèrent, mais il m’est difficile de comprendre l’humiliation et l’abus infligés au peuple vaincu…1. Ce qui est moins connu est que certains objets des musées allemands furent vendus par les occupants. C’est le cas d’une petite tablette en or inscrite au nom du roi Tukulti-Ninurta Ier (1245-1207 BCE), originairement conservée au Pergamon Museum (section: Vorderasiatische Museum), qui a été rendue au musée il y a une dizaine d’année après une bataille judiciaire de plusieurs années.

Figure 3: La tablette en or de Tukulti-Ninurta Ier (d’après: https://www.reddit.com/r/ArtefactPorn/comments/wqc421/gold_tablet_found_beneath_the_temple_of_i%C5%A1tar_in/)

La tablette, qui est estimée à 10 millions de dollars, appartenait à un survivant du camp d’Auschwitz, qui après la guerre l’avait achetée à un soldat russe en échange de cigarettes. Après sa mort en 2003, son fils a contacté le Vorderasiatisches Museum pour rendre l’objet, mais une partie de sa famille s’y est opposée. Il s’en est suivi une bataille juridique acharnée qui s’est achevée en 2013, lorsque la cour d’appel de New York a ordonné la restitution de la tablette à Berlin.

Trouvée dans le temple d’Ishtar d’Assur lors des fouilles régulières, la tablette fait partie de ces biens qui, certes, ont été légalement transportés en Europe, mais ont tout de même été éradiqués de leur territoire2. Elle mesure 3 x 1,5 cm et a un poids de 9,5 gr. et, divisée en 21 lignes (sur le recto et le verso), contient une inscription de la reconstruction du temple par le roi Tukulti-Ninurta Ier. Ce roi a su agrandir l’Assyrie, lui redonner une place parmi les grands puissances de l’époque, la doter d’une nouvelle capitale qui se voulait la ‘Babylone du Nord’3 et lui laisser un idéal royal que les souverains néo-assyriens tiendront présent.

 

 

Pour aller plus loin:
T. W. Gaehtgens, 1996. “The Museum Island in Berlin”, Studies in the History of Art Vol. 47, Symposium Papers XXVII: The Formation of National Collections of Art and Archaeology, p. 52-77.
N. McGreevy, 2021. “When the Monuments Men Pushed Back Against the U.S. to Protect Priceless Art”, Smithsonian Magazin 9 July 2021 (https://www.smithsonianmag.com/smart-news/monuments-men-world-war-ii-nazi-art-cultural-heritage-180978131/).
M. Hammond, 1946. “The War and Art Treasures in Germany”, College Art Journal Vol. 5, No. 3, p. 205-218.
M. Virtanen, 2013. “Assyrian gold tablet must go back to Germany, NY court rules”, NBC News, 14 November 2013 (https://www.nbcnews.com/sciencemain/assyrian-gold-tablet-must-go-back-germany-ny-court-rules-2d11591260).



Citer ce billet
Laura Battini (2023, 17 juin). La fin de la Seconde Guerre et les objets d’art des musées allemands. Sociétés humaines du Proche-Orient ancien. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b5oz

  1. La barbarie des armées allemande et le génocide des Juifs ont probablement contribué à ce traitement []
  2. le sujet est complexe et je me propose d’y revenir dans un prochain article []
  3. Bien qu’éphémère, cette ville de nouvelle fondation est autant un acte politique dû à la volonté du roi de quitter le contrôle du clergé d’Assur, qu’une illustration de la nouvelle puissance assyrienne, qui réutilise des modèles babyloniens de manière originale []

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts

Laura Battini

Chargée de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search